Le prix référentiel du blé rendu moulin a été fixé à 280 DH/quintal (q) pour une qualité standard, selon une décision conjointe visant la mise en place par le gouvernement de mesures dans le cadre de la campagne de récolte et de commercialisation des céréales au titre de l'actuelle campagne agricole. Signée par le ministre de l’Agriculture et de la pêche maritime, du développement durable et des eaux et forêts, Aziz Akhannouch, et le ministre de l’Économie et des finances, Mohamed Boussaïd, cette décision conjointe permettra aux agriculteurs de tirer le meilleur profit de la récolte de blé attendue au terme de la campagne agricole 2016-2017 et qui s’annonce record selon les estimations (102 millions de quintaux).

À cette occasion, M. Akhannouch a affirmé que cette décision s'assigne pour objectif de protéger la production nationale et le marché local, en vue d’assurer une bonne commercialisation de la récolte des céréales de la campagne agricole 2016-2017. «Ce prix référentiel fixé à 280 DH/quintal tient compte du niveau de la production nationale et de celui des cours mondiaux», a déclaré à la presse M. Akhannouch, notant que la campagne agricole s’annonce bonne, profitant de conditions pluviométriques favorables.
Pour sa part, M. Boussaïd a mis en relief l’importance du secteur agricole dans la croissance économique, notamment la filière céréalière qui joue un rôle important dans la sécurité alimentaire et la réduction des importations. Le ministre a pointé du doigt les défis du secteur, relatifs notamment à la commercialisation, la valorisation de certains produits et la concurrentialité, soulignant que l’utilisation des semences permet d'accroître la productivité et d'améliorer les revenus des agriculteurs.

Cette décision prévoit également d’autres mesures d’accompagnement, notamment une subvention forfaitaire de 10 DH/q au profit des quantités de blé tendre de production nationale acquises durant la période allant du 15 mai au 15 octobre 2017, et le maintien d’une prime de magasinage, qui sera servie jusqu’à fin décembre, de 2 DH/q par quinzaine pour la quantité globale du blé tendre collectée durant la même période, octroyé aux organismes stockeurs. Ladite décision prévoit ainsi la protection de la production nationale de blé tendre à la frontière en imposant des droits de douane de 135% jusqu’au 31 décembre 2017. Ces droits devront assurer une protection convenable de la production nationale. Elle vise également la reconduction du système d’appels d’offres pour l’approvisionnement des minoteries industrielles en blé tendre destiné à la fabrication des farines subventionnées.

Par la même occasion, une convention de financement a été signée entre le ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, le Groupe Crédit Agricole du Maroc (GCAM), les coopératives agricoles, l’Union nationale des coopératives agricoles marocaines (UNCAM) et la Fédération nationale des minotiers (FNM) visant à soutenir les coopératives agricoles dans les opérations de collecte de la récolte céréalière. Cette convention a pour objectif la mise en place par le GCAM de lignes de financement spécialisées qui facilitent l’accès des coopératives membres de l’UNCAM à des crédits destinés à couvrir les frais de collecte et de stockage du blé tendre national collecté par les coopératives au titre de la campagne agricole 2016-2017. Cette opération bénéficiera de l’encadrement rapproché sur le terrain par le département de l’Agriculture à travers ses services régionaux et l’Office national interprofessionnel des céréales et légumineuses (l’ONICL).