Menu
Search
Jeudi 18 Avril 2024
S'abonner
close
Jeudi 18 Avril 2024
Menu
Search
Accueil next Société
lock image Réservé aux abonnés

Permis de conduire : les auto-écoles «désertées» à cause de la nouvelle banque de questions

La nouvelle banque de questions pour l’examen de permis de conduire, mise en œuvre depuis une semaine, continue de susciter la polémique. Contacté par nos soins, Dahane Bouberd, président de l’Union nationale des associations des propriétaires d’auto-écoles, partage avec nous les observations des professionnels du secteur et leurs recommandations concernant l’impact de ces changements sur la préparation des candidats et le travail des auto-écoles.

No Image
Après une semaine de mise en œuvre de la nouvelle banque de questions pour l’examen de permis de conduire, les auto-écoles ont eu l’occasion de dresser un premier bilan. Ce changement dans le processus d’examen a, en effet, suscité des attentes et confirmé certaines appréhensions que les professionnels avaient depuis l’annonce de la réforme. Même si le taux de réussite des candidats pour l’obtention du permis de conduire a connu une évolution positive au fil des premiers jours, après les résultats désastreux du 25 mars dernier, les propriétaires des auto-écoles estiment qu’il est nécessaire de remédier à certaines lacunes dans la nouvelle plateforme d’apprentissage.



«La première journée de mise en œuvre de la nouvelle banque de questions pour l’examen de permis de conduire a été marquée par un taux d’échec alarmant. Ensuite, ce taux a commencé à augmenter. Cependant, les auto-écoles reçoivent, toujours, beaucoup de candidats qui se plaignent d’avoir des questions auxquelles ils n’ont pas été préparés, en particulier, celles issues des deux nouveaux axes ajoutés à la nouvelle plateforme d’apprentissage. Il s’agit de l’axe concernant les “Amendes” et celui de l’“Éducation à la sécurité routière”», déclare au journal «Le Matin» Dahane Bouberd, président de l’Union nationale des associations des propriétaires d’auto-écoles. «Nous sommes surpris de voir qu’un bon nombre de questions de l’épreuve théorique porte sur ces deux axes dès les premiers jours de la mise en œuvre de la nouvelle banque de questions. Nous pensions que cela se ferait de manière “très progressive”, d’autant que nous avions évoqué les lacunes de la plateforme d’apprentissage “Perminou-Narsa” à maintes reprises. De plus, nous avons insisté, plusieurs fois, sur la nécessité de retirer le volet de l’“Éducation à la sécurité routière”, car les auto-écoles n’ont pas le droit de l’enseigner aux candidats, selon l’article 239 du Code de la route. De même, pour le volet des “Amendes”, il est quasi impossible pour les candidats de retenir des détails qui concernent plus de 400 amendes», ajoute-t-il.



Notre interlocuteur rappelle, par ailleurs, que les professionnels du secteur des auto-écoles ont été les premiers à insister sur l’urgence et la nécessité de renouveler la banque des questions de l’examen de permis de conduire et l’adapter avec les exigences actuelles de la conduite automobile. «Nous sommes, bien évidemment, pour le changement positif. Nous souhaitons que les candidats puissent bien comprendre le Code de la route et non l’apprendre de façon mécanique rien que pour réussir leur épreuve. Le problème qui se pose, aujourd’hui, est la grande difficulté que nous rencontrons pour nous adapter avec la nouvelle plateforme, qui est actuellement l’unique référence disponible pour les professionnels des auto-écoles», souligne Dahane Bouberd. «Elle est dotée d’un programme difficile d’accès qui nécessite une connexion Internet pour son utilisation. Ainsi, à cause du faible débit d’Internet et du problème de la lenteur du serveur de la plateforme, les candidats perdent beaucoup de temps que ce soit pour l’inscription ou pour l’apprentissage. Et lorsqu’il y a une grande pression sur le serveur, tout s’arrête et personne ne peut y accéder. Il faut aussi noter que les candidats rencontrent beaucoup de difficultés au niveau de la langue. Ils n’ont d’autre choix que de se forcer à comprendre le contenu du livret PDF sur la plateforme, et qui est entièrement en arabe classique», développe-t-il.

La mise en œuvre de la nouvelle banque de questions et les complications qui s’en sont suivi ont entraîné une baisse de fréquentation des auto-écoles. «Les candidats trouvent que les épreuves sont devenues difficiles et ont peur de tenter leur chance. La plupart des auto-écoles sont désertées. Il n’y a pratiquement plus de nouvelles inscriptions ces derniers jours. Nous passons actuellement par une période très critique, suscitant des inquiétudes quant aux répercussions potentielles sur notre secteur», affirme Bouberd. «Nous appelons les responsables à nous aider à trouver une solution à cette situation, en réadaptant notamment la plateforme d’apprentissage et en la dotant d’un serveur plus performant. Nous recommandons également aux futurs candidats de ne pas se fier à tout ce qu’ils entendent. Ils doivent savoir qu’il n’y a pas de raison d’avoir peur. Le Code de la route est toujours le même. Ce genre de problème peut arriver au début de tout changement. Les candidats doivent aussi se méfier des “Faux conseils” sur les réseaux sociaux qui peuvent les induire en erreur. Si le candidat suit le bon circuit et comprend bien son Code, rien ne l’empêchera de décrocher son permis de conduire», conclut-il.
Lisez nos e-Papers