Nation

EXCLUSIF- Entretien avec Fekitamoeloa Katoa Utoikamanu

Pays sans littoral : «Des efforts restent à consentir pour renforcer les infrastructures et améliorer l’accès aux services de base»

Yousra Amrani Yousra Amrani, LE MATIN

La réunion d’examen à mi-parcours de la région africaine du programme d’action de Vienne pour les pays en développement sans littoral (VPoA) pour la décennie 2014-2024 se tient à Marrakech du 18 au 19 mars. Cette rencontre de haut niveau vise à établir un bilan des réalisations et à identifier les défis pour garantir la réalisation des objectifs de cette feuille de route.

C’est hier que s’est ouverte à Marrakech la réunion d’examen à mi-parcours de la région africaine du programme d’action de Vienne pour les pays en développement sans littoral (VPoA) pour la décennie 2014-2024. Organisée ces 18 et 19 mars par le Bureau de la haute représentante des Nations unies pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral et les petits États insulaires en développement (UN-OHRLLS), en partenariat avec la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA), cette réunion intervient à la veille de la tenue de la réunion mondiale d’examen à mi-parcours de la mise en œuvre du programme d’action de Vienne prévue en décembre 2019. Elle vise à évaluer les progrès accomplis dans la mise en œuvre du programme d’action de Vienne pour les pays en développement sans littoral en Afrique et à évaluer les principales réalisations et les contraintes rencontrées.
Lancé, en 2014, pour faire face aux défis auxquels font face ces pays, le programme d’action de Vienne pour la décennie 2014-2024 fait partie intégrante du programme de développement à l’horizon 2030 comme le souligne Heidi Schroderus-Fox, directrice, UN-OHRLLS. Cette feuille de route adoptée par 32 pays propose une approche globale pour améliorer l’intégration des pays en développement sans littoral dans l’économie mondiale par le biais d’interventions dont les priorités d’action sont les questions fondamentales de politique en matière de transit, le développement et l’entretien de l’infrastructure, le commerce international et la facilitation du commerce, l’intégration et la coopération régionale et la transformation structurelle de l’économie.
Ainsi et cinq années après sa mise en œuvre, l’heure est au bilan. Pour Fekitamoeloa Katoa Utoikamanu, haute représentante pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral (PDSL) et les petits États insulaires, les PDSL affichent des résultats mitigés à mi-parcours de la mise en œuvre de cette feuille de route. Certes, ces pays ont progressé dans la réalisation des objectifs de développement durable, mais les progrès sont lents. La croissance du PIB réel dans les pays en développement sans littoral est tombée par exemple à 3% en 2016, soit son niveau le plus bas depuis 1998, mais elle est revenue à 4,5% en 2017 et l’on s’attend à ce qu’elle reste autour de ce niveau d’ici 2020. Quant aux niveaux de pauvreté dans ces pays, ils ont certes diminué, mais restent supérieurs à la moyenne mondiale.
«Certains progrès ont été accomplis dans la mise en œuvre du VPoA, mais ces progrès ne sont toujours pas suffisants pour permettre aux PDSL de réaliser les objectifs de développement durable. La part du commerce mondial des marchandises des pays en développement sans littoral reste inférieure à 1% et leurs exportations restent concentrées sur un nombre très limité de produits. Il reste donc important de surmonter les défis liés aux coûts commerciaux élevés pour garantir une meilleure intégration des pays en développement sans littoral dans le commerce mondial», indique cette responsable. Une action qui sera possible grâce à la mise en œuvre de l’accord de facilitation des échanges commerciaux. Un accord qui a été ratifié par 24 pays en développement sans littoral membres de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), mais dont la mise en œuvre reste toujours à la traîne.

---------------------------------------------------------------------------------------------------

EXCLUSIF : Entretien avec Fekitamoeloa Katoa Utoikamanu, haute représentante pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral et les petits États insulaires

«Malgré les réalisations, des efforts restent à consentir pour renforcer les infrastructures de transport et améliorer l’accès aux services de base»

A l’approche de la tenue de la réunion mondiale pour l’examen à mi-parcours du programme d’action de Vienne en faveur des pays sans littoral prévue en décembre 2019, une réunion régionale africaine s’est tenue à Marrakech du 18 au 19 mars dernier en prélude à cette rencontre de haut niveau afin d’examiner les principales réalisations, les contraintes, les défis émergents et les opportunités à saisir par les pays en développement sans littoral. Dans cet entretien exclusif accordé au Matin, Mme Fekitamoeloa Katoa Utoikamanu Haute-Représentante pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral et les petits États insulaires en développement évoque les progrès réalisés par ces pays et s’arrête sur les défis qui restent à relever en vue de garantir un développement économique et social inclusif à ces pays.

Le Matin : Marrakech abrite ces 18 et 19 mars la Réunion régionale africaine sur l’examen à mi-parcours du Programme d’action de Vienne en faveur des pays sans littoral pour la décennie 2014-2024. Pourquoi avoir choisi le Maroc pour tenir cette réunion de haut niveau et quels sont les résultats attendus de cette rencontre ?
Fekitamoeloa Katoa Utoikamanu :
La raison pour laquelle on a choisi le Maroc pour tenir cette réunion est tout d’abord que le Maroc a toujours été un grand partisan des Nations unies dans divers projets de développement, et qu’il est situé en Afrique du Nord. En plus, il a lancé de nombreux projets pour aider le continent, y compris l’initiative de Sa Majesté le Roi Mohammed VI qui a été annoncée par la délégation marocaine lors de l’examen à mi-parcours de programme d’action d’Istanbul pour les pays les moins avancés à Antalya en Turquie, visant à annuler la dette des PMA (pays les moins avancés) d’Afrique, dont plusieurs sont également des pays en développement sans littoral, et à accorder un accès en franchise de droits et hors contingent à la plupart de leurs produits d’exportation. Nous sommes très reconnaissants au Royaume de nous accueillir ici à Marrakech pour discuter des progrès de la mise en œuvre du Programme d’action de Vienne dans les pays africains sans littoral.

Qu’en est-il des résultats attendus ?
Pour ce qui est des résultats. L’on s’attend à travers cette réunion à pouvoir examiner attentivement et faire le point sur la mise en œuvre du VPoA (Programme d’action de Vienne pour les pays africains sans littoral) en Afrique, en identifiant notamment les principales réalisations, les contraintes, les défis émergents et les opportunités présentées. Nous souhaitons également que cette réunion puisse identifier et partager les pratiques optimales, les expériences et les approches innovantes pour accélérer la mise en œuvre du VPoA et l’atteinte des objectives de développement durable dans la région. Nous espérons par ailleurs que des mesures politiques appropriées et des recommandations pragmatiques soient prises lors de cette rencontre dans le but de résoudre durablement les problèmes particuliers des pays en développement sans littoral et d’accélérer la mise en œuvre du VPoA et la réalisation des ODD. Il est d’ailleurs important de noter dans ce sens que les résultats de cette conférence dédiée à l’examen par la région africaine du programme d’action de Vienne pour les pays en développement sans littoral à son mi-parcours et les recommandations qui en découleront constituera une contribution de fond qui alimentera les débats lors de la 52e session de la Conférence des ministres africains des Finances, de la planification et du développement économique (CoM) de la Commission économique pour l’Afrique (CEA) prévue du 20 au 26 mars à Marrakech ainsi que la réunion mondiale pour l’évaluation des réalisations à mi-parcours du programme d’action de Vienne prévue en décembre 2019.

À mi-parcours de la fin du programme d’action de Vienne en faveur des pays sans littoral, quels sont à votre avis les principaux progrès réalisés dans le cadre de la mise en œuvre de ce programme en Afrique et les défis qui restent à relever par ces pays afin d’atteindre les objectifs tracés par ce programme ?
S’agissant des progrès réalisés, on note que la plupart des pays en développement sans littoral (PDSL) ont déjà ratifié l’accord de l’Organisation mondiale de commerce portant sur la facilitation du commerce, mais sa mise en œuvre reste toujours à la traîne. En outre, les pays en développement sans littoral participent de plus en plus activement aux accords commerciaux régionaux et aux blocs économiques, ce qui leur offre de bonnes perspectives d’intégration dans le commerce régional. La zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA) offre en effet une grande opportunité pour une intégration plus poussée des pays en développement sans littoral dans le commerce régional.
En ce qui concerne la transformation structurelle de l’économie, les progrès restent limités. Nous relevons que les investissements directs étrangers (IDE) et les aides publiques au développement demeurent les principales sources de financement pour ces pays, mais ils restent concentrés dans un nombre très restreint de pays en développement et ne suffisent pas pour répondre pleinement à leurs besoins. Notons également que les efforts de mobilisation des ressources nationales, notamment pour élargir l’assiette fiscale des PDSL, continuent de donner des résultats, quoique mitigés.

Les PDSL continuent d’afficher des résultats mitigés en ce qui concerne leurs progrès dans la réalisation des priorités du VPoA. À votre avis, comment ces pays peuvent-ils surmonter cette situation et garantir un meilleur développement de leurs économies ? Et quelles sont les principales difficultés qui restent à surmonter par ces pays ?
En effet, les PDSL affichent des résultats mitigés dans la réalisation des priorités du VPoA. Pour que les pays en développement sans littoral exploitent pleinement leur potentiel, il est important de prendre des mesures, compatibles avec les règles et obligations internationales pertinentes, qui favorisent une transformation économique structurelle à même de réduire l’impact négatif de leurs désavantages géographiques et des chocs extérieurs et à créer des emplois, ce qui permettra à terme d’éradiquer la pauvreté sous toutes ses formes et dans toutes ses dimensions, et contribuera à garantir une croissance et un développement inclusif et durable à ces pays. Ce qu’il faut souligner, c’est que la promotion du développement économique et social incombe en premier aux pays eux-mêmes. Ces derniers sont en effet appelés à mettre en place les politiques et stratégies de développement adéquates pour booster leurs économies. Des efforts qui sont supposés être soutenus par un environnement économique international favorable. S’agissant des principaux défis qui restent à relever par ces pays, ces derniers portent sur le renforcement des infrastructures de transport en transit qui sont toujours déficientes, ce qui affecte négativement le coût du commerce et l’économie en général.

Comme vous venez de le souligner, les PDSL sont toujours confrontés aux mêmes défis traditionnels qui entravent leur développement et qui portent notamment sur la vétusté et la déficience des infrastructures de transport, la difficulté d’accès à l’électricité et le coût élevé des services de TIC. Quelles sont à votre avis les actions à mettre en œuvre dans ce sens par les PDSL pour surmonter ces contraintes ?

En effet, malgré les efforts déployés pour développer et moderniser l’infrastructure de transport, la qualité de ces infrastructures laisse toujours à désirer. Pour ce qui est de l’électricité, l’accès à ce service de base s’est certes amélioré dans les pays en développement sans littoral, mais reste inférieur à la moyenne mondiale et les coûts de cet accès restent élevés et au-delà des capacités de ces pays, d’où l’importance de renforcer le soutien technique et financier apporté à ces pays. Nous estimons qu’il est également nécessaire de renforcer la coopération entre les pays en développement sans littoral, les pays de transit ainsi que les organisations régionales et sous-régionales en vue de renforcer les infrastructures de transport transfrontalier.

Les pays en développement sans littoral sont répartis sur la planète, en Asie, en Afrique et en Amérique latine. Certains se développent plus vite que d’autres. Pourriez-vous nous donner une idée générale sur les progrès enregistrés par les pays situés en Afrique et leur évolution par rapport aux pays situés dans d’autres continents ?
La croissance réelle du produit intérieur brut de tous les pays en développement sans littoral est tombée de 5,6% en 2014 à 2,8% en 2016. En Afrique, la croissance économique moyenne (en excluant le Soudan du Sud) a diminué de 6% en 2014 à 4,2% en 2016. Au niveau mondial, tous les pays en développement sans littoral représentent moins de 1% du commerce mondial des marchandises et les exportations ne sont pas diversifiées et consistent principalement en des produits de base. En 2017, les 16 pays africains en développement sans littoral ont contribué à environ 0,21% du taux des exportations mondiales, ce qui représente une contribution très faible par rapport aux 14 pays en développement sans littoral relevant de la région euro-asiatique dont la contribution s’est élevée à 0,6 au cours de la même période.

