Conférence panafricaine sur l’autonomisation des jeunes

SOS Villages d’Enfants et l’Union africaine appellent à adopter des actions de haut niveau

Hajjar El Haïti,LE MATIN
12 Septembre 2017
SOS-Villages-dEnfants-et-lUnion-africaine-.jpg Cette manifestation, qui a connu la participation de 250 personnes, a permis à 150 jeunes de 47 pays africains de rencontrer des représentants d’institutions, d’universités et d’entreprises.

SOS Villages d’Enfants international et l’Union africaine ont organisé dernièrement la Conférence panafricaine sur l’autonomisation des jeunes à Addis-Abeba.

Le taux de chômage des jeunes ne cesse de s’élever. Selon les derniers chiffres du Haut Commissariat au Plan (HCP) en 2017, le taux de chômage au Maroc est passé de 9,1 à 9,3% au niveau national et de 13,4 à 14% en milieu urbain. Les taux de chômage les plus élevés sont enregistrés parmi les jeunes âgés de 15 à 24 ans (23,5%) et les personnes ayant un diplôme (17%). Ainsi, près d’un jeune sur quatre âgés de 15 à 24 ans (1.685.000 jeunes) au niveau national ne travaille pas, n’est pas à l’école et ne suit aucune formation. Face à cette situation qui touche de nombreux pays africains, SOS Villages d’Enfants international et l’Union africaine ont organisé une conférence panafricaine sur l’autonomisation des jeunes du 22 au 24 août dernier à Addis-Abeba. Quelque «200 millions des 1,2 milliard d’habitants du continent africain sont des jeunes âgés de 15 à 24 ans, ce qui représente un réel défi pour l’employabilité au niveau global, régional et national. Il est nécessaire pour l’avenir du continent que les jeunes aient un travail qui leur garantisse un revenu stable. Encourager les jeunes à trouver et créer des opportunités de travail est crucial pour qu’ils aient les outils, l’expérience et les emplois dont ils ont besoin pour réussir dans leur vie. Les Objectifs de développement durable de 2030, l’Agenda 2063 de l’Union africaine ainsi que la Stratégie 2030 de SOS Villages d’Enfants encouragent à élargir les partenariats mondiaux pour soutenir l’action à plus grande échelle», indique-t-on dans un communiqué.

Cette manifestation, qui a connu la participation de 250 personnes, a permis à 150 jeunes de 47 pays africains de rencontrer des représentants d’institutions, d’universités et d’entreprises. Cette conférence était donc une plateforme de partage de connaissances et de perspectives sur la façon dont les jeunes pourraient trouver et créer leurs propres opportunités d’emploi et d’entrepreneuriat. Des représentants de Microsoft, DHL, Coca-Cola, et Allianz ont également partagé leurs idées sur les programmes qui pourraient aider les jeunes au début de leur carrière.
«Aujourd’hui, les jeunes de l'Afrique sont confrontés à un avenir incertain et à un manque d'opportunités. Ils participent à cette conférence pour présenter des propositions qui nous engagent à prendre des mesures pour qu’ils puissent trouver et créer les opportunités dont ils ont besoin», a déclaré Norbert Meder, PDG de SOS Villages d’Enfants international.

Ainsi, sur la base des discussions de la conférence, les jeunes participants ont élaboré des propositions qui incluent des appels à l'action pour les jeunes, les gouvernements, les organisations non gouvernementales et les entreprises. «Cet évènement est très important pour les jeunes qui, comme moi, s’apprêtent à se lancer dans la vie active. Il nous faut mettre toutes les chances de notre côté pour y arriver, et le fait de rencontrer autant de responsables d’entreprise, de directeurs de recrutement et de gens de toutes les communautés est très formateur pour la suite», affirme Leila, qui a grandi au sein de l’Association SOS Villages d’Enfants, et qui a représenté l’Association SOS Villages d’Enfants Maroc lors de cette conférence continentale. 





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
22 Septembre 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés