Matin TV

L'Info en Face avec Mehdi Alioua


Start : 0
Quel impact de la pandémie sur la société ? Comment les sociologues analysent-ils la situation de crise qui dure depuis mars 2019 ? Pour en savoir plus, L’Info en Face invite Mehdi Alioua, Sociologue et Enseignant-Chercheur à l’Université International de Rabat.

Transcription automatique :

Le plus complet possible voir avec vous sur cette sur le regard du sociologue sociologique que vous portez sur la situation vous le bal dominer encore il y a 2 ans par la crise sanitaire, c'est spécial parce que comme on est dans la continuité de ce que nous vivons depuis à peu près 2 ans, on a l'impression qu'on apprend et que finalement mais mon apprenant on continue à être totalement prisonnier de cette situation donc je pense que ça va c'est un moment dans l'histoire qui qui va rester en ce sera un combat étudier les historiens étudierons et on peut déjà en faire une sorte de l'histoire du temps présent on doit faire des choix choix politique fort. Donc il y a bien sûr tout ce qu'il y ait de gestion un peu gestion de crise mais dans une crise des sociologues, les politiste dit que le Zap le ça vient dans une crise, il y a toujours tout on est ensemble d'éléments qui. Se mettre à jour et qu'on ne voyait pas lorsqu'on était dans la routine quotidienne et c'est ce que nous vivons aujourd'hui à ton entière des leçons. On va faire en sorte social d'anthropologue dessus sur le Kangoo à travers le monde qui a bouleversé à la fois le monde et qu'elle constitue un puit en matière de réflexion sur un PAC comportements sociaux attitude de l'individu les choses dans ton sera pas forcément compte depuis 2 ans pour aller du virus avait des organisations et des organisation sociale sur l'écran plus de réflexion, ça c'est pas qu'on est très optimiste. On se dit c'est l'occasion de repenser je sais pas si vous vous souvenez au tout début de la crise, il y avait des gens la crise endémique. C'est l'autre c'est l'occasion se poser de réfléchir de prendre le temps mais en fait tout le monde n'a pas le luxe, c'est quasiment lieu de pouvoir se poser réfléchir prendre le temps et d'être en sécurité et la vulnérabilité. Devenu un des aspects fondamental de ce que nous vivons mais en réalité, ce n'est que la suite des vulnérabilités précédente, c'est combien de venir habiter ça c'est qu' est-ce qu on est en train de réaliser progressivement qu'en fait on est on est on est mortelle fragile qu'on est dans une vie de finitude que voilà et qu'en fait on se bouscule et je pense qu'on se rendait compte peut-être pas tout le monde est sérieux, c'est compliqué parce qu'on parle de manière globale et donc il fait actuellement le Maroc, ce n'est pas les États-Unis et même aux États-Unis en réalité ou la France ou des pays plus ou moins équivalence des États-Unis, c'est pas en plus, ce serait différent à l'Inter de société plus riche. On appelle aujourd'hui de société postindustrielle et post-fordiste avec une forme d'organisation du travail et on s'est rendu compte qu'il y a tout en compte de vie qui sont pas pdv mauvaise. En tout cas de Daisy dans lequel qui ne valent pas la peine d'être vécue, c'est la philosophe américaine te dis Butler qui parle de vie son deuil. sont les stands elles sont ceux pour qui on portera pas le deuil donc c'est les sans-papiers les SDF tonton de population pour lesquelles finalement si elle meurt c'est pas très grave, peut-être que cette crise nous a rappelé que on ne peut pas se passer du deuil et que on peut pas vivre bien si on vit dans une société comme nous sommes vulnérable. Nous sommes interdépendants les uns des autres une partie de la société VDV mauvaise évident évident qu'il ne mérite pas finalement d'être vécue et dans lequel le souvenir de gens qui disparaissent sera effacé aussi rapidement que leur disparition et ça c'est une angoisse profonde. Toi la mort. C'est pas qu'on se dit on est mortel mais c'est toi la mort qu'est-ce que les gens vous tiendrons de nous est-ce que dire à des gens pour pleurer ma vie et pourquoi cette question à l'échelle individuelle, on peut se rendre compte que peut-être beaucoup de gens auront pour réponse, il y aura pas grand monde pour me pleurer et ça c'est quelque chose de dramatique, c'est le drame de sa société. Population je veux dire privé j'ai la mort de vision une autre une