Avec une capacité litière de 77.643, soit 34% de la capacité globale nationale, et 6,64 millions de nuitées en 2016, la région de Marrakech-Safi occupe la position de leader au niveau national. Toutefois, en dépit de cette embellie, la destination pourrait encore mieux faire dans la mesure où il y a de la marge pour conforter largement cette performance. C’est d’ailleurs le constat qui a été dressé par l’ensemble des intervenants lors d’une rencontre ayant réuni, le 15 juin à Marrakech, le ministre du Tourisme, du transport aérien, de l’artisanat et de l’économie sociale, Mohamed Sajid, la secrétaire d’État chargée du Tourisme, Lamia Boutaleb, les autorités locales et les professionnels du tourisme.

C’est ainsi que M. Sajid a appelé à la mise en place de mécanismes à même de redynamiser les programmes des collectivités territoriales inhérents au développement du secteur touristique. À ce titre, il a fait observer que son département œuvre aujourd’hui de concert avec les régions pour la mise en place de ces outils avec l’implication de l’ensemble des acteurs tant publics que privés. Le ministre a également mis l’accent sur la nécessité de la diversification de l’offre touristique par la valorisation notamment, outre du tourisme culturel, du balnéaire, du tourisme de montagne et du tourisme médical.

Si Marrakech demeure l’une des destinations phares au monde, c’est grâce aux efforts inlassables consentis à la fois par les professionnels du secteur, le département de tutelle et les institutions partenaires pour ce qui est, entre autres, de l’aérien et des campagnes promotionnelles, a-t-il précisé. Et d’ajouter que près de 30% du budget de l’Office national marocain du tourisme (ONMT) sont consacrés à la promotion de la destination Marrakech qui est restée la locomotive du tourisme dans le Royaume.

À une question du journal «Le Matin» sur le sort réservé aux Agences de développement touristiques (ADT) appelées à remplacer les Conseils régionaux du tourisme (CRT), M. Sajid a estimé que «les ADT nécessitent des procédures plus complexes et qu’aujourd’hui, nous avons des possibilités dans la Charte communale de créer des outils beaucoup moins centralisés».

À son tour, le wali de la région de Marrakech-Safi, Abdelfettah Lebjioui, a passé en revue une panoplie de mesures et de projets de nature à conforter davantage la nouvelle dynamique que connait le secteur du tourisme dans la région. Dans ce cadre, il s’est attardé notamment sur l’approbation de 170 projets d’investissement dédiés au développement touristique depuis début 2016, la création de quelque 6.800 nouveaux lits au cours de l’année dernière et la mise en service d’un nouveau terminal à l’aéroport de Marrakech-Ménara qui devrait permettre de porter sa capacité à 9 millions passagers au lieu de 3 millions actuellement.

Le secteur touristique a connu une évolution notable durant les quatre premiers mois de 2017 aussi bien au niveau des arrivées (+19%) qu’à celui des nuitées (+20%) comparativement à la même période de l’année écoulée, a-t-il ajouté, notant que cette performance est la résultante des efforts fournis par les différents acteurs tant au niveau central que régional. Les autres intervenants ont notamment appelé à scruter de nouvelles méthodes de promotion et de commercialisation du produit touristique et à œuvrer pour que Marrakech, la première destination touristique en Afrique, puisse entrer dans le Top 20 des destinations touristiques mondiales.