Ils sont 156.042 étudiants à avoir réussi leurs examens de baccalauréat lors de la session ordinaire de juin. Une grande majorité d’entre eux choisira de poursuivre ses études dans l’un des établissements d’enseignement supérieur public. Si ce dernier a la réputation de souffrir de certaines anomalies et de ne pas répondre aux attentes des étudiants en matière de recherche et de débouchés professionnels, il fait néanmoins partie des premiers choix des étudiants de par sa gratuité et son accessibilité. Même si au final, quatre étudiants sur dix décrochent la première année.

Afin de faire face à ce décrochage et mieux répondre aux attentes des étudiants, les Universités diversifient leurs offres. Ainsi, l’Université Mohammed V de Rabat (UM5), par exemple, compte pas moins de 252 filières initiales dans le cadre de huit établissements à accès régulé et cinq établissements à accès ouvert. L’Université, qui compte plus de 78.000 étudiants, propose 85 filières en sciences, technique et ingénierie, 80 choix de filières en sciences juridiques et économiques, 76 filières en sciences humaines et 11 dans le secteur de la santé.
Aussi, afin de garantir la réussite de ses étudiants, l’UM5 a mis en place une stratégie qui se décline sur plusieurs axes prioritaires notamment : l’orientation, le renforcement de l’accompagnement et l’intégration des étudiants, l’innovation pédagogique adaptée aux effectifs d’étudiants, la certification en langues et en informatique, la mise en place de cours en ligne et de formation à distance…

De son côté, l’Université Abdelmalek Essaâdi (UAE) indique que le total des inscrits pour l’année universitaire 2016-2017 est de 83.457 étudiants. La majorité d’entre eux (57%) ont choisi le droit, économie et gestion, 23.55% des étudiants ont choisi les sciences humaines, lettres et arts, alors que 19.25% ont opté pour les filières sciences et techniques. En revanche, seulement 113 étudiants se sont inscrits en sciences médicales et pharmaceutiques.

«L’offre de formation comporte des matières contribuant à la formation générale, ainsi que des matières spécifiques contribuant à l’acquisition de compétences plus techniques et plus approfondies dans le domaine d’études.
Parallèlement, en matière de recherche, nous développons un potentiel de recherche intéressant et prometteur. Une meilleure structuration a permis le développement d’une recherche locale orientée de plus en plus sur des thématiques régionales ou nationales», indique-t-on auprès de l’Université.

Aussi, cette dernière a élaboré une stratégie de développement 2015-2018. Objectifs : améliorer la réussite de l’étudiant et son insertion professionnelle, à travers une meilleure structuration de l’offre de formation axée sur les métiers de l’avenir ; poursuivre la structuration de la recherche et mettre l’accent sur la valorisation, l’innovation et la mutualisation des ressources humaines et matérielles ; poursuivre la réhabilitation des infrastructures et la modernisation de la gouvernance et du pilotage de l’Université ; s’adapter à la transition universelle marquée par de nouveaux paradigmes technologiques et socioéconomiques, de nouvelles opportunités de développement, et une véritable transformation de nos modes de production, de consommation et de communication. L’Université Cadi Ayyad (UCA) a également réajusté ses actions pour s’aligner aux standards internationaux, à travers une stratégie qui se fonde, entre autres, sur une offre de formation complète, lisible, pluridisciplinaire et reconnue, une recherche au meilleur niveau national et international et une gouvernance innovante et adaptée.

«Certaines formations sont proposées en mode hybride qui favorise une pédagogie active, l’autonomisation des apprenants et leur capacité à travailler en groupe. L’Université est résolue à garantir une meilleure intégration de ses étudiants dans leur environnement en innovant en termes d’accompagnement et de suivi, en vue de permettre le développement personnel et l’épanouissement au sein de son établissement. Elle est également déterminée à doter ses étudiants de nouvelles compétences afin de mettre toutes les chances de leur côté pour réussir leur insertion dans le monde professionnel et favoriser l’employabilité», note la direction de l’Université.
L’université compte quelque 70.000 étudiants dont beaucoup optent pour les formations en ingénierie, droit civil, gestion d’entreprises, gestion des ressources humaines, eau et environnement…