Défaillances d’entreprises 2017-2018

Coface prévoit une baisse en Europe centrale et orientale

Saïd Naoumi,LE MATIN
10 Septembre 2017

L’assureur-crédit mondial, Coface, table sur une baisse des défaillances d’entreprises en Europe centrale et orientale de 3,9% cette année et de 2,3% l’année suivante. L’année 2016 a connu un recul continu de 6% du nombre de défaillances d’entreprises dans ces régions, après une chute de 14% en 2015.

Coface prévoit une baisse des défaillances dans l’Europe centrale et orientale de 3,9% en 2017 et de 2,3% en 2018. Selon une analyse de l’assureur-crédit, 2016 a vu un recul continu de 6% du nombre de défaillances d’entreprises dans ces régions, après une chute de 14% en 2015. Globalement, au cours de l’année passée, six entités sur 1.000 sont devenues insolvables.

Cette amélioration, conforme à l’environnement macroéconomique, est largement due à la situation positive du marché du travail, avec une diminution du taux de chômage et une hausse des salaires. Malgré cela, indique Coface, dans la plupart des pays, les défaillances restent supérieures à leurs niveaux d’avant la crise de 2008. La Roumanie et la Slovaquie sont les deux seuls pays à enregistrer des niveaux de défaillances plus faibles que ceux de 2008. Selon le groupe, la dynamique varie largement entre les 14 pays couverts par cette analyse.
Huit pays ont enregistré un recul des défaillances en 2016. La Bulgarie a connu le plus fort recul, avec une chute de 35,6% des procédures et quasiment aucune défaillance dans les secteurs pharmaceutique, informatique ou de l’enseignement. À l’opposé, en Hongrie, elles ont plus que doublé par rapport à l’année précédente et, en Lituanie, elles ont progressé de 35,2%. Dans le cas de la Hongrie, l’augmentation est principalement due au nombre plus élevé de procédures de radiation d’office (quasiment absentes des statistiques de 2015). Les statistiques de la Lituanie ont été impactées par l’Inspection fiscale d’État et le processus du Fonds social de «nettoyage» à l’égard des entreprises insolvables depuis un certain temps.

La Pologne, elle, a enregistré une légère augmentation de 2,6%, suite à des changements juridiques en matière des statistiques mis en place l’année dernière pour comptabiliser des défaillances et des restructurations des entreprises confrontées à des problèmes de paiement. Au niveau sectoriel, Coface constate que si certaines branches ont enregistré des améliorations l’année dernière, d’autres ont éprouvé des difficultés de trésorerie. Ceci varie d’un pays à un autre, même si des tendances communes se dégagent au niveau régional.

Le secteur de la construction, par exemple, est confronté à la conjoncture commerciale la plus défavorable. «Les économies de l’Europe centrale et orientale ont été touchées par le nouveau budget de l’Union européenne et par une baisse des investissements en 2016, avec un ralentissement du rythme de croissance du PIB (2,9% en 2016, après 3,5% en 2015)», détaille l’assureur-crédit. Dans la plupart des pays, la construction a connu une chute significative de la production, ce qui a entraîné une détérioration des conditions de liquidité pour les entreprises du secteur. Pour certains pays, notamment l’Estonie, la Hongrie et la Russie, les défaillances des entreprises de construction représentent plus de 20% du total des procédures. «L’accélération de la croissance du PIB et la relance des investissements annoncent des signaux plus positifs pour les entreprises», souligne Grzegorz Sielewicz, économiste de Coface en charge de l’Europe centrale et orientale.

Selon lui, un nouveau flux de projets d’infrastructure, une consommation des ménages stable et le développement des marchés étrangers y contribueront. La relance des investissements devrait profiter plus particulièrement à des secteurs tels que la construction, le transport et la fabrication de machines, d’équipement et de matériaux de construction.
Toutefois, nuance Coface, la pénurie de main-d’œuvre restera un obstacle pour le développement de nombreuses entreprises. 





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
22 Septembre 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés