Après Madagascar en 2016, les membres de l’Union de la presse francophone se retrouvent de nouveau, en Guinée cette fois, à l’occasion des 46es Assises de la presse francophone. Se déroulant cette année sur le thème «Journalisme, investigation, transparence», les Assises ont été programmées du 20 au 25 novembre, avec la participation des représentants des différentes sections de l’organisation issus d’une cinquantaine de pays.
Tenue dans la matinée de mercredi, la séance d’ouverture de cette édition s’est déroulée en présence du président de l'UPF internationale, Madiambal Diagne, du président de l'UPF-Guinée, Ibrahima Koné, du secrétaire général international de l'UPF, Jean Kouchner, du représentant de la secrétaire générale de la francophonie, Tidiane Dioh, ainsi que des ministres guinéens de la Justice et du Commerce, Cheik Sako et Marc Yombouno.
Prenant la parole en cette occasion, les intervenants ont insisté sur l’importance de la thématique choisie par les organisateurs. En effet, l’investigation est aujourd’hui le principal défi à relever par les journalistes. Selon les intervenants, «il s’agit désormais d’une tâche de plus en plus exigeante et surtout risquée». Dans ce sens, le président de l’UPF international a rappelé que cette période est marquée par plusieurs tensions entre médias et pouvoirs publics dans certains pays, notamment en Afrique.

De son côté, le ministre d’État guinéen, ministre de la Justice, Cheik Sako, est revenu sur la nature du métier de journaliste. Dans ce sens, le Garde des Sceaux guinéen a insisté sur l’importance de la formation. «Le journalisme est un métier qui s’apprend avec ses codes et sa déontologie. N’importe qui ne peut pas se prétendre être journaliste», a-t-il souligné. Poursuivant son intervention, le responsable a insisté également sur le rôle de relais d’information que peut jouer la presse afin d’informer les citoyens sur «les réformes courageuses» entamées par son pays.
Représentant quelque 49 pays, les 300 journalistes participant à cette édition prendront part également à plusieurs ateliers thématiques afin de débattre des différentes problématiques auxquelles fait face la presse aujourd’hui. Que cachent les fausses informations ? 
Comment démêler le vrai du faux ? Web : quelle utilisation pour le journalisme d’investigation ? Fausses infos : 
nouveau visage de la propagande ? Les décodeurs de l’info : quels moyens, quelles limites ? Des questions auxquelles tenteront de répondre les journalistes lors de ces ateliers.

Pour rappel, la séance de clôture de ces assises, prévue samedi prochain, se déroulera sous la présidence du Président de la République de Guinée et Président en exercice de l’Union africaine, Alpha Condé. Cette séance sera précédée par la restitution des travaux des différents ateliers thématiques ainsi que par la présentation d’une nouvelle plateforme au service des médias francophones. 


Conakry - Ayoub Lahrache