Menu
Search
Dimanche 21 Juillet 2024
S'abonner
close
Dimanche 21 Juillet 2024
Menu
Search

Punaises de lit : risques pour la santé, les bons gestes... tout ce qu’il faut savoir

Les punaises de lit ont envahi la France. Sur les réseaux sociaux, les photos et les vidéos d’infestations de ces bestioles commencent à alimenter la psychose. Doit-on craindre une épidémie au Maroc ? Le point avec les experts.

No Image
C’est la panique en France à cause des punaises de lit qui ont envahi le pays. La situation ne cesse d’empirer depuis quelques semaines au point de mettre le gouvernement sous pression. Qu’en est-il du Maroc qui vient d’activer le système de vigilance sanitaire pour prévenir toute éventuelle introduction de ces insectes sur le territoire national ? Doit-on craindre une épidémie comme en France ? Pour le moment, le ministère de la Santé et de la protection sociale se veut rassurant.



«Le ministère vient d’activer, en coordination avec les différentes autorités publiques concernées par la surveillance sanitaire aux frontières, le Système de vigilance sanitaire et de surveillance proactive contre toute intrusion et propagation des punaises de lits. Ces mesures s’inscrivent dans le cadre des efforts de veille à la sécurité des citoyens, la protection de la santé publique et la prévention de l’infiltration de cet insecte sur le territoire national», indique un communiqué du ministère rendu public mardi.Ce dernier indique que suite à une alerte émise, le 2 octobre, par le capitaine d’un navire en provenance du port de Marseille en France, concernant des suspicions de présence de punaises de lit dans la cabine de l’équipage, les services de surveillance sanitaire du port de Tanger Med relevant du ministère ont mis en œuvre les procédures habituelles en pareil cas, en procédant à une inspection minutieuse de toutes les composantes du navire, de sa cargaison et de ses espaces communs. «Les résultats de l’inspection ont montré l’absence de tout insecte à bord du navire, y compris les punaises de lit. Les services de contrôle sanitaire du ministère au niveau du port Tanger Med et des autres points de transit maritime, aérien et terrestre, en collaboration avec les différents départements, effectuent des inspections minutieuses et globales de tous les moyens de transport entrant ou sortant de ces postes frontaliers», note la même source.

Les réseaux sociaux à l’origine de la psychose autour des risques de propagation des punaises de lit

Cependant, sur les réseaux sociaux, les photos et les vidéos d’infestations de punaises de lit sont rapidement devenues virales et commencent à alimenter la psychose chez nous. Plusieurs internautes craignent que la proximité géographique de la France et les échanges entre les deux pays rendent le Maroc vulnérable face à une invasion de ces insectes. «Les différentes images publiées ces derniers jours sur les réseaux sociaux ne font que dévoiler ce qui se passe en France et en Europe depuis plusieurs années. En effet, ce que nous voyons à Paris actuellement est loin d’être une invasion qui a eu lieu du jour au lendemain. Une récente étude a d’ailleurs montré qu’en 2017 et 2022, quelque 11% des ménages français ont souffert de punaises de lits, soit plus d’une famille sur dix. Une autre étude a révélé qu’en 2018 plus de 400.000 foyers français ont été infestés par les punaises de lit. On note également une grande vitesse de propagation de ces insectes d’année en année», déclare au «Matin» Dr Tayeb Hamdi, médecin et chercheur en politiques et systèmes de santé. Ce dernier souligne, par ailleurs, que la propagation des punaises de lits n’a aucune relation avec le niveau d’hygiène. «La prolifération des punaises dépend essentiellement des déplacements des humains. En les transportant dans leurs bagages, ils les emmènent d’un endroit à un autre, qu’il s’agisse d’un lieu luxueux ou peu salubre».

Quels risques pour le Maroc en cas d'épidémie ?

Dr Hamdi affirme que le Maroc est dans l’obligation de prendre les mesures nécessaires pour éviter la propagation de ces parasites sur le territoire national. «Les autorités sanitaires au niveau des frontières sont là pour contrôler, vérifier, traiter... mais ces missions vont aujourd’hui être renforcées à cause de l’épidémie des punaises en France, d’autant que les autorités françaises, elles-mêmes, ne connaissent pas l’ampleur du problème», développe le médecin. Celui-ci rappelle, par ailleurs, que les punaises sont des insectes nuisibles qui se nourrissent de sang humain. «Elles avaient disparu dans les années 1950 grâce à l’insecticide DDT qui est interdit actuellement. Puis, elles ont refait leur apparition depuis les années 1990 dans les pays développés, notamment à cause de la multiplication des voyages, mais aussi la tendance à acheter des vêtements et des meubles anciens, que ce soit pour des raisons financières ou écologiques. C’est pour ces raisons que l’on parle de prolifération mondiale, d’où l’importance de sensibiliser les populations. Il est aussi urgent de trouver des solutions radicales pour vaincre ces parasites», insiste-t-il.

