Assistance

L'aide au développement en hausse, sauf vers les pays les plus pauvres

,LE MATIN
11 Avril 2017
Assistance-b.jpg L'aide au développement en hausse, sauf vers les pays les plus pauvres.

Les aides au développement allouées par les pays industrialisés ont augmenté de 8,9% en 2016, à 142,6 milliards de dollars, dopées par l'assistance aux réfugiés, mais l'aide aux pays les plus pauvres continue de refluer, selon l'OCDE. Les sommes consacrées à l'aide aux réfugiés ont ainsi grimpé de 27,5%, passant de 12,1 milliards à 15,4 milliards de dollars, a précisé l'Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) dans un communiqué. Même en excluant cette catégorie, les aides publiques au développement (APD) s'affichent toujours en hausse, de 7,1% et ont doublé depuis l'an 2000. En revanche, «l'aide bilatérale pour le groupe des pays les moins développés a été de 24 milliards de dollars en 2016, en baisse de 3,9%», par rapport à 2015, relève l'OCDE. «Il est inacceptable - une fois encore - que l'aide aux pays les plus pauvres soit en régression», a déploré le secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurria, cité dans le communiqué.
L'Afrique a notamment été touchée par une baisse de l'aide bilatérale de 0,5%, à 24 milliards d'euros. Seuls six pays de l'OCDE - Allemagne, Danemark, Luxembourg, Norvège, Royaume-Uni et Suède - ont respecté en 2016 l'objectif fixé par les Nations unies de maintenir l'APD à un niveau égal ou supérieur à 0,7% de leur revenu national brut (RNB).

L'aide publique au développement a connu une forte hausse (+36,1%) en Allemagne, le pays ayant doublé son aide aux réfugiés en un an. En France, la croissance a été plus modeste (+4,6%), portée par davantage de prêts
bilatéraux.
Les principaux contributeurs sont les États-Unis (33,6 milliards de dollars), l'Allemagne (24,7 milliards), le Royaume-Uni (18 milliards), le Japon (10,4 milliards) et la France (9,5
milliards).
Pour l'aide aux réfugiés, l'Allemagne a accordé 6,2 milliards de dollars, bien davantage que les États-Unis (1,7 milliard) et l'Italie (1,7 milliard). La France y a pour sa part consacré 428 millions de dollars.

«Il n'y a aucune raison valable pour expliquer ce retard de la France, surtout quand on se compare à nos voisins allemands. Le prochain quinquennat doit être celui qui verra la France retrouver sa place sur la scène internationale et renouer avec ses responsabilités», a réagi dans un communiqué Friederike Röder, directrice France de l'ONG One. «Faire de l'aide au développement un outil de contrôle des flux migratoires, un outil de diplomatie économique ou un dispositif dicté par des logiques sécuritaires grève le fonctionnement de l'aide», a également regretté Elsa Pietrucci, dans une réaction de l'organisation Action contre la faim. L'aide au développement française s'élevait à 0,5% du PIB français en 2010 contre 0,37% actuellement, rappelle ACF.
Avec trois autres ONG (Action santé mondiale, Care France et One), Action contre la faim a publié un comparateur de programmes des onze candidats à l'élection présidentielle française recensant leurs engagements en matière d'aide au développement.

Seuls quatre d'entre eux (le socialiste Benoît Hamon, le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan, le représentant de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon et le croisé anti-finance Jacques Cheminade) se sont engagés à porter l'aide française à 0,7% du RNB avant la fin du prochain quinquennat, a relevé l'ONG One. 

AFP





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
25 Septembre 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés