Éco Actu

Politique de change

Flexibilité du dirham : On y est !

author S.N.,

Les partisans de la flexibilité du dirham sont servis. Dès ce lundi 15 janvier, la bande de fluctuation de notre monnaie est élargie à ±2,5%, contre ±0,3% jusqu’alors. Le pays a sauté le pas, compte tenu de conditions propices, marquées par la solidité du secteur financier et la consolidation des fondamentaux macroéconomiques. Les premières réactions à chaud sont favorables.

Historique. Le Maroc franchit ce lundi 15 janvier 2018 un nouveau pas dans la réforme de son régime de change. De report en report, la flexibilité du dirham, tant prônée par les institutions de Bretton Woods, et dont on voyait s’éloigner l’entrée en vigueur quand les politiques s’en sont mêlés, est enfin réalité.
Vendredi dernier, tard dans la soirée, le ministère de l’Économie et des finances s’est fendu d’un communiqué annonçant la flexibilisation progressive du dirham. À la grande satisfaction de Abdellatif Jouahri, le gouverneur de la Banque centrale, qui avait affirmé lors de multiples sorties en 2017 que le Maroc était techniquement prêt pour opérer le grand basculement. Plus tôt dans la soirée, cette décision avait été rapportée par le porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, à l’issue de la réunion du Conseil du gouvernement.
Mais en quoi consiste cette opération ?
Concrètement, dès aujourd’hui, «la parité du dirham est déterminée à l’intérieur d’une bande de fluctuation de ±2,5%, contre ±0,3% actuellement, par rapport à un cours central fixé par Bank Al-Maghrib (BAM) sur la base d’un panier de devises composé de l’euro (60%) et du dollar américain (40%)», explique le ministère. BAM continuera d’intervenir sur le marché afin d’assurer sa liquidité, est-il souligné.
Pourquoi cette réforme sur laquelle les autorités monétaires ont longtemps travaillé ? 
«La réforme du régime de change a pour objectif de renforcer la résilience de l’économie nationale aux chocs exogènes, de soutenir sa compétitivité et d’améliorer son niveau de croissance. Elle devrait accompagner les mutations structurelles qu’a connues l’économie du pays ces dernières années, notamment en termes de diversification, d’ouverture et d'intégration dans l'économie mondiale», résume le ministère des Finances.
Et les risques ? À en croire le Fonds monétaire international (FMI), en partie l’instigateur de cette réforme, les analyses menées avec les autorités marocaines dans les différents pans de l’économie ainsi que les stress tests des banques ont confirmé que le pays pouvait absorber sans difficulté des fluctuations accrues de notre monnaie. C’est en tout cas ce qu’avait déclaré Nicolas Blancher, conseiller au département Moyen-Orient et Asie centrale du FMI, chef de la mission du Fonds pour le Maroc, à un confrère de la place. L’expert avait même souligné que le FMI ne prévoyait pas de fluctuations prononcées, au regard de l’approche graduelle adoptée avant une flexibilisation totale. 
Pour déployer ce nouveau régime de change, les autorités monétaires avaient toujours affirmé attendre le moment opportun. Vraisemblablement, ce moment est arrivé. «Cette réforme est entamée dans des conditions favorables marquées par la solidité du secteur financier et la consolidation des fondamentaux macroéconomiques, notamment un niveau approprié des réserves de change (au 12 janvier, les réserves internationales nettes s’élevaient à 241,5 milliards de DH. BAM table sur 5,5 mois de couverture des importations en 2018) et une inflation maîtrisée (0,7% attendu pour 2017 et 1,5% projeté pour cette année, toujours selon BAM). Elle sera également soutenue par la poursuite des réformes structurelles et sectorielles. 


