Le comité chargé de la question du Sahara marocain, issu de la deuxième conférence du «Sahara International Model United Nations» (Simun), tenue du 9 au 13 avril à Agadir, a adopté des propositions relatives à la mobilisation de toutes les forces du Maroc pour la défense de l’intégrité territoriale du pays.
Lors de la cérémonie de clôture, jeudi dernier, le comité chargé du Sahara marocain a, ainsi, suggéré d’activer et de dynamiser la diplomatie citoyenne et parallèle pour vulgariser, au niveau international, la proposition sérieuse du Royaume d’accorder une large autonomie aux Sahraouis dans les provinces du Sud pour gérer leurs propres affaires dans le cadre de la souveraineté du Maroc.
La proposition marocaine d’autonomie pour la solution de ce différend fictif qui dure depuis plus de 40 ans est qualifiée par plusieurs puissances internationales de «proposition concrète, crédible et réaliste», a-t-on rappelé. Ledit comité a également plaidé pour la mobilisation des acteurs de la société civile, des militants des droits humains et des organisations de la jeunesse partisane et syndicale, afin de contribuer efficacement à faire entendre la voix du Maroc dans le concert des nations et défendre son droit inaliénable au parachèvement de son intégrité territoriale, de Tanger à Lagouira. Le comité a également appelé à la création d’une «banque de données» en plusieurs langues sur l’histoire, la géographie, la démographie, la culture, les traditions du Sahara marocain et les liens d’allégeance qui ont, de tout temps, existé entre les populations sahraouies et les souverains des différentes dynasties marocaines, de manière à expliquer et à clarifier davantage les tenants et aboutissants de l’affaire du Sahara marocain. Organisée par l’Association Sahara et l’Union des étudiants des provinces du Sud, avec le soutien de plusieurs partenaires, la seconde édition de la conférence internationale du Simun a regroupé quelque 400 délégués représentant de nombreux pays d’Afrique, d’Asie, d’Europe et d’Amérique qui ont simulé le rôle de diplomates internationaux au sein d’organes et instances de l’ONU. Ils ont œuvré pour que leurs voix soient entendues, tout en adoptant la position de leurs pays respectifs sur un sujet spécifique.
Cette simulation de la mission de l’ONU a permis aux jeunes délégués de débattre d’une série de problèmes qui préoccupent les gens dans le monde, tels les crises et conflits armés, les droits de la femme et de l’enfant, l’égalité des genres et l’autonomisation de la femme, le respect des droits de l’Homme et le développement de l’éducation, de la culture et des sciences. Le secrétaire général du Simun, Hicham Elmedraoui, et la directrice de la conférence, Kabira Bouachra, ont remercié tous les participants qui ont animé les débats sur les multiples problèmes que vit le monde et contribué à l’enrichissement de cette expérience de rencontre, d’ouverture, de tolérance et de communion entre les jeunes de différentes nationalités et cultures.
Le secrétariat général a organisé cette manifestation internationale en dépit du manque des moyens, ont-ils indiqué, soulignant que 1.300 demandes de participation à cette conférence internationale sont parvenues à la commission d’organisation, laquelle a adressé 500 invitations à des délégués de 50 pays, dont certains n’ont pu venir au Maroc pour défaut de visas.
Lors de la cérémonie de clôture, il a été procédé à la signature de deux protocoles de coopération et de partenariat entre le secrétariat de la conférence Simun et deux organisations, dont un protocole d’accord avec le centre d’études et de recherches «Madarik» de l’Émirat du Koweït.
Des trophées ont été remis à plusieurs personnalités et invités d’honneur et des attestations de mérite ont été décernées aux présidents et co-présidents des comités sectoriels calqués sur les organismes et instances de l’ONU.Par ailleurs, la journée du vendredi 13 avril a été consacrée à des excursions organisées au profit des délégués étrangers, pour la découverte de la beauté et des charmes des paysages naturels de la ville d’Agadir et de ses environs.