autre une autre perception pour le bulletin quotidien malheureusement des mordus. Du coup, je peux pas l'affirmer parce que le blog la philosophie, c'est une pensée puissante mais dans la sociologie, on a besoin de son appel et science positive, on a besoin de voir le vérifier concrètement sur le terrain dans la réalité par tous ensemble outillage méthodologique et donc je n'ai pas de réponse à ce qui est sûr, c'est que même les gens ont privilégié qui avait une bonne ne peuvent pas se couper du reste de la société, est-ce que tu m'as beaucoup frappé et que ce soit au Maroc ou ailleurs c'est que notamment grâce aux médias sociaux grâce au mode de communication actuelle très rapidement les gens qu'on aurait pu oublier ce qui par exemple sont bien obligé d'aller au travail ce qui sont éloignés des centres de richesse ou le développement ou des hôpitaux accepté. Me rappeler que il aura plus en se filmant on faisandé des postes sur l'heure sur les réseaux sociaux rappeler que non pas le luxe de pouvoir avoir un télétravail installer un frigo plein et que du tout fermer et fermer un pays fermé le travail fermer les circulations les mobilités aller encore plus plongée les plus faibles dans la dans la précarité, forcément, c'est pas régler les choses s'il y a toujours des gens qui doivent sortir pour vivre pour pas pour dire même autrement pour survivre même ceux qui ont le luxe de se confiner finiront par être touché, on le voit avec la fermeture des frontières au Maroc et tu es une grosse actualités aujourd'hui. C'est quoi te dire déjà c'est injuste en combat parce que d'addition des autorités sanitaires de fermer le pays le pays au monde est complètement fermé qui n'aime pas que ça veut dire psychologique et c'est vous amène à toi. De la carte graphique et voilà réduire la mobilité de l'individu avec persistant taire parce qu'on voit c'est que toute façon ça marche pas complètement à partir du moment le vario et rentrer au Maroc, on aurait pu fermer au et en plus comme ça fait longtemps qu'on veut peut-être que ça limite pas compétent pour le dire limites ou début la Durance de l'épidémie de démarrage du Marion peut-être la limite la vitesse au début mais un moment donné une fois qu'il a pris son rythme de croisière, on peut faire mais autant qu'on veut ça ne marche pas le confinement dur chacun chez soi. On a vu que ça peut marcher mais dès qu'on reçoit ça reprend, il y a des variantes cetera. Le Maroc n'est pas une il est nul part. Nous ne sommes pas une il nous ne sommes pas isolé du monde comporter comme des insulaires. Nous sommes connectés est très connecter au Maroc et le Maroc qui n'est pas un une société industrielle complètement au sens on entend. Dépendance avec monde extérieur voilà ça va au-delà du billet d'avion pour aller à pour aller passer un weekend dans un dans un pays, ça fait longtemps. J'ai de la visite et il est beaucoup plus large pour le Maroc d'abord. C'est le seul cas de la plupart du monde plus on est connecté dans l'économie plombier dans une société globalisé plus le temps s'accélère et pensez qu'on peut arrêter le temps, c'est une très mauvaise philosophes musulmans. Moi je peux comprendre laisse pediculosis tous les autorités sanitaires et puis c'est pas mon domaine mais philosophiquement pensais qu'on peut arrêter le temps dans une société qui s'est accéléré comme ça sans on paye les pots cassés, c'est une ville sympa comme ça on peut pas on peut pas supprimer les conséquences la bourre, ça ne protège pas de virus et on le voit parce que ça reprend. Heureusement, c'est un virus qui se trouve être pas si dangereux ça même si il a toujours sa dangerosité donc ça tient pour La vidéo pour l'instant on est en dessous de ce qu'on voit avec le delta sur Saint-Paul réanimation que ce soit bien sûr pour la mortalité mais on peut pas arrêter le virus. Donc on va créer beaucoup de problèmes et des problèmes socio-économique peut-être plus lourd peut-être que le remède est pire que l'humain qu'est-ce que ça veut dire qu'est-ce que ça veut dire que j'ai bien compris parce que moi je dois dire que je suis pour moi parce que je ne sais pas direct et indirect de la fermeture des frontières et la réduction de la mobilité oui mais est-ce que sa politique décidèrent c'est le choix facile en fait ou c'est le choix responsables à ce qu'on dit. Voilà deux