Menu
Search
Lundi 04 Mars 2024
S'abonner
close
Lundi 04 Mars 2024
Menu
Search
Accueil next Nation

Une plateforme de la fatwa à l'initiative de la Fondation Mohammed VI des oulémas africains

Le Conseil supérieur de la Fondation Mohammed VI des oulémas africains décide le lancement d'une plateforme de la fatwa africaine.

Le Conseil supérieur de la Fondation Mohammed VI des oulémas africains, réuni les 6 et 7 décembre à Fès, a décidé le lancement d'une plateforme africaine de la fatwa intitulée «le Conseil des muftis africains» en plus d'autres projets et activités au titre de l'année 2024.



Cette plateforme vise à renforcer le contact entre les oulémas du Maroc et des autres pays africains, à expliquer aux fidèles les préceptes de l’Islam, à mettre en relief les valeurs islamiques et à encadrer le travail des muftis par des principes et des règles scientifiques. Cet outil numérique vise également à mettre en valeur le riche héritage des musulmans sur les questions de la fatwa et à imprimer et publier les ouvrages sur la fatwa dans les pays africains.

La plateforme permettra aussi de recevoir les questions des fidèles et d’y répondre par les muftis africains, d'échanger des expériences à travers des supports numériques entre chercheurs africains dans la science de la fatwa, de vulgariser les manuscrits sur la fatwa en Afrique, outre la sensibilisation du public aux efforts de la Fondation Mohammed VI des oulémas africains et la contribution au développement des moyens de communication au profit des musulmans.

Plaidoyer pour le renforcement de l'intérêt pour le concept d'Imarat Al Mouminine

Par ailleurs, le Conseil a recommandé le renforcement de l'intérêt pour le concept d’Imarat Al Mouminine et l’organisation d’un colloque international pour sa vulgarisation et sa consécration. Le Conseil supérieur de la Fondation a approuvé plusieurs recommandations qui concernent également l'intégration des langues africaines dans les programmes de communication et de formation de la Fondation. Dans la déclaration finale de cette session, le Conseil a également appelé au renforcement de la communication, à travers les différents supports numériques, pour la mise en œuvre des programmes de la Fondation, en tenant compte des spécificités de chaque pays.

Le Conseil supérieur de la Fondation a approuvé l'adhésion de 14 nouvelles sections à la Fondation Mohammed VI des oulémas africains, à savoir le Burundi, le Botswana, le Congo Brazzaville, la République du Cap-Vert, l’Eswatini, la Guinée équatoriale, le Lesotho, l'Ile Maurice, le Mozambique, la Namibie, le Sud-Soudan, les Seychelles, la Zambie et le Zimbabwe. Le rapport annuel présenté par le secrétariat général de la Fondation au titre de l'année 2022 et tous les projets soumis par les commissions permanentes pour l'année 2024 ont été adoptés à l'unanimité. Les oulémas africains ont salué les initiatives de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, visant à défendre l’Islam et à diffuser ses valeurs de tolérance.

Lancement de la 1ère édition du Prix Mohammed VI des oulémas africains de recherche sur les constantes religieuses communes de la Fondation

De son côté, la Commission des activités scientifiques et culturelles de la Fondation, a, lors de sa réunion tenue dans le cadre des travaux de la cinquième session du Conseil supérieur de la Fondation, approuvé «l'organisation de la première édition du Prix Mohammed VI des oulémas africains de recherche sur les constantes religieuses communes de la Fondation». L'organisation de cette manifestation vise à approfondir la recherche scientifique dans le domaine des constantes religieuses communes et à encourager et motiver les chercheurs à développer la recherche sur les valeurs religieuses communes. Ce Prix, qui s'inscrit dans le cadre de l'intérêt accordé par la Fondation Mohammed VI des oulémas africains aux questions religieuses communes en Afrique, en application des hautes instructions de S.M. le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, se propose également d'investir dans les efforts déployés par les érudits africains pour faire connaître, diffuser et consolider les valeurs de tolérance prônées par l'Islam.
Les quatre commissions permanentes de la Fondation, en l'occurrence les Commissions des activités scientifiques et culturelles, des études de la Charia, de la revitalisation du patrimoine islamique africain et de la coopération et du partenariat, ont approuvé d’autres projets portant principalement sur le lancement de la chaîne de télévision numérique (WEB TV) de la Fondation Mohammed VI des oulémas africains, qui sera chargée de la diffusion d’émissions scientifiques, de formation et de sensibilisation, de débats, ainsi que des programmes éducatifs visant à lutter contre l'analphabétisme, à enseigner la langue arabe et à former des imams et des prédicateurs.

La Commission chargée de la revitalisation du patrimoine islamique africain a approuvé, de son côté, la création d'une bibliothèque digitale de la Fondation Mohammed VI des oulémas africains, le lancement du projet de l’encyclopédie des érudits, des ouvrages et des monuments civilisationnels islamiques africains, ainsi que l’authentification des manuscrits du patrimoine africain et l’organisation de sessions de formation et de conférences en la matière.

Parmi les projets approuvés figurent également l'organisation du colloque scientifique international sur le thème «Imarat Al Mouminine et sa diligence pour promouvoir la communication entre les oulémas du Maroc et des autres pays africains», de la cinquième édition du concours de mémorisation et de récitation du saint Coran de la Fondation Mohammed VI des oulémas africains et de la première édition du concours du Hadith de la Fondation Mohammed VI des oulémas africains.

Les travaux de la cinquième session ordinaire du Conseil supérieur de la Fondation Mohammed VI des oulémas africains s’étaient ouverts, mercredi à Fès, avec la participation de 400 de ses membres représentant 48 pays. Organisée avec la Haute Approbation de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, Président de la Fondation, cette session connaît la participation des présidents et des membres des sections de la Fondation dans ces pays africains, outre des membres du Conseil supérieur des oulémas.
Lisez nos e-Papers