Menu
Search
Mardi 18 Juin 2024
S'abonner
close

Le Maroc leader de la transition énergétique en Afrique

La stratégie énergétique marocaine est saluée par la Banque africaine de développement. La banque a soutenu le Maroc dans la réalisation de plusieurs projets énergétiques, notamment solaire, que ce soit à Midelt ou à Ouarzazate.

Le Maroc leader de la transition énergétique en Afrique
Le Maroc a planifié, pour 2020, une capacité additionnelle d’au moins 2.000 mégawatts pour la seule source solaire.

650 millions d’Africains n’ont pas accès à l’électricité, soit plus des deux tiers de la population. Un constat alarmant, regrette la Banque africaine de développement (BAD) qui rappelle que ce déficit en infrastructures énergétiques est considéré comme l’un des principaux obstacles au développement et au progrès en Afrique. 

«Chaque année, les pénuries d’électricité coûteraient, selon les estimations, 2 à 4% du produit intérieur brut continental, ce qui altère grandement les perspectives de croissance économique, de création d’emploi et d’investissement. Dans ce contexte, les pays africains ont progressivement renforcé leurs capacités de production et diversifié leur mix énergétique», souligne la BAD. Selon la banque, le Maroc a pu se démarquer pour figurer aujourd’hui parmi les bons élèves du continent en termes de stratégie énergétique. 

«Le Maroc a l’ambition de porter à 52% la part du renouvelable dans son mix énergétique en 2030. Le pays a donc opté pour une transition énergétique centrée sur le développement des énergies renouvelables, avec pour objectif d’installer des capacités additionnelles de production d’électricité d’un total de 6.000 mégawatts de sources éolienne, hydraulique et solaire. En lançant le programme solaire marocain Noor en 2009, le Maroc a planifié, pour 2020, une capacité additionnelle d’au moins 2.000 mégawatts pour la seule source solaire», déclare la BAD. 

Le complexe solaire Noor Ouarzazate a ainsi été le premier projet élaboré dans le cadre cette stratégie énergétique. Doté d’une capacité de 580 mégawatts répartie sur quatre centrales, ce complexe «figure parmi les plus grands parcs solaires au monde», souligne la BAD. Il permet aujourd’hui d’alimenter près de deux millions de Marocains en électricité et d’éviter le rejet, dans l’atmosphère, de près d’un million de tonnes par an de gaz à effet de serre.

Structuré selon une approche de partenariat public-privé, le projet de complexe solaire Noor Ouarzazate a été soutenu par la Banque africaine de développement, qui a été le tout premier contributeur financier à la mise en œuvre de la première phase du projet. 

Au total, la banque a apporté 485 millions de dollars sur les différentes phases. En 2017, la banque a mobilisé 285 millions de dollars pour financer la première phase du projet de complexe Noor Midelt, d’une capacité minimale de 800 mégawatts. Ainsi, la contribution totale de la BAD au programme solaire marocain s’élève à 770 millions de dollars. 

Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.