Emploi

Ressources humaines

Motivation des collaborateurs, l'équation gagnante

author Hafsa Sakhi, LE MATIN

La motivation des collaborateurs est la condition sine qua non pour augmenter leur productivité. Le début de l'année est la période idéale pour redonner du punch aux équipes. Or de nombreuses entreprises négligent cet aspect ou ne s'y prennent pas de la bonne manière.

Selon le dictionnaire Larousse, la motivation est l’ensemble des «raisons, intérêts et éléments qui poussent quelqu'un à agir. C’est aussi les facteurs qui déterminent le comportement d'un agent économique». Partant de ces définitions, on constate ô combien la motivation est importante dans le milieu professionnel. Elle est la force motrice permettant au collaborateur d’augmenter sa productivité au travail. La motivation du salarié serait donc une équation gagnante pour les entreprises et les collaborateurs. En effet, les motiver et les aider à s'épanouir dans leur travail ne peut qu'avoir un effet positif sur leur rendement. Dans le cas contraire, celle-ci pourrait être mise à rude épreuve, avec les changements et les mutations qui touchent aujourd’hui l’organisation du travail, accompagnés souvent de stress et de sentiment d'insécurité.

L'art de motiver ses équipes
Force est de constater qu’il n'existe pas une seule recette miracle. Contrairement à ce que l'on peut croire, la motivation ne passe pas uniquement par l'argent et par des facteurs matériels. Nombreuses sont les études qui démontrent que la rémunération n’est pas le seul facteur de motivation d’un collaborateur. D’autres éléments entrent en jeu, comme le climat et les conditions de travail, le statut et les perspectives d’évolution, l’implication et le travail demandé au collaborateur, sans oublier la communication avec le manager. «Ma principale source de motivation n’est pas la rémunération, mais plutôt la reconnaissance et la valorisation. Un mot gentil, respectueux, des encouragements et des félicitations suffisent à me donner la force et le courage d’effectuer plusieurs tâches et d’exceller dans mon travail», indique Chaïmaa, fonctionnaire. Même son de cloche chez Mounia, employée, qui lie la motivation au climat favorable du travail : «À mon sens, l’argent est un moyen important pour motiver les collaborateurs, mais il n’est pas suffisant. Encore faut-il garantir de bonnes conditions de travail. Je pense que ce sont ces conditions et le management qui me motivent à travailler plus. L’esprit d’équipe, le comportement de la hiérarchie… jouent un rôle primordial dans mon épanouissement au travail et ma motivation».
Cette conception de la motivation, un nombre important de DRH en sont conscients. En témoignent les propos tenus par Hind Ameziane, directrice des ressources humaines chez Vivo Energy Maroc, qui explique : «Plusieurs recherches ont démontré que la rémunération ne peut pas, à elle seule, suffire pour motiver les collaborateurs. Des entreprises ont introduit, il y a des décennies, la rémunération variable ou les primes sur objectifs afin de stimuler la motivation et la performance, mais ce mythe n’est plus valable». Et d’ajouter : «Les entreprises se sont rendu compte que le levier de la rémunération quand bien même compétitive, ne suffit plus à garder un collaborateur au mieux de sa motivation. Les collaborateurs sont de plus en plus à la recherche d’un sens à donner à leur projet professionnel. Ceci est d’autant plus justifié de nos jours avec les nouvelles générations». La DRH estime ainsi que pour le motiver, le collaborateur doit être connecté aux valeurs de l’entreprise, se sentir utile, valorisé et «capable de porter son empreinte professionnelle au plus grand édifice de son entreprise».
Prendre part au développement de l'entreprise, donner du sens à son travail, «avoir une mission à accomplir»… ces notions sont de plus en plus importantes de nos jours. Contrairement à ce qui était généralement de mise autrefois, le travail n'est plus uniquement un moyen d'ascension sociale et un gagne-pain indispensable. Les collaborateurs «nouvelle génération» ne veulent plus effectuer n'importe quelle tâche, n'importe comment et à n'importe quel prix. «Le sens que nous attribuons à nos gestes est une source importante de motivation. La preuve est qu’on entend souvent des phrases répétées par certains salariés telles que “cette décision n’a pas de sens” ou “je ne vois pas l’intérêt de faire ça”. Ces expressions ont un impact sur la productivité des collaborateurs, mais aussi sur leur motivation au quotidien», relève Amal Hihi, coach PCC experte en rayonnement professionnel DG Shine Consulting Group. «Donner du sens au travail est une démarche indispensable à notre époque où l’incertitude et l’insécurité peuvent s’inviter en entreprise. Ce ne sont d’ailleurs ni la rémunération, ni la reconnaissance qui peuvent répondre à ce besoin de sens», explique le coach.

