La reprise après le congé

Les clés pour réussir la rentrée professionnelle

Mohamed Sellam,LE MATIN
06 Septembre 2017
La-reprise-apres-le-conge.jpg Un deuil des vacances est à faire et c’est normal puisqu’on passe d’un rythme choisi à un rythme imposé impliquant les contraintes liées à la vie professionnelle.

La période estivale est une occasion en or pour se reposer et se ressourcer. C’est également le moment idéal pour faire une auto-évaluation quant à l’atteinte de ses objectifs professionnels et de mettre en place un plan d’action pour la reprise. «Il ne faut surtout pas tomber dans le piège consistant à visualiser toute la charge de travail et de penser tout attaquer d’un coup. Ça peut paraître insurmontable et vous figer dans l’action», souligne Amal Hihi, business et executive coach, certifiée ACC par International Coach Federation et fondatrice de jemecoach.ma. Les détails.

Eco-Conseil : Quelles sont les clés pour réussir sa rentrée professionnelle ?
Amal Hihi : La période des vacances est une période propice pour faire une pause, déposer tout ce qu’on a cumulé comme stress négatif, libérer l’esprit et se recharger en énergie. Une période de lâcher-prise est nécessaire pour faire une vidange et remettre le compteur à zéro. C’est aussi une période de réunion avec soi-même ayant pour ordre du jour «Bilan et plan d’action», c’est le moment de faire une auto-évaluation quant à l’atteinte de ses objectifs professionnels et dresser un bilan du premier semestre sur le plan de la réalisation, des relations professionnelles et de la projection. C'est également l'occasion de mettre en place un plan d’action en écrivant les grandes lignes pour la reprise, qui englobe les différents domaines de vie aussi bien professionnels que personnels, car pour être productif, il faut être épanoui. Il s’agit par exemple de mettre à jour la BDD (base de données) des prospects, prévoir deux heures par jour pour les appels téléphoniques, s’inscrire au cours de sport, adhérer à une association, planifier ses prochaines vacances, etc.

Quelle démarche pour retrouver son rythme et sa concentration ?
La reprise professionnelle peut se vivre avec un coup de blues. Un deuil des vacances est à faire et c’est normal puisqu’on passe d’un rythme choisi à un rythme imposé impliquant les contraintes liées à la vie professionnelle (horaire, routine, stress…), mais pas de panique, ça passera au bout de quelques jours. Le mieux à faire est de s’organiser :
a. Si possible, il est recommandé de reprendre en cours de semaine et pas un lundi, ça vous fera une semaine courte d’adaptation.
b. Mettre une belle photo de vacances en fond d’écran, ça aide à rester sur un mode positif.
c. Prendre une pause de 10 minutes toutes les 90 minutes pour s’aérer l’esprit, écouter de la musique, s’étirer, échanger entre collègues et partager les souvenirs de vacances.
d. Se fixer des objectifs de traitement de dossiers et se féliciter dès qu’on atteint le premier objectif.
e. S’automotiver, c’est grâce au travail que vous pourrez vous payer le prochain week-end que vous essayez de placer pas trop loin.

Comment gérer le stress et la surcharge de travail une fois de retour à son poste ?
Il ne faut surtout pas tomber dans le piège de visualiser toute la charge de travail et de penser tout attaquer d’un coup, ça peut paraître insurmontable et vous figer dans l’action. C’est comme face à une montagne qu’on doit escalader, il faut le faire par étapes et le plus difficile c’est le premier pas. Garder le mental, le corps a cumulé assez d’énergie pour y faire face et le cerveau est prêt à cogiter. Faire un plan de journée, prendre un peu de recul pour planifier ses tâches.
La priorité va aux projets les plus rébarbatifs le matin, tant qu’on a de la fraîcheur, et laisser ceux où on s’épanouit le plus pour l’après-midi. Il ne faut surtout pas faire le contraire ! Prévoir
des activités régulières qui ressourcent en fin de journée, surtout la première semaine de reprise, ça aidera à passer le cap.

Quelle attitude adopter en cas de changements en entreprise ?
Chaque reprise apporte son lot de changements. D’abord, il faut se mettre à jour pour tout ce qui concerne la vie en entreprise pendant votre absence, puis être à l’écoute des nouvelles prérogatives et surtout rester dans l’ouverture en cas de changement majeur. Il faut rester focalisé sur ses propres objectifs tout en étant flexible, autrement dit, être prêt à emprunter de nouveaux chemins du moment que le point d’arrivée est clair.
La résistance au changement n’apporte rien de positif ni pour soi ni pour l’entreprise, dans un environnement où tout change très vite. De toute
façon, si on ne tente pas l’expérience du changement, on ne pourra pas être sûr des résultats que ça peut engendrer, et si ça marchait… alors, allons y changeons !





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
22 Septembre 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés