Emploi

Entreprise

Managers, cessez de stresser vos collaborateurs !

author LE MATIN

Managers, cessez de stresser vos collaborateurs !

Face à une conjoncture de plus en plus difficile, et compte tenu des challenges et défis imposés par les mutations économiques et sociales et la transformation digitale, les entreprises sont davantage contraintes de travailler sous pression pour réaliser les objectifs plus rapidement et plus efficacement. Un défi qui provoque certaines situations de stress qui ont donné naissance à un type de management qualifié de «Management de stress». Demander plus des collaborateurs pour les impliquer davantage, un rythme apprécié par les managers, mais souvent mal supporté par les collaborateurs...

Au travail, différents styles de personnalités se côtoient. Cette diversité est la source de richesse d'une entreprise, à condition bien sûr de savoir en tirer le meilleur en matière de productivité, d'innovation et de création.
Justement, dans le but d'obtenir les meilleurs résultats possible, certains managers ont tendance à mettre la pression à leurs collaborateurs afin de les pousser à se surpasser. Résultat, un grand nombre de salariés se sentent stressés au travail. Preuve en est une étude réalisée par l'Observatoire marocain du bonheur de 2017 et qui révèle que pas moins de 30% des sondés considèrent que le travail est une source de stress. Les cadres ne sont pas mieux lotis, puisqu'une étude réalisée par Rekrute.com au début de l'année en cours indique que 58% des cadres se disent souffrir de stress, de fatigue et d'insomnie. Certes, ds facteurs comme la compétitivité, la concurrence, les conditions de travail, les difficultés de la vie, les problèmes personnels… peuvent causer le stress, cependant, il arrive que le manager soit lui-même une source de stress. 
«De façon aberrante, ce genre de pratiques me fait réfléchir à un type de management par “épuisement” ou par “contrainte”. D’autre part, il me fait réfléchir au style de management directif qui donne de l’intérêt aux tâches et à la productivité au détriment des relations humaines», note Chafik Harti, directeur associé à Horizon RH, coach ICF et formateur senior d’entreprise. Le type de management dont il est question est connu sous le nom de «Management par le stress». «Le concept “Management par le stress” me fait plutôt penser à une pratique pérenne, instaurée pour durer. Elle peut refléter le style personnel d’un dirigeant (souvent inconscient), ou bien une constante organisationnelle ou environnementale», indique Malgorzata Saadani, coach International ICC.
En d'autres termes, certains managers estiment que pour mieux motiver leurs collaborateurs et les faire travailler d'arrache-pied, il faut exercer sur eux une certaine pression et les pousser constamment à fournir le meilleur d'eux-mêmes. Or si le stress peut faire monter l'adrénaline et donc que cette méthode peut avoir des effets positifs sur certaines personnes, elle peut également avoir des conséquences néfastes sur les personnes et donc sur l'entreprise… et le plus important c'est qu'elle n'est pas efficace sur tout le monde. «Le management par le stress donne des résultats pour les collaborateurs qui ont besoin d'être challengés pour avoir de la performance. Ceux qui ne vont pas faire de leur mieux s'ils n'en sentent pas la nécessité. Il s'agit d’un type de collaborateurs qui aiment travailler sous stress, car cela fait monter l'adrénaline et stimule la motivation. Par contre sur le profil sensible qui n'arrive pas à gérer son stress, cela peut donner l'effet inverse. Car il se sentira menacé et pas du tout valorisé à sa juste valeur», explique Meryem Benslimane, consultante en développement des compétences et en ressources humaines.
Des précisions confirmées par Malgorzata Saadani : «il existe des types de personnalités qui ont besoin de ressentir une forte décharge d’adrénaline, une pression extrême pour donner le meilleur résultat. Il y a également les “têtes dures” dont la maîtrise nécessite une poigne ferme doublée du stress exercé. Le style de management doit impérativement être adapté au profil des équipes», souligne la coach International ICC. Il est, par ailleurs, important de souligner que même si certains profils ont besoin d’être challengés pour mieux produire, il n'en demeure pas moins que le stress permanent au travail peut être dangereusement néfaste sur la personne. «À vrai dire, le stress a deux facettes, bonne et mauvaise, d’où la confusion qui pourrait surgir, mais bien que les processus d’évaluation des contraintes et des ressources soient d’ordre psychologique, ils affectent également la santé physique, le bien-être et la productivité de la personne qui y est soumise. La personne se consume ainsi de l’intérieur, ce qui peut avoir une issue fatale : le suicide», avertit Chafik Harti, directeur associé à Horizon RH, coach ICF et formateur senior d’entreprise.Face à des risques aussi importants, on peut dire que le management par le stress montre ses limites et qu'il serait peut être préférable d'opter pour d'autres styles de management.

Du stress... à la confiance
Concurrence imprévisible, évolution des marchés, incertitude croissante… Nombreuses sont les raisons qui poussent aujourd’hui les managers à revoir leur style de management en optant pour un management basé beaucoup plus sur la transparence et la proximité que sur le stress. C’est ainsi qu’il est recommandé pour les managers de passer du management par le stress au management par la confiance. Ce dernier est censé aujourd’hui interpeller les chefs d’équipes, car il apparaît comme un facteur de bien-être et de performance individuelle et collective. 
C’est aussi un management qui favorise l’autonomisation et la responsabilisation de chaque collaborateur dans un contexte qui exige plus de prises d’initiatives, de cohésion d’équipe, d’agilité et de créativité. Bien qu’il soit performant, son adoption nécessite, pour le manager, un grand travail sur lui-même. «Le manager devrait être créateur de synergie, animateur, s’effacer derrière la décision collégiale et contribuer à l’expression de l’identité individuelle dans l’intelligence collective», souligne dans ce sens Chafik Harti. Et d’expliquer : «au lieu de “manager par le stress”, le chef d’équipe serait invité à “manager par la confiance”, ce qui ne pourrait se faire qu’à travers ses stratégies concrètes visant à “manager le stress” de façon individuelle et collective». Toutefois, il est à noter que pour tirer profit de ce type de management, il faut aussi que les collaborateurs soient dignes de confiance. 
Ils doivent aussi faire preuve d’engagement professionnel et agir dans l’intérêt collectif. Précisons, en guise de conclusion, que le type de management à adopter dépend du profil et de la personnalité de chaque collaborateur. Si certains ont besoin d’un stress modéré pour agir, d’autres nécessitent plutôt de la confiance pour donner le meilleur d’eux-mêmes. Hafsa Sakhi & Nabila Bakkass

----------------------------------------------------------------

Entretien avec Chafik Harti, directeur associé à Horizon RH et coach ICF, formateur senior d’entreprise

«Le rôle du manager performant serait de trouver le juste équilibre entre le profil de son collaborateur, les exigences du travail et le niveau de stress acceptable»

Management & Carrière : Comment définir le «management par le stress» ? Quelles en sont les spécificités ?
Chafik Harti :
À une époque aussi mouvementée que la nôtre, l'entreprise actuelle est forcée d'évoluer dans un environnement où concurrence féroce, gains de productivité rapides, instabilité et pression croissante des actionnaires sont les mots d'ordre.
Dans son ouvrage «Le culte de l’urgence, la société malade du temps», Nicole Aubert considère que les individus sont obligés d’accélérer sans cesse pour suivre le rythme voulu par la loi du profit maximum. Nous assistons à l’émergence d’un nouvel individu «hypermoderne», caractérisé par un excès symbolisant le dépassement constant, l’atteinte de situation limite et l’hyperactivité au travail.
Dictature du temps, de l’urgence et de l’immédiateté, les impératifs de changement et d’innovation en organisation s’accompagnent généralement d’un surcroît de stress pour les équipes.
Face à ce contexte ambigu, nombreux sont les managers qui sont convaincus de l’importance, voire de l’urgence de gérer par l’urgence et par la pression, à travers des pratiques pouvant porter le nom de «management par le stress». 

À votre avis, le management par le stress est-il une bonne méthode pour gérer ses équipes et les pousser à être plus performants ? Dans quelle mesure ce type de management est-il efficace ?
De façon aberrante, ce type de pratiques me fait réfléchir à un type de management par «épuisement» ou par «contrainte». En fait, il me fait remonter, d’une part, au temps du taylorisme dont le fondement était de contraindre le salarié à travailler, car, naturellement, il n’aime pas le travail (théorie X selon Mac Gregor). D’autre part, il me fait réfléchir au style de management directif qui donne de l’intérêt aux tâches et à la productivité au détriment des relations humaines.
Jeffrey Pfeffer, professeur à Stanford et consultant international, critique sévèrement les organisations, les accusant de créer des milieux de travail délétères. Ce type d’organisation transmet implicitement à son personnel le message suivant «nous allons vous placer dans un environnement où vous devrez travailler dans un rythme et dans des conditions insoutenables. Nous vous garderons ici jusqu’à ce que vous soyez épuisés. Ensuite, vous pourrez partir».
Cependant, tout ce qu’on vient de dire pourrait donner l’impression que le stress n’exerce qu’une influence néfaste sur nos vies. À vrai dire, le stress a deux facettes, bonne et mauvaise, d’où la confusion qui pourrait surgir.
Nous parlons de stress quand la personne est sous tension une fois soumise à des exigences perçues comme inhabituelles.
Nous distinguons bon stress (eustress) et mauvais stress (détresse) (loi de Yerkes et Dobson) : le bon se traduit par une tension modérée et par des effets positifs : augmentation de l’implication au travail, stimulation de la créativité et de la performance. Il se manifeste quand il y a adéquation entre les capacités de la personne et les exigences de son poste, ou encore entre ses besoins et ceux que son travail permet de combler.

