Menu
Search
Mardi 27 Février 2024
S'abonner
close
Mardi 27 Février 2024
Menu
Search
S'abonner
Accueil next Nation

Maroc-Afrique : les recommandations de l'IMIS pour consolider le partenariat continental 

L'Institut marocain d'intelligence stratégique (IMIS) a publié, lundi, un Policy Paper intitulé «Stratégie économique du Maroc en Afrique : le modèle Chérifien de co-développement». Les experts de l'institut ont dégagé 8 recommandations pour consolider le partenariat du Maroc avec le continent.

No Image
Élaboré par les professeurs Ahmed Azirar, Asmaa Fhaïl et Hicham Kasraoui, ce Policy Paper, qui vient contribuer au débat continental sur les enjeux économiques et stratégiques de l'Afrique et le rôle précurseur que joue le Maroc dans cette nouvelle dynamique, tente de décrypter dans un premier temps les caractéristiques de la stratégie économique marocaine en Afrique, indique un communiqué de l'Institut.

Les experts de l'IMIS définissent dans un deuxième temps un cadre d'analyse à 360° pour examiner les forces, les faiblesses, les opportunités, ainsi que les risques relatifs à l'action économique du Maroc au niveau de son continent. Ce cadre d'analyse permet d'identifier 4 principes directeurs, à savoir la maximisation de la valeur ajoutée continentale, l'adoption d'une approche écosystémique du développement, la durabilité native du modèle de développement, ainsi que la concrétisation du concept d'«un continent, une infrastructure». L'analyse repose également sur un modèle quadruple composé de 4 piliers : les stratégies de positionnement sur les domaines d'activité prometteurs, les questions de financement de l'investissement, le capital humain et la gouvernance économique et financière.

Pour les auteurs de ce Policy Paper, le Maroc démontre indéniablement qu'il dispose d'une vision claire et ambitieuse du développement de son continent qu'il met en œuvre de manière assidue. Dans ce sillage, l'étude préconise 8 actions concrètes pour projeter les acteurs clés et mieux appréhender l'avenir. Parmi ces actions, il est recommandé de renforcer l'attractivité du Royaume comme destination africaine incontournable et de s'ériger en hub de décarbonation de l'industrie en Afrique.

Cette analyse, visant à éclairer les parties prenantes marocaines sur le potentiel réel de croissance du continent africain à l'aube des transformations géostratégiques et économiques en cours, propose des voies concrètes à entreprendre pour pouvoir saisir les opportunités de co-développement d'une «Région Afrique» en cristallisation et en transition dans un monde en reconfiguration. L'IMIS est un think tank consacré à l'étude des enjeux stratégiques du Maroc. Il publie des ouvrages de référence sur le pays, dont «Un chemin marocain : 1999-2019, parcours d'un Royaume en transformation», «Le Maroc stratégique» ou «Une ambition marocaine».

Recommandations de l'IMIS pour consolider le partenariat continental

À partir de cette stratégie, le Maroc démontre indéniablement qu’il dispose d’une vision claire et ambitieuse du développement de son continent qu’il met en œuvre assidument. Cette voie marocaine peut s’appuyer sur 8 actions concrètes pour projeter les acteurs clés et mieux appréhender l’avenir :

1. Poursuivre et accélérer la dynamique de développement des infrastructures d’envergure nationales et régionales. Tout en veillant à la connectivité et l’interopérabilité de ces infrastructures, le Maroc peut encore acquérir de nouveaux avantages stratégiques dans plusieurs secteurs (ports, chemins de fer, complexes énergétiques, acheminement de l’eau potable et traitements des eaux usées etc.)

2. Créer des structures de veille et d’intelligence économique dédiées à l’Afrique pour comprendre les dynamiques des marchés africains et identifier les opportunités et les relais de croissance. Qu’elles soient rattachées aux départements ministériaux ou aux directions stratégiques des grandes entreprises, ces structures permettent d’éclairer les choix de positionnement des investisseurs publics et privés.

3. Anticiper l’adéquation législative des codes nationaux aux nouvelles réalités économiques et commerciales et préparer l’institutionnalisation des nouveaux organes de gouvernance économique, financière et monétaire continentaux.

4. Repenser les dispositifs d’accompagnement des entreprises souhaitant se développer en Afrique. L’adaptation des offres d’accompagnement des entreprises selon la taille des opérateurs (PME, ETI, grands groupes, leur secteur d’activité (domaine d’activité stratégique, domaine d’excellence etc.) et leurs besoins spécifiques permettra d’optimiser leur efficacité et d’obtenir des résultats concrets.

5. Favoriser l’émergence des écosystèmes industriels. Encourager la constitution des groupements d’intérêt économique (GIE) et simplifier leur réglementation, notamment pour les opérateurs des secteurs stratégiques.

6. Élaborer des offres de financement spécifiques au développement des projets d’investissements en Afrique. Mobiliser les investisseurs institutionnels et les banques nationales pour proposer des mécanismes de financement et d’assurance optimisés aux entreprises marocaines souhaitant se développer dans les marchés africains.

7. S’ériger en hub de décarbonation de l’industrie en Afrique. En opérationnalisant sa Stratégie Bas Carbone 2050, le Maroc pourrait s’imposer comme plateforme d’accueil des investissements industriels verts sur le long terme.

8. Renforcer l’attractivité du Royaume comme destination africaine incontournable de formation et d’opportunités économiques et faciliter la circulation des talents. Cela passe notamment par le positionnement des écoles et des universités marocaines sur les formations préparant aux métiers d’avenir (le digital, l’intelligence artificielle, la biotechnologie, la robotisation, les nouvelles mobilités, les énergies renouvelables, l’économie circulaire etc.) et par la promotion du modèle social marocain (offre d’éducation, protection sociale, justice et sécurité etc.).