Menu
Search
Samedi 02 Mars 2024
S'abonner
close
Samedi 02 Mars 2024
Menu
Search
Accueil next Nation

Sécurité, éducation, économie... Comment le Maroc a évolué selon l’IRES

Le Maroc a réalisé des avancées notables dans son positionnement international dans des domaines tels que la sécurité, la santé, le développement humain et certains secteurs économiques émergents. Mais ces progrès ne doivent cacher les défis qui restent à relever dans d’autres domaines comme l’éducation et la gouvernance. C’est ce qui ressort de la 11e édition du Tableau de bord stratégique publiée en cette fin d’année 2023 par l’Institut Royal des études stratégiques (IRES).

Le Royaume gagnerait à saisir les opportunités offertes par «l’éducation 4.0», selon l'IRES.
Le Royaume gagnerait à saisir les opportunités offertes par «l’éducation 4.0», selon l'IRES.
Dans la droite ligne sa mission de veille prospective, visant à suivre de près les mutations à l’œuvre aux niveaux national, régional et international, afin de préparer le Maroc au monde de demain, l’Institut Royal des études stratégiques a finalisé, fin octobre 2023, la 11e édition de sa série phare «Tableau de bord stratégique» (les versions arabe et anglaise de ce tableau de bord stratégique sont actuellement en cours d’élaboration).

Une lecture renouvelée du positionnement international du Maroc

La nouvelle édition du Tableau de bord stratégique de l’IRES analyse l’évolution du positionnement international du Maroc à travers 204 indicateurs répartis selon 5 piliers. En effet, l’édition 2023 se démarque par rapport aux éditions précédentes par l’adoption d’une nouvelle structuration des indicateurs stratégiques composant le Tableau de bord stratégique, selon la grille de lecture de l’IRES, retenue en 2021. Celle-ci repose sur cinq piliers, à savoir Gouvernance, Human-centric, Nature-centric, Planétarisation et Exponentialité.

Ainsi selon l’IRES, le Maroc a réalisé des avancées significatives dans plusieurs domaines stratégiques. Au niveau de la sécurité globale et de la puissance militaire, le Royaume a gagné en influence grâce au renforcement de ses capacités de défense et de ses partenariats sécuritaires. Le Royaume a ainsi réalisé des progrès notables dans son ranking militaire international via la mise en œuvre d’une stratégie de modernisation et de développement de systèmes de défense de pointe. D’après l’Institut «Global Firepower», le Royaume se positionne en 2023, au niveau de la puissance de ses forces armées, à la 61e place mondiale sur 145 pays et à la 7e place en Afrique.

Gains de positions dans des domaines stratégiques

Le Maroc s’est également distingué dans la gestion des flux migratoires et le renforcement de la cybersécurité. D’après l’analyse du think tank «The Good Country», «le Maroc occupe la position de leader mondial en ce qui concerne la promotion de la paix et de la sécurité internationales. Cette prééminence se manifeste principalement par le nombre substantiel de troupes de maintien de la paix déployées par le Royaume au sein des missions des Nations unies, ainsi que par ses performances en matière de cybersécurité, relève le document de l’IRES en se référant aux travaux du même think tank.

Mais «l’Indice de cybersécurité dans le monde» pris en compte indique que, malgré l’engagement soutenu du Royaume en matière de cybersécurité, le positionnement international du Maroc au titre de cet indice a régressé entre 2014 et 2020, en raison de performances insuffisantes dans la régulation digitale, la veille technologique et la coopération entre les organismes nationaux impliqués. «Il convient, néanmoins, de rappeler que le Maroc, conscient de la montée en puissance des cybermenaces, s’est attelé depuis la dernière décennie au renforcement de ses capacités nationales de sécurité des systèmes d’information, et a adopté une stratégie nationale dédiée».

Des progrès économique et social indéniables

Dans le domaine social, le Maroc a amélioré ses indicateurs en matière de scolarisation, d’alphabétisation, de lutte contre la pauvreté et la faim. Le développement humain et l’émancipation des femmes ont également progressé. L’accès au système de santé s’est élargi et le Maroc a acquis une forme de souveraineté vaccinale. Au niveau de l’accès au système de santé, il est souligné que les dépenses globales de santé en pourcentage du PIB sont en progression continue sur les deux dernières décennies. «Néanmoins, ces dépenses demeurent insuffisantes pour faire face aux maladies traditionnelles et encore moins aux pathologies lourdes et aux pandémies émergentes». Sur le plan économique, le Maroc a réussi à développer de nouveaux secteurs porteurs comme l’automobile, l’aéronautique et les énergies renouvelables. Il a également gagné en complexité économique et accéléré sa transition énergétique.

Repli dans des domaines clés : ressources naturelles, biodiversité...

Mais l’analyse du Tableau de bord révèle également des reculs du Maroc dans des domaines névralgiques. Au niveau de la gouvernance des ressources naturelles et de la biodiversité, le positionnement du pays reste fragile. C’est le cas notamment des ressources hydriques qui restent limitées. L’IRES évoque en outre la qualité de l’éducation et la formation professionnelle. Il estime ainsi que le Royaume gagnerait à saisir les opportunités offertes par «l’éducation 4.0», fondée sur l’apprentissage personnalisé et collaboratif basé sur la découverte, ce qui permettrait de préparer une nouvelle génération de capital humain, formée à la citoyenneté et dotée de capacités d’innovation et de créativité ainsi que de compétences technologiques.

De même, la situation des finances publiques et la croissance économique méritent des ajustements. À cet égard, l’IRES estime que le Maroc devrait opter pour «la rationalisation des dépenses publiques, pour l’amélioration de la rentabilité des investissements publics et pour l’optimisation du financement du déficit public, à travers la recherche d’un meilleur équilibre entre le financement interne et le financement externe».

Le rapport souligne aussi que des inégalités de revenus persistent et le niveau de bonheur des citoyens mérite d’être mis au cœur des politiques publiques. Enfin, le Maroc doit relever le défi de l’emploi des jeunes et de l’amélioration de leurs perspectives d’avenir, un enjeu clé pour la stabilité et le développement du pays, relève l’IRES.

Une transformation à poursuivre

Malgré ces progrès indéniables, le Maroc doit poursuivre sa mue pour relever les défis internes et externes. Quelles sont les priorités identifiées par l’IRES ? Investir dans l’humain, préserver les ressources naturelles, renforcer la gouvernance et accélérer la transformation économique et technologique. Le Maroc n’a d’autre choix que de rester dans la dynamique de changement. Son positionnement international s’est amélioré sur plusieurs plans stratégiques. Mais de nombreux chantiers doivent être menés à bien pour assurer la prospérité et mettre le bien-être au cœur des politiques publiques. À ce titre, le Tableau de bord stratégique trace des perspectives pour un avenir durable et inclusif.
Lisez nos e-Papers