Menu
Search
Lundi 15 Juillet 2024
S'abonner
close
Lundi 15 Juillet 2024
Menu
Search
lock image Réservé aux abonnés

L’Afrique Sahélo-Atlantique, pleins feux sur une Initiative Royale qui trace son sillon

La septième édition du «Morocco Today Forum» (MTF), organisée le 5 juillet 2024 à Dakhla par Groupe le Matin, en partenariat avec l’Agence marocaine de coopération internationale (AMCI) et le Conseil de la région de Dakhla-Oued Eddahab, a tenu toutes ses promesses. Les débats autour du thème «L'Afrique Atlantique, pour une région continentale intégrée, inclusive et prospère» ont jeté la lumière sur les enjeux et la portée de l’Initiative Royale annoncée dans le discours commémorant le 48e anniversaire de la Marche Verte, de même qu’il ont levé le voile sur les avancées réalisées depuis lors. Les échanges, fort pertinents du reste, ont également évoqué les actions urgentes à mener pour accélérer le processus d’intégration économique entre les pays du Sahel et les pays riverains de l’Atlantique, dans la droite ligne de la Vision Royale visant à transformer cette partie de l’Afrique en zone de stabilité, de prospérité et de richesse partagée.

Les pays du Sahel n’ont jamais été aussi déterminés à prendre leur destin en main, confortés dans leur ambition par l’Initiative Royale consistant à leur donner accès à l’océan Atlantique. La septième édition du «Morocco Today Forum» (MTF), tenue le 5 juillet 2024 à Dakhla par Groupe le Matin, en partenariat avec l’Agence marocaine de coopération internationale (AMCI) et le Conseil de la région Dakhla-Oued Eddahab, a en effet mis en avant la ferme volonté de toutes les parties prenantes de réussir ce projet structurant aux grands enjeux géostratégiques et qui s’inscrit dans la droite ligne du nouveau paradigme de coopération Sud-Sud prôné par Sa Majesté le Roi Mohammed VI.
Organisée sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, sous le thème «L'Afrique Atlantique, pour une région continentale intégrée, inclusive et prospère», cette conférence internationale, qui a été l’occasion pour les responsables des pays ayant adhéré à cette initiative (le Burkina Faso, le Mali, le Niger et le Tchad) de réaffirmer leur engagement à concrétiser ce projet intégrateur, à commencer par la mise en place de task forces nationales pour se pencher sur les modalités pratiques de son aboutissement.
Pour mémoire, à la suite du discours prononcé par S.M. le Roi Mohammed VI, à l’occasion du 48e anniversaire de la Marche Verte, Marrakech a abrité, le 23 décembre 2023, sur invitation de Nasser Bourita, ministres des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidents à l’étranger, une rencontre ministérielle de concertation réunissant les quatre pays sahéliens concernés par cette Initiative Royale. L’objectif était d’examiner les premières actions à mener, à commencer par la création d’une task force nationale dans chaque pays participant pour pouvoir finaliser les propositions à soumettre, dans les meilleurs délais, à la très Haute Attention de S.M. le Roi et de Ses frères les Chefs d’État du Burkina Faso, de la République du Mali, de la République du Niger et de la République du Tchad. Près de 6 mois après, ces task forces sont mises en place, constituant ainsi une avancée concrètes sur la voie de la création d’une zone sahélo-océanique où les complémentarités sont mises à profit en bonne intelligence et les richesses partagées suivant une approche de co-développement et de partenariat gagnant-gagnant.

Initiative Royale pour l’Atlantique et le Sahel : L’opérationnalisation en marche

«L’opérationnalisation a d'ores et déjà démarré. On se réjouit de porter cette Vision Royale, aux côtés des pays du Sahel, qui vise à leur permettre un accès sur la façade atlantique», a fait savoir Mohamed Methqal, ambassadeur-directeur général de l'Agence marocaine de la coopération internationale, qui a pris part à cet événement. Le diplomate marocain a ajouté, dans le même ordre d’idées, que «du côté du Maroc, la task force nationale s’est déjà mise en place. Elle regroupe des institutions publiques, des départements ministériels ainsi que des établissements publics. L’ambition est de capitaliser sur l’ensemble des projets que réalise le Maroc dans les provinces du Sud. Nous essayons aussi de voir les défis partagés par les pays du Sahel ainsi que les solutions qui pourraient être apportées en concertation avec leur gouvernement et en mettant à profit l’expertise marocaine».
Le Maroc est disposé donc à partager avec ces pays frères son savoir-faire, son expérience et surtout ses ambitions pour une zone sahélienne prospère et stable. Et cette vision qui suscite un intérêt sans réserve est l’expression parfaite du nouveau paradigme de coopération Sud-Sud que le Souverain ne cesse d’appeler de ses vœux. «La vision Royale de Sa Majesté le Roi Mohammed VI cadre parfaitement avec la dynamique d’intégration amorcée par les États du Sahel, notamment dans son volet de la mise à niveau des infrastructures de nos États ainsi que leur connexion aux réseaux de transport et de communication implantés dans leur environnement régional», a souligné le colonel-major Salissou Mahaman Salissou, ministre des Transports et de l’équipement de la République du Niger.

