Menu
Search
Jeudi 18 Avril 2024
S'abonner
close
Jeudi 18 Avril 2024
Menu
Search
Accueil next Nation

Pénurie d'eau : il faut changer de discours pour sensibiliser à la crise hydrique (Lotfi Chraïbi)

La crise persistante de pénurie d'eau au Maroc suscite des inquiétudes croissantes quant à la gestion de cette ressource vitale. Pour Lotfi Chraïbi, président de la Société marocaine pour l'environnement durable, l'enjeu est crucial et nécessite de revoir les stratégies de gestion hydrique ainsi qu'un changement de discours pour sensibiliser les citoyens à l'urgence de préserver cette ressource.

No Image
La crise hydrique au Maroc n'est pas nouvelle, c'est un défi de longue date qui ne fait que s'aggraver avec la dégradation du climat. Face à cette pénurie d'eau, une approche holistique s'impose, soutient Lotfi Chraïbi dans un entretien accordé à «Assahra Al Maghribia».



«Nous vivons une période qui met clairement en lumière l'insuffisance des mesures prises pour surmonter la rareté de l'eau et faire face aux effets de la sécheresse et des changements climatiques. La situation exige désormais la mise en place d'une vision unifiée pour la gestion des ressources en eau, mettant fin aux interférences de plusieurs secteurs gouvernementaux. Une approche unifiée permettrait de résoudre de manière plus efficace les problèmes liés à l'eau, de sauvegarder les acquis, de développer les infrastructures hydrauliques et mobiliser des ressources financières considérables pour le dessalement de l'eau de mer», explique-t-il.
Mais qui porte une part de responsabilité dans la situation actuelle ? La réponse selon M. Chraïbi se trouve dans les données du Haut-Commissariat au Plan. Elles démontrent que le secteur agricole est le principal responsable du gaspillage d'eau, représentant 87% de l'utilisation totale, contre 13% pour les autres secteurs, vu que les activités agricoles sont fortement tributaires de l'irrigation.

Intensifier les campagnes sensibilisation pour changer les comportements du consommateur

Parallèlement à la révision des stratégies, il faut faire un travail supplémentaire au niveau de la sensibilisation en mettant l'accent sur le rôle du consommateur dans la préservation de l'eau. Dans ce sens, M. Chraïbi souligne l'importance de lancer des campagnes continues et coordonnées pour changer durablement les comportements. Les efforts de sensibilisation doivent également être concentrés dans les milieux scolaires et éducatifs tout au long de l'année, plutôt que de les limiter à des périodes spécifiques. «Il faut changer le discours utilisé dans la communication sur la crise de l'eau pour le rendre plus rationnel, plus clair et plus impactant. Il est aussi essentiel de sensibiliser le consommateur ordinaire ou institutionnel à l'importance de contrôler les fuites d'eau et de réguler la consommation d'eau dans la vie quotidienne. Cela s'applique également aux acteurs sectoriels en ce qui concerne la gestion des espaces verts, en orientant vers l'efficacité grâce à l'installation de stations de traitement de l'eau dans toutes les collectivités locales pour réutiliser l'eau dans l'irrigation et l'entretien des espaces verts», suggère le président de la Société marocaine pour l'environnement durable.
Lisez nos e-Papers