«Les banques ont déjà sensibilisé leurs clients à cette transition»

«Le passage dès ce lundi vers un régime de change plus flexible ne représente aucun risque ni au niveau macro-économique ni pour les opérateurs. Il s'agit juste d'une fluctuation déterminée à l’intérieur d’une bande», confirme un banquier qui a requis l’anonymat. 
«Le Maroc, gouvernement et Banque centrale, a opté pour un processus de transition graduelle et ordonnée vers un régime de change plus flexible, dans le cadre d’une décision volontariste, afin de permettre aux différents intervenants du marché de s’adapter à cette évolution et aux acteurs d’accompagner leurs clients et collaborateurs dans cette transition», souligne-t-il. C’est le cas notamment des banques qui ont déjà sensibilisé leurs clients, importateurs et explorateurs, à cette transition dont le passage d’une phase à l’autre restera conditionné par la satisfaction des prérequis. Tout le monde est bien préparé, soutient notre banquier. 
Le cadre macro-économique actuellement résilient permet d’entamer la réforme du régime de change, particulièrement au niveau du déficit du Trésor, du niveau d’endettement public, des réserves de change et du niveau d’inflation, développe notre banquier. La solidité et la résilience du système bancaire jouent également en faveur de cette transition graduelle. Globalement, il n’y aura pas de spéculation majeure sur les marchés de devises, les mécanismes de protection et de soutien étant déjà en place, affirme notre source.
M.B.H.


Ce qu'ils en pensent

Karim Tazi, président de l'Amith et patron de l'entreprise Marwa

«Le jeu en vaut la chandelle»​

«Toutes les avancées dans la politique de change sont à accueillir d’une manière positive. Dans le secteur du textile-habillement, nous sommes favorables et prêts à ce passage au régime de change flexible qui sera favorable à l’export et qui se répercutera positivement sur la compétitivité locale et la valeur ajoutée nationale. D'autant que 
la bande de fluctuation adoptée, qui n’est pas large, est extrêmement raisonnable et permet des variations extrêmement maîtrisées. Le jeu en vaut la chandelle».    L.O.

Taib Aisse, financier et président du cabinet AISSE​

«Les entreprises doivent se jeter à l’eau»

«La flexibilité du dirham, qui entre en vigueur ce 15 janvier, sera maitrisée et encadrée. Un taux de change flexible reflète la réalité de la parité de la devise nationale. La hausse des exportations et des flux de capitaux se traduit par une pression sur le dirham, ce qui renchérit les exportations et réduit le coût des importations. Cette nouvelle réforme permettra à nos exportations de profiter d’un avantage en termes de compétitivité-prix non négligeable. En revanche, je pense que nos entreprises ne sont pas encore prêtes pour accompagner ce grand chantier, mais elles doivent s’adapter et donc se jeter à l'eau».  S.Bk.

Abdelouahab Ennaciri, DG délégué de SCAMA, importateur de Ford – Groupe Auto Hall

«Un impact sur les prix de nos véhicules n'est pas exclu»​

«Nous ne savons pas, pour le moment, comment le marché va se comporter. Le gouvernement se veut rassurant, mais nous pensons qu’il y aura un impact vu que nous importons principalement en euro. Déjà, il faut savoir que l’euro a pris 5% 
sur le dollar, atteignant près de 1,22 dollar. Une appréciation qui n’a pas été sans impact sur notre activité, sachant que celle-ci est intervenue alors que la parité du dirham était déterminée à l’intérieur d’une bande de fluctuation de plus ou moins 0,3%. Aujourd’hui, avec une bande de fluctuation de plus ou moins 2,5%, le risque serait plus important. Surtout, si la tendance haussière de l’euro se confirme cette année. Face à une pression plus importante sur cette devise, nous serions donc obligés d’augmenter les prix de nos véhicules. Une augmentation qui ne sera, certes, pas importante».   M.A.H.

