Développement économique

L'Afrique, un champion de la croissance

,LE MATIN
16 Mars 2017
Developpement-economique-b.jpg Selon la BAD, l’Afrique confirme sa deuxième place dans l’économie mondiale pour la rapidité de sa croissance, derrière les pays d’Asie émergents.

La croissance moyenne de l’Afrique devrait s’accélérer à 4,5% cette année, selon les pronostics de la Banque africaine de développement. En Afrique subsaharienne où se concentrent les investissements marocains, l'économie croitrait de 2,9%, selon la Banque mondiale qui estime que cette région continue de s’ajuster à la baisse des prix des produits de base.

L’Afrique subsaharienne, où se concentrent les investissements marocains, devrait enregistrer une croissance de 2,9% cette année. C’est le pronostic de la Banque mondiale. L’institution de Bretton Woods indique que la région continue de s’ajuster à la baisse des prix des produits de base. Elle estime que la croissance en Afrique du Sud et chez les exportateurs de pétrole devrait être plus faible, alors qu’elle resterait solide dans les économies ne dépendant pas étroitement des ressources naturelles. En effet, en Afrique du Sud, les prévisions font état d'une amélioration du PIB d'à peine 1,1% cette année. Le Nigeria, lui, devrait sortir de la récession et afficher une croissance de 1%. L'Angola ferait un peu mieux, soit 1,2%.

Toujours selon la Banque mondiale, deux pays devront exceller cette année : l'Éthiopie et la Côte d’Ivoire. Ainsi, l'Éthiopie qui accueillera un investissement important du groupe OCP devrait enregistrer, selon les pronostics de l’institution mondiale, une croissance de 8,9%. Explication : les programmes conséquents d'investissement dans les infrastructures continueront de soutenir une forte croissance pour ces deux pays connus pour leurs importantes exportations agricoles. À noter que, en Éthiopie comme en Côte d’Ivoire, les produits agricoles pèsent pour 60% des exportations. Déjà l’année dernière, la Côte d'Ivoire a connu une amélioration de ses principales exportations agricoles, dont le cacao et la mangue. D’ailleurs, ce pays concocte actuellement des plans de restructuration pour optimiser l'efficacité économique de son secteur stratégique. En revanche, relève la Banque mondiale, sur les 43 pays que compte la sous-région, deux d'entre eux seront dans le rouge cette année à savoir le Tchad (-0,3%) et la Guinée équatoriale (-5,7%). La Gambie, quant à elle, devrait engranger une croissance positive même si elle est en dessous de la barre des 1%, soit seulement 0,8%. Le Nigeria quant à lui devrait se remettre de la récession et renouer peu à peu avec la croissance, s'en sortant avec un taux de 1%. En Afrique du Sud, la production sera freinée par le resserrement de la politique budgétaire et un taux de chômage élevé bridant les dépenses de consommation. Selon la Banque africaine de développement (BAD), la croissance moyenne du continent devrait s’accélérer à 4,5% cette année. Des prévisions tributaires de la vigueur de l’économie mondiale et du redressement progressif des cours des produits de base. «L’Afrique confirme sa deuxième place dans l’économie mondiale pour la rapidité de sa croissance, derrière les pays d’Asie émergents et plusieurs pays africains se placent en haut du classement. Les prévisions de la BAD tablent sur une reprise progressive en Afrique en 2017 pour autant que l’économie mondiale redémarre et que les cours des produits de base se redressent progressivement. Les incertitudes entourant la conjoncture internationale et la volatilité extrême des cours fragilisent néanmoins ces prévisions», explique l’institution africaine. 





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
22 Septembre 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés