Un colloque national a été organisé, du 11 au 12 avril à Zagora, par le Réseau de gouvernance et de développement durable des oasis de Drâa, sur le thème «Vulnérabilité des écosystèmes oasiens au changement climatique : Enjeux et défis de l’adaptation». Ce forum a réuni des ONG, des experts, des acteurs locaux et des institutionnels pour engager le débat autour de l’état des connaissances sur le changement climatique, la vulnérabilité des écosystèmes oasiens aux manifestations des évènements extrêmes du changement climatique et les opportunités à saisir par les oasis dans le cadre des mécanismes financiers du processus des variations climatiques. Dans une note de présentation, les organisateurs soulignent que le changement climatique constitue «un des défis majeurs auxquels la communauté scientifique, les médias et les politiciens accordent une importance capitale».
Plusieurs indicateurs mettent en évidence «le caractère alarmant de l’évolution des écosystèmes planétaires liée au changement climatique : fréquence des événements extrêmes, érosion et dégradation de la biodiversité, désertification, réduction des ressources en eau, pollution et ampleur des réfugiés climatiques». «Si la planète a connu divers changements climatiques, les menaces du changement actuel demeurent d’une grande ampleur, tant par sa vitesse que par ses conséquences sur les sociétés, rendant les écosystèmes de plus en plus vulnérables», estime la même source, soulignant que dans le cadre de cette problématique globale, l’espace oasien marocain représente un cas concret d’écosystème d’une grande vulnérabilité subissant les effets néfastes du changement climatique. Le programme comportait une série d’exposés sur «Les changements climatiques, défi planétaire et impacts néfastes sur les territoires oasiens», «L'état des lieux des négociations sur le changement climatique, quel positionnement des 
oasis ?», «Le changement climatique dans les zones sahariennes du Maroc», outre une présentation sur le Projet d’adaptation au changement climatique des zones oasiennes.
Au menu figuraient également un exposé intitulé «Vulnérabilité et adaptation des écosystèmes oasiens au changement climatique : quel rôle pour la société civile ?» en plus d’une réunion avec les associations pour l’élaboration d’une stratégie d’intervention et de collaboration.