Philippe Karim Charot, directeur général d’Agro-Food Industrie

«Avec ±2,5%, nous pouvons anticiper tout changement»​

«Effectivement, j’ai pris connaissance de la décision du gouvernement d’enclencher la flexibilisation progressive du dirham avec une parité à l’intérieur d’une bande de fluctuation de ±2,5%. En tant qu’exportateurs, nous facturons principalement nos exportations en euro et en dollar. Du coup, je ne pense pas qu’il y aura un impact réel sur notre business puisque justement l’on est désormais limité à ±2,5%. Car avec ce niveau, l’on peut anticiper tout changement et prévoir en conséquence une couverture de change. Nous sommes donc confiants en cette décision. En termes de compétitivité, nous pensons également qu’il n’y aura pas d’impact. Nous allons conserver notre niveau de compétitivité à l’export».                S.N.     

Ahmed Derrab, secrétaire  général de l’Association des producteurs d'agrumes du Maroc (ASPAM)

«Nous restons pour le moment prudents»

«Nous sommes intéressés au plus haut point par la fluctuation du DH. Il suffit de savoir que nous avons exporté, lors de la campagne agrumicole 2016-2017, plus de 650.000 tonnes vers plus de 20 pays à travers le monde, pour une valeur totale de 6 milliards de DH. 
Plus de 40% de nos exportations vont vers l’Europe, 30% vers la Russie et 15% vers l’Amérique du Nord. Vu ce volume, le risque de fluctuations est un élément qui fait partie de notre quotidien. 
Bien évidemment, la Société marocaine d'assurance à l'exportation (SMAEX) couvre une partie de ces risques, mais cela reste insuffisant. Nous restons donc, pour le moment, prudents. Ceci dit, le Maroc doit s’ouvrir davantage sur les marchés mondiaux et faire du dirham une devise moins rigide».  A.M.

Services

Météo

Casablanca 15 novembre 2018

65.7°F

18.7°C

Meteo Casablanca
  • 15 ºC
    partlycloudy
  • 15 ºC
    nt_partlycloudy
  • 21 ºC
    partlycloudy
  • 13 ºC
    nt_clear
  • 23 ºC
    partlycloudy

Météo d'autres villes >

Horaires de Prière

Casablanca 15 novembre 2018

  • As-sobh : 06:31
  • Al-chourouq : 07:59
  • Ad-dohr : 13:20
  • Al-asr : 16:07
  • Al-maghrib : 18:32
  • Al-ichae : 19:49

Horaires d'autres villes >

Pharmacies de garde

Trouvez la pharmacie de garde dans votre quartier et ville!

Voir toutes les pharmacies de garde >

Bourse de Casablanca

+0.39 %

+0.4 %

Voir la Bourse >

Programmes TV

En ce moment
Chaine : Al Aoula
Akhbar arrai’ssiya +Météo

20:30

Chaine : M6
Scènes de ménages

20:25

Chaine : France 2
L'émission patrimoine

20:36

Chaine : Arte
28 minutes

20:05

Tous les programmes TV >

Météo

Casablanca 15 novembre 2018

65.7°F

18.7°C

Meteo Casablanca
  • 15 ºC
    partlycloudy
  • 15 ºC
    nt_partlycloudy
  • 21 ºC
    partlycloudy
  • 13 ºC
    nt_clear
  • 23 ºC
    partlycloudy

Météo d'autres villes >

Horaires de Prière

Casablanca 15 novembre 2018

  • As-sobh : 06:31
  • Al-chourouq : 07:59
  • Ad-dohr : 13:20
  • Al-asr : 16:07
  • Al-maghrib : 18:32
  • Al-ichae : 19:49

Horaires d'autres villes >

Pharmacies de garde

Trouvez la pharmacie de garde dans votre quartier et ville!

Logo pharmacie

Voir toutes les pharmacies de garde >

Bourse de Casablanca

+0.39 %

+0.4 %

Voir la Bourse >

Programmes TV

En ce moment
Chaine : Al Aoula
Akhbar arrai’ssiya +Météo

20:30

Chaine : M6
Scènes de ménages

20:25

Chaine : France 2
L'émission patrimoine

20:36

Chaine : Arte
28 minutes

20:05

Tous les programmes TV >

S'inscrire à la Newsletter

X