côtés parallèles et les arguments avancés par le biais de la santé et voilà non, il comprit de l'eau pays voisins qui est qui est inquiétante, on peut pas se permettre valeur aujourd'hui les frontières et en plus il y a des citoyens les organisations intermédiaire. Appelle la couverture dialogue de sourds parce que c'est pas facile qui sont faites par les autorités, c'est des choix logique et la logique marocaine, elle n'a pas pas certain de la vois pas mais quand même si on prend le temps de regarder, on la voit, elle n'a pas beaucoup évolué depuis le début de la pandémie logique logique de distance physique et de fermeture de limiter des mobilités pour limiter la transmission parce que le virus, il a pas d'ailes, il passe à travers les humains et donc si les humains bouge le virus bouge avec les humains, sauf que on ne vit plus le Maroc socialement économiquement ne vit pas dans une société, lance ne vit pas dans une société du doigt on ne rencontre que quelques personnes dans la journée qui sont en fait les cousins éloignés plus ou moins les membres du clan de la tribu pour le dire comme ça on vit dans une société rapide, on n'est pas une société industrielle mais on est déjà passé dans la sauce. Mets du 21e siècle ultra-connecté et même avec un IDH un indice de développement humain très faible pour le Maroc très intense satisfaisant, on est comparativement une sauce ultra-connecté, si on le compare peut-être relative aux à la réalité de l'IDH marocain même dans les compagnes reculer les gens ont eu accès au route au pont à la 4G exetera exetera et donc le monde dans lequel nous vivons au Maroc, c'est un monde les gens bouge et dépendent de cette mobilité et on le sait même les tu as dépensé mobilité parce que par exemple la première ressource de vie des Marocains résidant à l'étranger augmenter augmenter parce qu'il est devenu plus visible. Le Maroc est unique, il n'est pas le seul mais il y a pas il fait parti de Top 10 des pays qui sont les grands pays d'immigration pourquoi c'est des pays d'émigration parce que les Marocains en multiplier leur destination et leur itinéraire. Ils n'ont pas choisi un ou deux pays dans lequel ils vont me grec cetera. Non seulement les mobilités n'ont jamais cessé depuis l'indépendance en interne et un international mais ce sont diversifiés et donc on dit à cheval et on garde le lien avec le devoir d'origine de plus lointain. Mets une partie de la famille et habiter dans le pays plus habiter dans une ville une petite ville un peu plus accès à part et la famille va dans la grande ville et une autre partie de la famille et attends international voir dans plusieurs endroits et quand vous prenez par exemple ce qu'on appelle les trajectoire sociale notamment au niveau de la famille. Vous allez vous rendre compte qu'il y a une dispersion dans l'espace des requins. Marocains vivent 10 personnes dans l'espace l'image qu'on a du Maroc, c'est la famille dans la dans le riad enfermé avec les espaces comme on disait alarme donc dans lequel est rangé ne peux pas aller c'est il y avait la famille et notamment les femmes l'espace on reçoit le fameux salon marocain comment on dit aujourd'hui en français on reçoit les Manger exetera ou les autres membres de la famille pas trop proche et puis les salons pour pour l'autre soir entre famille exetera, c'est pas que ça a disparu mais on la réalité physique des Marocains, c'est qu'on a jamais été autant percer les uns des autres et éloigner et on a appris à vivre à distance et en entier non seulement un mode de vie. Vais même pas mais ça crée une forme de ce que j'appelle une économie de la circulation, ça crée une forme de richesse et on le voit si on stoppe c'est circulation si on stoppe la capacité des marocains à être mobile et à gare de solidarité les uns avec les autres en fait, on est fragile et après je te dis le lien social. Oui parce que voilà fermeture des frontières aujourd'hui Kitty qui fait l'actualité, c'est avant tout un impact psychologique impact social et du vinaigre habiter devient sociale qui fait qu'aujourd'hui avec des situations effectivement de Marocains résidant à l'étranger. Qui sont bloqués qui peuvent pas venir au Maroc de la famille des Marocains qui qui qui n'arrive pas à venir alors besoin oui ils sont des étudiants qui sont dans la misère la misère, on aura plus personne