Qu’en est-il des inconvénients ?
Justement, à défaut de cette adéquation, on assiste à un mauvais stress, marqué par une tension énorme liée à une surcharge ou à une sous-charge qualitative ou quantitative de travail. Dans ce cas, et loin d’être efficace, le stress est source de problèmes psychologiques et physiologiques divers, et cache des coûts directs et indirects énormes. C’est ce que déclare l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail qui considère que le stress survient lorsqu’il y a déséquilibre entre la perception qu’une personne a des contraintes que lui impose son environnement, et la perception qu’elle a de ses propres ressources pour y faire face. Bien que les processus d’évaluation des contraintes et des ressources soient d’ordre psychologique, ils affectent également la santé physique, le bien-être et la productivité de la personne qui y est soumise.

Ce type de management peut-il être une source de souffrance psychologique pour le collaborateur ? 
Pourquoi et comment ?

Ceci dit, et d’une façon plus simple, quand on a l’impression de maîtriser la situation, le stress devient «le piment de la vie», un challenge, une opportunité de développement, mais à défaut de ce sentiment d’auto-efficacité, il peut se transformer en une réelle  pathologie.
La commission européenne considère que cet état de stress est caractérisé par des degrés élevés d’éveil et de souffrance et, souvent, par le sentiment de ne pas pouvoir s’en sortir. Elle précise, dans un rapport de 2007, l’augmentation inquiétante de cette souffrance au travail et cela va au même sens de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui prévoit qu’en 2020, la dépression deviendra la principale cause d’incapacité de travail alors qu’elle n’est que la quatrième aujourd’hui.
S’il n’est pas régulé et si les salariés y sont exposés de façon intense dans la durée, le stress peut se transformer en épuisement professionnel (Burn-out) qui se manifeste notamment par la perte d’intérêt pour le travail, des attitudes négatives au travail et un sentiment de faible accomplissement personnel, sans oublier des problèmes psychologiques (dépression, irritabilité, agitation, désorientation...) ou physiques nombreux (troubles cardiovasculaires, ulcère gastrique, migraine…).
La personne se consume ainsi de l’intérieur, ce qui peut avoir une issue fatale : le suicide.

Partant du principe que le manager doit être garant du bien-être des collaborateurs, comment passer d’un management par le stress à un management par la confiance ?
Le rôle du manager performant serait de trouver le juste équilibre entre le profil de personnalité de son collaborateur, les exigences du travail et le niveau de stress acceptable. Cet équilibre stimule la performance sans altérer la santé physique et psychique, voire favorise un état de bien-être et de satisfaction au sein de l’équipe.
Le manager devrait être créateur de synergie, animateur, s'effacer derrière la décision collégiale et contribuer à l'expression de l’identité individuelle dans l'intelligence collective. Ainsi, et au lieu de «manager par le stress», il serait invité à «manager par la confiance», ce qui ne pourrait se faire qu’à travers ses stratégies concrètes visant à «manager le stress» de façon individuelle ou collective. Propos recueillis par N.B.

Services

Météo

Casablanca 14 novembre 2018

66.6°F

19.2°C

Meteo Casablanca
  • 12 ºC
    clear
  • 12 ºC
    nt_clear
  • 22 ºC
    clear
  • 14 ºC
    nt_tstorms
  • 20 ºC
    partlycloudy

Météo d'autres villes >

Horaires de Prière

Casablanca 14 novembre 2018

  • As-sobh : 06:30
  • Al-chourouq : 07:58
  • Ad-dohr : 13:20
  • Al-asr : 16:08
  • Al-maghrib : 18:33
  • Al-ichae : 19:49

Horaires d'autres villes >

Pharmacies de garde

Trouvez la pharmacie de garde dans votre quartier et ville!

Voir toutes les pharmacies de garde >

Bourse de Casablanca

+0.5 %

+0.52 %

Voir la Bourse >

Programmes TV

En ce moment
Chaine : Canal+
La bataille des sexes

21:00

Chaine : TF1
Esprits criminels S13E21

21:00

Chaine : C8
Access S01E04

21:00

Chaine : 2M Maroc
Al massaiya

21:00

Tous les programmes TV >

Météo

Casablanca 14 novembre 2018

66.6°F

19.2°C

Meteo Casablanca
  • 12 ºC
    clear
  • 12 ºC
    nt_clear
  • 22 ºC
    clear
  • 14 ºC
    nt_tstorms
  • 20 ºC
    partlycloudy

Météo d'autres villes >

Horaires de Prière

Casablanca 14 novembre 2018

  • As-sobh : 06:30
  • Al-chourouq : 07:58
  • Ad-dohr : 13:20
  • Al-asr : 16:08
  • Al-maghrib : 18:33
  • Al-ichae : 19:49

Horaires d'autres villes >

Pharmacies de garde

Trouvez la pharmacie de garde dans votre quartier et ville!

Logo pharmacie

Voir toutes les pharmacies de garde >

Bourse de Casablanca

+0.5 %

+0.52 %

Voir la Bourse >

Programmes TV

En ce moment
Chaine : Canal+
La bataille des sexes

21:00

Chaine : TF1
Esprits criminels S13E21

21:00

Chaine : C8
Access S01E04

21:00

Chaine : 2M Maroc
Al massaiya

21:00

Tous les programmes TV >

S'inscrire à la Newsletter

X