Menu
Search
Mardi 28 Mai 2024
S'abonner
close

La Russie, les États-Unis et l’Union européenne se disent favorables

Le Président russe, Vladimir Poutine, s’est dit jeudi favorable à l’idée de lever les brevets sur les vaccins contre la Covid-19, au lendemain d’une proposition en ce sens par les États-Unis afin d’en accélérer la production et la distribution. L’Union européenne s’est dite «prête à discuter».

La Russie, les États-Unis et l’Union européenne se disent favorables

L’Union européenne (UE) s’est dite jeudi «prête à discuter» d’une levée des brevets sur les vaccins anti-Covid envisagée par Washington, sujet qui s’invitera au sommet des 27 à Porto vendredi, mais s’est montrée sceptique sur l’efficacité d’une telle mesure pour accélérer la vaccination mondiale. L’administration du Président américain Joe Biden avait annoncé mercredi soutenir la levée des brevets sur les vaccins, pour accélérer la production et la distribution, précisant que Washington participait «activement» aux négociations menées en ce sens à l’Organisation mondiale du commerce (OMC). «L’UE est prête à discuter de toute proposition qui s’attaquerait à la crise de façon efficace et pragmatique. Nous sommes prêts à discuter de la façon dont la proposition américaine peut permettre d’atteindre cet objectif», a assuré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Dans un discours pour l’Institut universitaire européen de Florence, la chef de l’exécutif européen a cependant rappelé que, «à court terme», l’urgence était surtout pour les autres pays producteurs de lever leurs restrictions pour exporter leurs doses... à l’image de ce que fait l’UE, «principal exportateur de vaccins dans le monde». Jusqu’à présent, l’UE ne s’y disait pas favorable, arguant que cette solution prendrait du temps, faute de moyens de production immédiatement mobilisables. Mais Bruxelles avait semblé récemment entr’ouvrir la porte. «Dans l’immédiat, nous appelons tous les producteurs de vaccins à autoriser l’exportation et à éviter toutes les restrictions susceptibles de perturber les chaînes d’approvisionnement» pharmaceutiques, a insisté jeudi Ursula von der Leyen.

Côté américain, c’est un geste significatif à l’heure où les pays pauvres manquent cruellement des précieuses doses, seules armes contre la pandémie qui poursuit ses ravages, notamment en Inde. «Il s’agit d’une crise sanitaire mondiale, et les circonstances extraordinaires de la pandémie de la Covid-19 appellent à des mesures extraordinaires», a souligné la représentante américaine au Commerce, Katherine Tai.

À Moscou, le Président russe, Vladimir Poutine, s’est également dit favorable à l’idée de lever les brevets sur les vaccins contre la Covid-19 afin d’en accélérer la production et la distribution. «Bien sûr, la Russie soutiendrait une telle approche», a affirmé M. Poutine lors d’une réunion sur la pandémie retransmise à la télévision, demandant au gouvernement russe d’étudier cette éventualité. 

Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.