La motivation, un enjeu de taille
En revanche, certains managers oublient cet aspect et semblent parfois ne pas réellement prendre conscience de l'importance de cet enjeu. «Vous pouvez avoir des managers compétents et très intelligents, mais avec des équipes non épanouies et non impliquées. La raison est que ces managers sont souvent sous un effet tunnel qui les empêche de tirer le mieux de ce qu’ils sont, de ce qu’ils savent être et de ce qu’ils savent faire. Ces managers ne s’obligent pas à repenser leur performance en pensant efficience et agilité au lieu de ne penser qu’efficacité», estime Farid Yandouz, expert Change Management et Partner au sein du cabinet international Trusted Advisors. «Lire la cartographie motivationnelle de ses collaborateurs et observer soigneusement leurs réactions vis-à-vis des différentes motivations permet au responsable de mieux répondre à leurs attentes et à les stimuler d’une manière réfléchie et adaptée», précise le directeur du Pôle stratégie, organisation et capital humain à Promamec, Mohammed Benouarrek.

Entretien avec Mohammed Benouarrek, directeur du Pôle stratégie, organisation et capital humain à Promamec

«On peut motiver un collaborateur et le démotiver la même journée sans s’en apercevoir»

Éco-Emploi : La motivation en entreprise. Où en est-on aujourd’hui ?
Mohammed Benouarrek :
La motivation ne préoccupe pas tous les managers de la même façon. Les entreprises aussi n’accordent pas à la motivation la même importance. Ceci dépend de la culture interne et du modèle du patron en général. Ce modèle est souvent dupliqué en cascade. En Occident, la motivation du capital humain est cruciale, car elle est un facteur clé dans l’équation de la performance. La compétence, à elle seule, n’est pas suffisante. La conscience, de ce fait, n’est plus remise en cause. Au Maroc, de plus en plus, les entreprises accordent de l’importance à la motivation de leurs salariés. La concurrence locale aussi bien qu’internationale oblige les entreprises à se doter de ressources motivées et engagées.

Quelles sont les différentes approches adoptées par l’entreprise marocaine en matière de motivation ?
Les approches de motivation appliquées à l’échelle locale restent assez classiques. Certaines entreprises optent pour une politique de rémunération tenant compte du benchmark des salaires et récompensant les efforts moyennant une partie variable. D’autres se focalisent sur le bien-être de leurs salariés. L’ergonomie, le flexi-time, la souplesse quant au timing du travail, la formation, la gestion des carrières des salariés les plus méritants, etc. La formation, surtout couplée à l’ascension professionnelle, demeure également un facteur important dans la motivation de ses salariés. Il ne faudra surtout pas exclure le volet social, les sorties, le team-building, les conventions au profit des salariés, etc. Un autre levier de motivation, peu exploité, reste celui du style managérial. Il s’agit d’un facteur motivationnel très important. Se sentir «bien dans sa peau» gagne des points dans la cartographie des facteurs de motivation au sein d’un lieu professionnel.

Faut-il changer d'approche en fonction des générations ?
Il est certain que chaque génération a ses traits en commun et ses préférences. Les jeunes accordent une grande importance au bien-être, au climat de travail, à l’ambiance qui règne en interne, à la réputation de l’entreprise dans le marché du travail, aux valeurs de l’entreprise, au style de management, à la valorisation de l’élément humain et à la gestion des carrières pour ne citer que quelques facteurs. Les membres de la génération «Z» apprécient aussi l’autonomie, la diversification des tâches et les missions variées. Ils sont plus volatiles en général et cherchent leur bonheur au milieu du travail avant tout.

Quelles sont les sources de démotivation ? Et comment affectent-elles les efforts de l’entreprise pour motiver les collaborateurs ?
Effectivement, tout le monde parle de la motivation, mais peu de gens abordent la question de la démotivation. 
On peut motiver un collaborateur et le démotiver la même journée sans s’en apercevoir. 
Les maladresses managériales en sont les causes principales. Dans le même registre, il y a lieu de noter que l’extrapolation du manager de ses sources de motivation sur ses équipes reste une erreur fatale. Certains sont motivés par le pouvoir, d’autres par l’argent, tandis qu’une autre population est essentiellement motivée par la reconnaissance, l’autonomie ou encore la sécurité de l’emploi. Le manager devra, par conséquent, respecter les facteurs motivationnels de ses équipes et ne pas penser qu’ils apprécient les mêmes motivations que lui.

Services

S'inscrire à la Newsletter