Régions

Marrakech-Safi

Le développement régional entre perspectives et défis

author Abdelhakim Hamdane, LE MATIN

Selon Ahmed Akhchichene, le financement du PDR reste le plus grand défi pour ériger la région en tant qu'acteur essentiel dans le développement régional.                       Ph archives

La cité ocre a abrité, mardi, une conférence sur la régionalisation avancée, ses atouts et ses perspectives, ainsi que les défis à relever pour assurer sa réussite et garantir un développement régional durable.

Le Plan de développement régional (PDR) de Marrakech-Safi a été, mardi, au centre des débats lors d’une conférence sur le thème «La régionalisation avancée, levier de développement durable». «Le développement régional dans le cadre du nouveau modèle économique», «La déconcentration et la régionalisation avancée», «La mise en œuvre de la régionalisation avancée à travers le PDR de la région de Marrakech-Safi» et «Les obstacles et contraintes de la mise en œuvre des politiques publiques territoriales : la régionalisation avancée comme exemple» sont autant de thématiques abordées lors de cette rencontre qui s’est déroulée à Marrakech.
«Le financement du PDR reste le plus grand défi pour ériger la région en tant qu'acteur essentiel dans le développement régional», a expliqué Ahmed Akhchichene, président du Conseil de la région de Marrakech-Safi, selon l'agence MAP, soulignant que cette réalité reflète l'importance que revêtent les outils de financement des régions, à même de leur permettre de s'acquitter des missions qui leur sont dévolues. «Les ressources financières nécessaires sont de nature à faire des régions des acteurs économiques essentiels à même de développer l'économie locale», a-t-il indiqué, rapporte la même source. Et de faire remarquer que le projet de régionalisation avancée vise à la fois d’élargir le champ de la démocratie représentative régionale pour l'ériger en levier de développement économique et humain intégré et durable, afin de lutter contre les disparités, de préserver la dignité des citoyens, de promouvoir la dynamique de la croissance et de répartir équitablement ses fruits.
Pour sa part, le wali de la région de Marrakech-Safi, Mohamed Sabri, a relevé que la réussite du chantier de régionalisation avancée, qui est un choix volontariste stratégique du Royaume, reste tributaire de la fédération des efforts de tous les intervenants (autorités publiques, élus, services extérieurs, tissu associatif, opérateurs économiques et médias), chacun dans son domaine d'intervention, soulignant que le renforcement de la déconcentration administrative représente la pierre angulaire pour la réussite de ce chantier stratégique.
Le président de l'Université Cadi Ayyad de Marrakech (UCA), Abdelattif Miraoui, a de son côté souligné la confiance dont bénéficient l'université marocaine auprès de toutes les communes territoriales et les différents secteurs gouvernementaux et opérateurs, indiquant que l'UCAM est en cours d'élaboration de plusieurs conventions et partenariats avec plusieurs communes territoriales de la région et secteurs gouvernementaux.
«Ces partenariats témoignent de la reconnaissance de la capacité de l'université marocaine à contribuer à l'élaboration et à la mise en œuvre des plans, programmes et politiques publiques à travers ses structures de formation et de recherche scientifique», a-t-il fait savoir.
Le directeur de publication de l'encyclopédie «Dafatir de la régionalisation», Mohamed Abderrahmane Berrada, a, quant à lui, indiqué que la régionalisation avancée permettra de relever le défi du développement global et la modernisation des structures institutionnelles, à travers la mise en place de stratégies et de programmes appropriés afin de remédier aux dysfonctionnements et des disparités spatio-sociales. Il a fait savoir que la réalisation du développement dans les différentes régions commence par un diagnostic critique des potentialités de la région, de ses richesses et de ses spécificités. 

Services

S'inscrire à la Newsletter