Éco Développement

9e Forum urbain mondial

Les ksour et les casbahs du Maroc suscitent l'intérêt des spécialistes

author S.Ba.,

La délégation marocaine a mis en exergue l’expérience dans l’intervention sur l’habitat en terre à travers le programme de valorisation durable des ksour et casbahs. Ph. DR

Dans le cadre de la participation du Maroc au neuvième Forum urbain mondial, qui a pris fin hier à Kuala Lumpur, le ministère de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville a organisé au stand du Maroc un Side Event sur le thème «Valorisation durable des ksour et casbah du Maroc».

À Kuala Lumpur (Malaisie), les représentants du ministère de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville ont mis en exergue l’expérience marocaine dans l’habitat construit en terre à travers le programme de valorisation durable des ksour et casbahs (PVD2K) du Maroc. Ce programme fait l'objet d’un partenariat avec le Programme des Nations unies pour le développement (Maroc). S’appuyant sur une approche participative, ce programme promeut la convergence entre les différents intervenants relevant tant du ministère de l’Habitat que des autres secteurs publics, semi-publics et privés. Selon un communiqué du ministère, ce programme conçu pour la période 2015-2019, ambitionne d’enclencher un cercle vertueux favorisant l’appropriation par les acteurs locaux de la valorisation durable de l’habitat en terre et du patrimoine des ksour et casbahs. Les retombées socio-économiques sur les populations locales attendues de ce programme en constituent un atout principal. Le PVD2K vise également la mise en place d’une stratégie d’intervention dans ces tissus anciens à l’horizon 2025, à même de permettre la réintégration de ce patrimoine dans le contexte général du développement territorial local.

Les ksour et casbahs ont joué un rôle majeur dans la formation des établissements humains dans les zones pré-sahariennes du sud-est du Maroc. Néanmoins, sur 4.000 unités que compte la Royaume, 3/4 sont inhabités et en état de dégradations avancées. Quant au millier restant, il compte environ 250.000 habitations et abrite près d’un million d’habitants. En outre, ces tissus patrimoniaux souffrent de dégradation du cadre bâti et de l'espace vivrier, de la carence en infrastructures et en équipements de base ainsi que de la précarité des conditions socio-économiques de la population. La présentation marocaine a fait l’objet d’un grand intérêt des participants internationaux et suscité un débat fructueux autour des mécanismes de sauvegarde des ksour et casbahs du Maroc en tant qu’héritage national et international et que locomotive de développement urbain et d’autonomisation des communautés locales. L’intégration du patrimoine dans l’aménagement des espaces de vie est, en effet, un sujet d’actualité au cœur de l’implémentation du  Nouvel Agenda urbain adopté à Quito en 2016. 

Services

S'inscrire à la Newsletter