Quid de la prévention ?

Il est important de prendre certaines mesures pour prévenir une infestation de punaises chez soi. «Il faut savoir que les punaises n’entrent pas chez nous d’elles-mêmes, mais c’est nous qui les apportons. Il ne faut pas apporter ou acheter des vêtements ou des meubles anciens. Lorsqu’on voyage, il faut bien vérifier sa literie et surtout ses bagages avant de rentrer. Et si jamais on les découvre à la maison, il faut éviter d’échanger ses affaires avec d’autres personnes – voisins, famille... – Et enfin le plus important, est d’agir rapidement, car plus on traîne, plus il est compliqué de s’en débarrasser».

Il est également recommandé de laver le linge infesté (linge de lit, vêtements, rideaux...) en machine à plus de 60°C et les passer au sèche-linge en mode chaud au moins 30 minutes. Les vêtements doivent ensuite être conservés dans des sacs plastiques scellés jusqu’à la fin de l’infestation.

Un mouvement de panique en France

Dans les habitations, dans les hôpitaux, les transports en commun, les hôtels, les cinémas, les lieux publics..., les punaises de lit ont envahi la France. Depuis quelques semaines, ces bestioles semblent s’être immiscées dans les moindres recoins du quotidien des Français. Certaines écoles ont même été obligées de fermer à cause de la gravité de la situation. Ces insectes ont réussi à semer un vent de panique et mettent le gouvernement sous pression. Pascal Delaunay, parasitologue et entomologiste médical au Centre hospitalier universitaire de Nice, contacté par l’AFP, a affirmé que la prolifération des punaises de lit en France est une réalité devenue difficile à nier. «Depuis cinq à sept ans, on assiste à une augmentation exponentielle des foyers d’infestation. Malheureusement, nous manquons cruellement de données précises sur l’évolution des populations de ces parasites», a-t-il souligné.

Ces bestioles occupent désormais les gros titres de la presse française et font la Une des journaux télévisés. La chaîne américaine «CNN» évoque même une «épidémie généralisée de punaises de lit» en France à moins d’un an des Jeux olympiques.

Face à l’angoisse croissante que suscite ce fléau, le gouvernement est interpellé de toutes parts. Son porte-parole, Olivier Véran, a promis mardi dernier d’apporter rapidement des réponses aux Français, tandis qu’à l’Assemblée nationale, le président des députés Renaissance, Sylvain Maillard, annonçait une proposition de loi sur ce sujet d’ici décembre.

Quel impact sur la santé ?

D’après les spécialistes contactés par «Le Matin», il n’y a pas d’impacts importants directs sur la santé. «Les piqûres des punaises de lit ne sont pas vectrices de maladies virales ou bactériennes entre humains. Leur impact sur la santé se limite généralement à deux choses : les piqûres rouges sur la peau qui peuvent être très gênantes surtout chez les personnes allergiques. Les lésions risquent même de s’infecter en cas de problème d’hygiène», explique Dr Hamdi. «Le second impact des punaises de lit sur la santé est plutôt psychologique. Le fait de savoir que son foyer est infesté et que ces insectes attendent qu’on dorme la nuit pour “passer à l’attaque”, ça peut devenir une obsession», poursuit-il.

Dr Souad Namsaoui, dermatologue, assure également que l’impact sur la santé n’est pas très important. «Il arrive que la peau de certaines personnes ne fasse aucune réaction suite à la piqûre d’une punaise de lit. On constate chez d’autres personnes l’apparition de plusieurs gros boutons rouges. Les moins chanceux voient leurs lésions s’infecter», indique-t-elle. «Pour le traitement des piqûres, il suffit généralement de les nettoyer avec des lotions antiseptiques. Pour limiter les démangeaisons, on peut prescrire des crèmes hydratantes calmantes. Enfin, pour les personnes qui souffrent d’allergie, on opte pour les traitements à base d’antihistaminique», explique la dermatologue.

Bon à savoir

• Les piqûres de punaises de lit surviennent principalement la nuit ; c’est à ce moment que les insectes s’immiscent dans le lit ou le matelas afin d’aspirer le sang.

• Après avoir sucé le sang, les punaises ont tendance à se cacher dans la mousse des matelas pendant 10 à 12 jours pour le digérer.

• La durée de vie des punaises de lits varie de 9 à 18 mois selon l’environnement.

• Ces bestioles, qui mesurent entre 4 et 7 mm, préfèrent vivre dans des endroits sombres et se glissent facilement dans les bagages, sacs...

• Le nombre d’œufs pondus par une femelle varie entre 200 et 500.
Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.