Une action urgente à mener pour l’intensification des relations économiques

Travailler dans une logique de complémentarité et de partage sera la voie royale pour favoriser le désenclavement du Sahel et l’intégration de la région dans sa globalité. Dans cette optique, la ministre de la Transition énergétique et du développement durable du Royaume du Maroc, Leïla Benali, a insisté sur la nécessité de mettre à disposition les infrastructures et de partager les défis communs pour promouvoir un développement durable. «Il faut mettre à disposition les infrastructures, partager les défis communs, promouvoir un développement durable», a-t-elle déclaré.
À cet égard, le port de Dakhla Atlantique est appelé à jouer un rôle primordial, comme le souligne Mohamed Methqal : «Il y a une action un peu urgente à mener sur les trois ou cinq ans à venir. Elle est liée à l’intensification des relations économiques et au-delà faire en sorte que les opérateurs du Sahel et de l’Afrique Atlantique s'installent autour du port de Dakhla Atlantique». Il va sans dire que ce partenariat, qui se veut rénové et solidaire, sera mis en œuvre à travers une concentration des efforts sur des secteurs structurants capables de répondre aux priorités de développement des pays sahélo-atlantiques. Cette approche permettra d'accélérer la convergence régionale et transformer ces secteurs en leviers durables de croissance pour la région, a précisé de son côté la directrice scientifique du MTF 2024, Bouchra Rahmouni.

Pour toutes ces raisons, «l’Initiative Royale pour l’Atlantique et le Sahel se profile comme un cadre de coopération inédit, destiné à devenir un catalyseur de développement économique régional et d’interconnexion Afrique-Europe, qui prend sa source dans une Afrique Atlantique intégrée, inclusive et prospère», comme l’a si bien dit le président-directeur général de Groupe Le Matin, Mohammed Haitami.

Des ambassadeurs africains appellent à saisir les opportunités offertes par l’Initiative Royale pour l’Atlantique

Les pays du Sahel sont appelés à saisir les multiples opportunités qui sont offertes par l’Initiative Royale pour l’Atlantique, ont souligné vendredi des ambassadeurs africains ayant pris part à la septième édition du «Morocco Today Forum» (MTF) à Dakhla. Dans des déclarations à la presse, ces diplomates ont également mis en avant la Vision de Sa Majesté le Roi pour promouvoir la coopération Sud-Sud et assurer le développement et l’essor du continent africain. À cet égard, l’ambassadeur de la République du Cameroun au Maroc, Mouhamadou Youssifou, a indiqué que l’Initiative Atlantique visait non seulement à intégrer les 23 États riverains de l’océan Atlantique, mais aussi à donner accès à la mer aux États du Sahel, rappelant que son pays était membre de cette «bonne» initiative. Il a aussi souligné que ce projet cadrait avec la vision de Sa Majesté le Roi Mohammed VI pour développer et promouvoir la coopération Sud-Sud. «Nous ne pouvons avancer que si nous travaillons ensemble et nous nous organisons pour défendre nos intérêts dans l’espace atlantique», a-t-il soutenu. Le diplomate camerounais a aussi relevé que son pays soutenait l’Initiative visant à mettre le port atlantique de Dakhla à la disposition des États du Sahel qui n’ont pas accès à la mer.