À l’approche de l’examen à mi-parcours mondial du VPoA, quelles sont à votre avis, les mesures à mettre en œuvre afin d’accélérer davantage l’implémentation du programme d’action de Vienne ?
L’objectif premier du programme d’action de Vienne est de répondre de manière plus cohérente aux besoins et défis particuliers des pays en développement sans littoral, qui découlent de leur enclavement, de leur éloignement et de leurs contraintes géographiques, et de contribuer ainsi à accroître le taux de croissance durable et inclusive, susceptible contribuer à l’éradication de la pauvreté sous toutes ses formes et dans toutes ses dimensions, y compris l’extrême pauvreté. Pour ce faire, nous devons mettre en place et promouvoir des systèmes de transport en transit intégrés et complémentaires, ce qui inclut la nécessité de mettre en place parallèlement des programmes incluant l’aménagement des routes, des voies ferrées et des voies navigables pour relier les pays en développement sans littoral aux marchés internationaux ; et pouvoir développer par conséquent de véritables partenariats entre les pays en développement sans littoral et ceux de transit et leurs partenaires de développement à tous les niveaux. Dnes à Marrakech Yousra Amrani

Services

Météo

Casablanca 19 octobre 2019

66.74°F

19.3°C

Meteo Casablanca
  • 18.8°C
    cloudy
  • 18.7°C
    cloudy
  • 18.7°C
    cloudy
  • 16.8°C
    cloudy
  • 15.4°C
    rain

Météo d'autres villes >

Horaires de Prière

Casablanca 19 octobre 2019

  • As-sobh : 06:10
  • Al-chourouq : 07:35
  • Ad-dohr : 13:21
  • Al-asr : 16:26
  • Al-maghrib : 18:56
  • Al-ichae : 20:10

Horaires d'autres villes >

Pharmacies de garde

Trouvez la pharmacie de garde dans votre quartier et ville!

Voir toutes les pharmacies de garde >

Programmes TV

En ce moment
Chaine : Bein Sports NBA
Brighton & Hove Albion v Tottenham Hotspur 4K English Premier League 2019/20 4K

10:00

Chaine : Bein Sports HD14
NBA: LAKERS WARRIORS

10:00

Chaine : France 24
LE JOURNAL (893)

11:00

Chaine : TF1
Le mag de la Coupe du monde de rugby

11:05

Tous les programmes TV >

Horaires de train

Retrouvez les horaires de vos trajets en un seul clic !

Voir tous les horaires de train >

Météo

Casablanca 19 octobre 2019

66.74°F

19.3°C

Meteo Casablanca
  • 18.8°C
    cloudy
  • 18.7°C
    cloudy
  • 18.7°C
    cloudy
  • 16.8°C
    cloudy
  • 15.4°C
    rain

Météo d'autres villes >

Horaires de Prière

Casablanca 19 octobre 2019

  • As-sobh : 06:10
  • Al-chourouq : 07:35
  • Ad-dohr : 13:21
  • Al-asr : 16:26
  • Al-maghrib : 18:56
  • Al-ichae : 20:10

Horaires d'autres villes >

Pharmacies de garde

Trouvez la pharmacie de garde dans votre quartier et ville!

Logo pharmacie

Voir toutes les pharmacies de garde >

Bourse de Casablanca

+0.53 %

+0.54 %

Voir la Bourse >

Programmes TV

En ce moment
Chaine : Bein Sports NBA
Brighton & Hove Albion v Tottenham Hotspur 4K English Premier League 2019/20 4K

10:00

Chaine : Bein Sports HD14
NBA: LAKERS WARRIORS

10:00

Chaine : France 24
LE JOURNAL (893)

11:00

Chaine : TF1
Le mag de la Coupe du monde de rugby

11:05

Tous les programmes TV >

S'inscrire à la Newsletter

X