Menu
Search
Samedi 18 Mai 2024
S'abonner
close
lock image Réservé aux abonnés

Publicité au Maroc : l'évolution de la place de la femme selon la HACA

La Haute Autorité de la communication audiovisuelle (HACA) a organisé, mardi dernier, un atelier consacré à la représentation des femmes dans la publicité télévisuelle, en particulier durant le mois du Ramadan. Avec l’analyse rigoureuse de plus de 750 publicités diffusées entre 2020 et 2023, cette initiative s’inscrit dans une démarche plus large visant à éradiquer les stéréotypes de genre et à promouvoir une image équilibrée des femmes dans les médias. Une étude présentée à cette occasion par la HACA montre les progrès réalisés, mais aussi les obstacles persistants qui entravent la parité dans l’espace publicitaire marocain, malgré un cadre légal progressiste.

Latifa Akharbach.
Latifa Akharbach.
La Haute Autorité de la communication audiovisuelle a abrité, le 2 avril dernier, un atelier interactif destiné à jeter la lumière sur une question cruciale : la représentation des femmes dans la publicité audiovisuelle. Ce rassemblement, bien plus qu’une simple rencontre, avait pour but de présenter les résultats d’une étude assez exhaustive sur la représentation des femmes dans la publicité audiovisuelle, spécifiquement durant le mois sacré du Ramadan, une période de haute audience télévisuelle.

Lumière sur la parité : un atelier de la HACA dédié à la femme dans la publicité

Avec l’analyse de plus de 750 spots publicitaires diffusés en prime time sur les chaînes de télévision publiques entre 2020 et 2023, cette initiative s’inscrit dans l’effort continu pour promouvoir la culture de la parité et combattre les stéréotypes de genre dans les médias. Cette étude a également été conduite dans le cadre de l’adhésion de la HACA à la Déclaration de Marrakech, initiée par S.A.R. la Princesse Lalla Meryem, présidente de l’Union nationale des femmes du Maroc, avec pour objectif de renforcer les efforts nationaux dédiés à la lutte contre la violence à l’égard des femmes.



Cet atelier de la HACA ne représente par conséquent pas seulement une occasion de mise en lumière des tendances actuelles dans la publicité télévisuelle. Il constitue également un engagement envers le progrès social et l’égalité de genre, invitant à une réflexion collective sur le chemin parcouru et les défis à relever. En analysant et en discutant des résultats de cette étude, les participants – issus de divers horizons : les annonceurs, les agences de publicité, les médias audiovisuels, les associations féminines, les institutions et les acteurs des droits humains – ont ainsi l’opportunité d’œuvrer ensemble pour une représentation qui honore et respecte la diversité et la richesse des rôles des femmes dans la société marocaine.

Cadre légal : les fondations de l’égalité des sexes dans la publicité au Maroc

La HACA, qui est au cœur de la lutte contre la discrimination et les stéréotypes de genre au Maroc, souligne que la législation nationale se dresse comme un pilier essentiel dans la promotion de l’égalité des sexes, notamment dans le domaine de la publicité. La loi n°77.03, relative à la communication audiovisuelle, adoptée en 2015, incarne cet engagement législatif, en intégrant des mesures spécifiques visant à contrer les représentations dévalorisantes des femmes. À travers ses articles, cette loi interdit explicitement toute publicité portant atteinte à l’image de la femme ou véhiculant des stéréotypes négatifs, une image d’infériorité, ou incitant à la discrimination basée sur le sexe. De plus, elle impose aux opérateurs de communication audiovisuelle la promotion de la culture de l’égalité entre les sexes et la lutte contre les stéréotypes préjudiciables à la dignité de la femme.

Principaux résultats de l’étude de la HACA

La récente étude menée par la Haute Autorité de la communication audiovisuelle, qui a scruté avec attention plus de 750 spots publicitaires diffusés pendant les mois du Ramadan de 2020 à 2023, a révélé des tendances significatives dans la manière dont les femmes sont représentées dans la publicité audiovisuelle au Maroc. Cette période, marquée par une audience télévisuelle accrue, offre un panorama révélateur des dynamiques de genre à l’œuvre dans le secteur de la publicité.

L’analyse approfondie, tant quantitative que qualitative, des publicités diffusées aux heures de grande écoute par Al Oula et 2M durant le mois du Ramadan a été mise en parallèle avec les données d’une précédente étude réalisée en 2014. Cette comparaison vise à approfondir le débat sur l’égalité de genre dans le secteur des médias audiovisuels, une question au cœur de l’engagement continu de la HACA.

Évolutions positives de la présence de la femme dans la publicité

L’une des constatations les plus encourageantes de cette étude est la nette réduction des publicités véhiculant des stéréotypes de genre. Entre 2014 et 2023, le pourcentage de publicités ne reposant pas sur des stéréotypes de genre a été multiplié par plus de cinq. Ainsi, en l’espace de neuf ans, l’étude a révélé que la proportion de publicités évitant les stéréotypes de genre a quintuplé, passant de 9% en 2014 à 51% en 2023. La HACA a également observé une évolution favorable vers une plus grande diversité et équité dans la représentation des femmes et des hommes dans les publicités de divers secteurs. Ce progrès notable témoigne d’une évolution dans la sensibilité des créateurs de contenu publicitaire, qui intègrent désormais davantage de représentations équilibrées des genres. La HACA a également observé une tendance à une meilleure mixité et équilibre dans la représentation des femmes et des hommes, notamment dans les publicités de certains secteurs, reflétant ainsi un pas vers la diversification des rôles attribués à chaque genre.

Persistance de représentations discriminantes

Malgré ces avancées positives, l’étude met en lumière la persistance de représentations discriminantes à l’égard des femmes. La majorité des spots publicitaires continuent de cantonner les femmes à la sphère domestique, alors même qu’une légère augmentation de leur représentation dans le monde professionnel est notée. Les hommes, quant à eux, sont plus fréquemment dépeints dans des positions de pouvoir et de contrôle, contrastant avec la représentation des femmes souvent reléguées à des rôles subalternes. Cette dichotomie souligne la résilience des stéréotypes, malgré les efforts réglementaires et les initiatives pour promouvoir l’égalité des genres.

Appel à l’action

Dans le sillage des révélations et des discussions suscitées par l’étude de la HACA, Latifa Akharbach, présidente de l’instance, a souligné l’impératif d’une mobilisation collective pour transformer la représentation des femmes dans les médias. Selon elle, la persistance de stéréotypes et d’images discriminatoires dans la publicité audiovisuelle n’est pas seulement une question de représentation injuste, elle entrave le potentiel des sociétés en matière de développement et de démocratisation. «Au moment où le chantier décisif de la réforme de la Moudawana est ouvert dans notre pays, la consolidation de la culture de la parité, de la diversité et de l’égalité citoyenne apparaît comme une urgence et un atout fondamental pour réussir les réformes et pérenniser les acquis dans ce domaine» a-t-elle rappelé. Un appel à l’action qui résonne comme un impératif urgent et fondamental.
Lisez nos e-Papers