Menu
Search
Mardi 18 Juin 2024
S'abonner
close

La répartition des tâches, une organisation pour la réussite

L'organisation du travail est un enjeu clé pour la réussite de tout projet. Répartir les tâches en fonction des compétences de ses collaborateurs constitue la base du travail en équipe, cependant cette démarche peut s'avérer limitée. «Prendre en compte les facteurs de motivation des différents membres de son équipe dans la répartition des tâches, c’est mettre en place une organisation plus humaine, basée sur la personnalité, mais aussi plus performante», souligne Gilles Rialland, directeur général TTI Success Insights Maroc.

La répartition des tâches, une organisation pour la réussite

Éco-Conseil : Quelle démarche pour la répartition des tâches au sein d’une équipe ?
Gilles Rialland : La répartition des tâches est un sujet essentiel, et donc à ne pas prendre à la légère. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il est la base même du travail en équipe. Tout part de là. Le réflexe d’un manager ou d’un chef d’équipe va être de partager le travail en fonction des compétences de ses collaborateurs. C’est une démarche certes logique, mais on peut aller bien plus loin. Chacun est unique, nous sommes tous motivés par des éléments différents. Certains vont avoir l’esthétique comme moteur, alors que d’autres vont fonctionner suivant le retour sur investissement ou l’apprentissage continu de nouvelles choses. Prendre en compte les facteurs de motivation des différents membres de son équipe dans la répartition des tâches, c’est mettre en place une organisation plus humaine, basée sur la personnalité, mais aussi plus performante. Chacun s’y retrouve en fonction de ce qui le motive et chacun s’investit
davantage.

Comment évaluer l’organisation du travail et ses effets sur la performance ?
Si l’organisation n’est pas bien pensée, le travail s’en ressent immédiatement. Motivation, productivité, bien-être, performance, les enjeux sont de taille. Dans ce cas, comment faire ? Tout simplement en communiquant avec ses collaborateurs et en découvrant plus en détail les spécificités de chacun. Avec une organisation plus réfléchie, la communication va être facilitée et le bien-être va ainsi se développer. Chacun connaît les tâches qui correspondent le mieux aux uns et aux autres. Ce qui va rendre l’ensemble de l’équipe plus investi et donc plus performant.

Quelle place pour l’initiative personnelle d’un collaborateur ?
L’initiative personnelle est une excellente chose de la part d’un collaborateur. À condition qu’elle soit exprimée de manière logique. Il ne faut pas qu’un collaborateur s’oblige à être une force de proposition pour se démarquer. Néanmoins, si l’environnement du travail lui semble adapté à sa personnalité, cela peut l’inciter à se montrer plus créatif et donc apporter des idées nouvelles. Encore une fois, tout va dépendre de la personnalité du collaborateur en question. Certains vont avoir besoin d’un cadre comme base de travail et, une fois ce cadre établi, vont se permettre des initiatives personnelles. D’autres vont être freinés par ce type d’environnement et ne pourront proposer des choses nouvelles que lorsqu’on leur laissera plus de liberté. 

Prendre en compte les différences de chacun

La répartition des tâches est un sujet qui peut paraître simple pour beaucoup de managers. Or c’est l’essence même de la performance et du bien-être d’une équipe. Ne pas prendre le temps de réfléchir l’organisation du travail, c’est tout simplement accepter que les tâches confiées soient potentiellement bâclées. C’est au manager que revient la tâche de gérer ses équipes en fonction du travail à effectuer. Et ce n’est pas un rôle à négliger. Alors, il faut prendre le temps, dialoguer avec ses équipes, apprendre à mieux les connaître pour mieux s’organiser. Et surtout, il est impératif de regarder plus loin que les savoir-faire ou que les compétences purement techniques.
La personnalité d’un collaborateur en dit long sur sa façon de travailler. Occulter ces éléments, c’est se résoudre à ne pas prendre en compte les différences de chacun. Or ces différences sont des forces à ne pas négliger, mais au contraire à valoriser. Sans modération.



Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.