Menu
Search
Lundi 22 Avril 2024
S'abonner
close
Lundi 22 Avril 2024
Menu
Search
Accueil next Culture

Clôture en apothéose de la 11e édition du Festival international de la mode en Afrique

La 11e édition du Festival international de la mode en Afrique (FIMA) a pris fin samedi dernier avec un défilé grandiose réunissant une belle brochette de stylistes d'Afrique et du monde.

Clôture en apothéose de la 11e édition du Festival international de la mode en Afrique
Un show où les matières, les couleurs et les textures africaines étaient largement mises en avant. Ph. Saouri

Clap de fin pour la 11e édition du Festival international de la mode en Afrique (FIMA). Le Festival, qui célébrait ses 20 ans d'existence à Dakhla, s'est terminé samedi avec un grand défilé mettant en avant des créateurs venus des cinq continents. Alphadi, président fondateur du FIMA et créateur africain de renommée internationale, a ouvert le bal en présentant sa dernière collection. Un show où les matières, les couleurs et les textures africaines étaient largement mises en avant. «La matière première de ma collection est une matière noble et je veux montrer que mes créations et mes vêtements peuvent être portés par toutes les femmes», a précisé le créateur.
De grands créateurs marocains ont aussi participé à ce défilé, notamment Fadila El Gadi, Karim Tassi, Hisham Oumlil et Salima Abdelwahab. Cette dernière a présenté une collection créative et innovante. Elle est d'ailleurs connue pour son approche originale de la mode et à tendance à présenter des modèles amples et fluides, transformables, truffés de fantaisie et inattendus qui puisent leurs forces dans l’interprétation et le mélange de cultures vestimentaires.
De son côté, Karim Tassi a séduit par une collection épurée où le bleu règne en maitre avec des robes fluides qui mettent en avant le corps et la féminité de la femme. Les collections de Karim Tassi sont souvent en lin, en laine et en soie. Des matières nobles qui côtoient les détails du style contemporain et artisanal marocain pour un esprit moderne et urbain. Tandis que Hisham Oumlil a opté pour des créations dominées par le noir et travaillées essentiellement avec le cuir.
Fadila El Gadi a choisi, pour sa part, d’opter pour le rouge, le noir et les motifs léopard. Une collection belle et féminine où la part belle était donnée aux capes marocaines, modernisées avec élégance. Outre les défilés, les organisateurs du FIMA ont présenté une œuvre artistique signée «Hopare», de son vrai nom Alexandre Monteiro, la star montante du street art. Celui-ci a réalisé un portrait représentant S.M. le Roi Mohammed VI et feu S.M. le Roi Hassan II. 

Lisez nos e-Papers