Pour sa part, l’ambassadeur de la République du Burkina Faso au Maroc, Mamadou Coulibaly, a souligné que cette Initiative offrait l’opportunité aux pays du continent de mettre à niveau leurs infrastructures et de promouvoir le développement socio-économique, appelant ces États à saisir cette opportunité. Cette Initiative a beaucoup de chances d’aboutir, d’autant plus qu’elle a été lancée par Sa Majesté le Roi, après plusieurs voyages effectués par le Souverain en Afrique. De son côté, l’ambassadeur de la République du Tchad au Maroc, Hassan Adoum Bakhit Haggar, a qualifié de «projet gigantesque» l’Initiative Royale pour l’Atlantique, mettant l’accent sur la politique de proximité adoptée par le Royaume à l’égard du continent africain. Il a aussi tenu à souligner la stature dont jouit le Souverain en Afrique.

Morocco Today Forum 2024 : Verbatim

Mohamed Methqal, ambassadeur-DG de l’AMCI : «Un espace de prospérité et de stabilité au profit des peuples de la région»

«L’Initiative Royale cadre avec les ambitions définies par l’Afrique, notamment dans l’agenda 2063 de l'Union africaine qui s’articule autour de plusieurs projets sur lesquels les pays sont appelés à travailler de manière bilatérale ou au niveau de chaque pays. C’est un projet intégrateur qui réunit la partie atlantique et la partie du Sahel et qui a pour ambition de mobiliser nos partenaires autour d’une vision accélérée du développement pour permettre de rattraper le temps perdu, un siècle après nos indépendances. L’enjeu est de créer un espace de prospérité et de stabilité au profit des peuples de la région.»



Chakib Alj, président de la CGEM : «Nos peuples sont résilients, créatifs et entreprenants»

«C’est en nous appuyant sur nos propres forces, nos propres talents, nos propres ressources que nous, pays africains, pouvons bâtir un avenir meilleur pour les générations actuelles et à venir. Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, l’a si bien dit, je cite : “L’Afrique doit faire confiance à l’Afrique”. Nos peuples sont résilients, créatifs et entreprenants. Cependant, trop souvent, nous nous tournons vers l’extérieur pour chercher des solutions à nos défis.»

Le colonel major Salissou Mahaman Salissou, ministre des Transports et de l’équipement de la République du Niger : «Se mobiliser et trouver des solutions innovantes et audacieuses»

«L’Afrique, en général, et le Sahel, en particulier, possèdent les potentialités humaines, minières, agricoles, maritimes, etc. pour devenir une zone intégrée de développement économique au service des intérêts de nos populations. Cependant, nous devons relever plusieurs défis portant sur la sécurité, les infrastructures, la logistique, les changements climatiques, le séparatisme et le terrorisme, entre autres. Pour cela, nous devons nous mobiliser tous ensemble pour travailler et trouver des solutions innovantes, audacieuses, basées sur nos priorités, tout en veillant à placer toujours les intérêts de nos populations au centre de nos choix stratégiques.»

Haoua Abdelkerim Ahmadaye, secrétaire d’État aux Infrastructures, chargée de l’Entretien routier, République du Tchad : «L’Afrique Atlantique est une ingénieuse idée que nous partageons»

«La vision de S.M. le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, offre une grande opportunité aux pays africains de créer une dynamique de développement socio-économique régional pour construire un avenir commun. Ainsi, la recherche d’une stratégie régionale pour l’Afrique Atlantique visant à transformer et intégrer économiquement et socialement les États de cette région est une ingénieuse idée entièrement partagée par les autorités de mon pays.»



Leïla Benali, ministre de la Transition énergétique et du développement durable du Maroc : «Une conviction d’appartenance historique, culturelle, politique et géostratégique»

«Avec la volonté de transformer la façade Atlantique en un haut lieu de communion humaine, un pôle d'intégration économique et un foyer de rayonnement tant continental qu’international, le Royaume du Maroc, sous les hautes orientations de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l’assiste, est résolu à continuer à développer et à mettre à disposition ses infrastructures routières, portuaires, ferroviaire, aériennes et énergétiques. Cette volonté ne procède pas seulement d’une politique de voisinage géographique traditionnelle, mais surtout d’une profonde conviction d’appartenance historique, culturelle, politique et géostratégique.»

Nisrine Iouzzi, directrice du projet du nouveau port Dakhla Atlantique : «Le Port de Dakhla Atlantique se trouve au cœur de la vision intégratrice pour le région»

«La co-construction est d’abord économique et le port de Dakhla Atlantique se retrouve au cœur du projet de Sa Majesté le Roi pour l’intégration de la région sahélo-atlantique. Ce port-Vision, en cours d’exécution grâce à la politique éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, est volontariste et donc aura un impact très positif.»
Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.