ne parle pas de alors pourquoi parce qu'il y avait des petites jambes, c'est pas c'est pas non plus du Maroc, c'est que aussi de petit job dans lequel les étudiants marocains à l'étranger bosser et sont fermés ne marche plus parce que aussi il y a des look down il y a des métiers qui se sont écroulées notamment de la restauration des couvre-feu exetera mais en fait c'est qu'on a dit sur le tout ça devient compliqué ce cas réussi à faire le Maroc au début en mettant une forme d'État-providence qui arrive avec des aides exetera, il peut le faire au début. Il peut pas le faire sur le long terme. On a pas les richesses deux c'est largement suffisant la mobilité l'immobilité d'un coup en fait les pays les plus développés sont les pays mobile 1. Je fais un pas de côté, on a une très mauvaise vision de la migration africaine en général notamment de l'Afrique subsaharienne, c'est le continent l'Afrique et surtout en Afrique subsaharienne le moins mobile au monde et c'est ce qu'ils m'ont dit donc le moins d'immigrés au monde le continent le plus mobile au monde, c'est l'Europe les gens l'oublie mais les Européens sont des grands migrants et c'est pas d'aujourd'hui. Il vient me parler ce soir, ils ont colonisé démographique le monde bien sûr l'Amérique et puis dans d'autres endroits mais encore aujourd'hui, vous avez des millions d'Européens qui migrent à l'Inter de l'Europe, c'est les premiers d'ailleurs migrants en Europe sont pas les extras ORPEA sont d'abord les aurai rien et on voudrait des Français des Espagnols partout sur terre. Alors aujourd'hui long de l'Afrique, c'est que effectivement c'est le continent la mobilité va augmenter ils ont le voir, elle ne cesse d'augmenter notamment en interne donc le petit village se transforme les gens bouge circuit exetera mais en fait ça crée une nouvelle forme d'organisation de la société dans le La mobilité et un des facteurs et même un facteur de guerre de position sociale, il y en a des nouvelles hiérarchie sociale qui sont pas ses nouvelles que ça met dans lequel sa place à capacité avoir accès aux mouvements signifie la place colombe à borax en mouvement, ça devient une puissance donc j'avais la 2G maintenant, je la 5G. J'avais l'ADSL maintenant j'ai 200 mega ou c'est pas le dire giga. Pardon de câble fibre optique, on est ultra connecté, j'avais cinq chaîne. Maintenant, j'en ai des centaines de chaîne. Je viens pas le temps de regarder tout je suis sur plusieurs réseaux sociaux. Donc une mobilité à la fois physique matériel et à la fois, on va dire à distance technologique mais derrière ça en fait, c'est de nouveau mode d'organisation de la société Horse combien rappeler que je viens amener la pandémie, c'est qu'elle vient perturber cette accélération 7 vitesses les Marocains. Sont un peuple ou dans quel nomadisme un facteur important la capacité de des solidaire à distance de du fonctionnement de la cité marocaine antérieur sur entrée dans cette modernité et du coup l'arrêter, c'est potentiellement abîmé le lien social. Donc qu'est-ce que ça veut dire pour pas me dire que c'est la crise sanitaire et le covit véhicule en fait ce monde se marre encore aujourd'hui, c'est ça ce que je vois mais comme je le dis, il faudrait le mettre à l'épreuve est ici. On est plus sur le débat philosophique philosophique presque pas vraiment mais presque mettre à l'épreuve de la réalité, mais ce qui est sûr, c'est que le Maroc a choisi d'être un espace de confluence avec des avec des ponts des routes des train grande vitesse, le Maroc a choisi cette connectivité avec la globalisation le mot globalisation est plus juste que le mot mondialisation. Le mot globalisation c'est même localement le Global un impact sur moi localement qui se passe ailleurs me touche Mamie s'il pour le meilleur et pour le pire et c'est ce que nous les Marocains, nous éprouvons tous les jours et on a du mal à donner du sens à sa et est-ce que c' est pandémie vont nous permettre donner du sens, rien n'est moins sûr parce que après la crise on risque de programmer le livre est programmée pour donner du sens à la vie. Si si si moi je pense que on le sait avec ruisseau. On on a pensé beaucoup avec Russo. On a pensé un peu différemment avec aussi Michel Foucault sur la question du bio pouvoir mets du bio politique qui est très mal aujourd'hui à la mode qui revient des confirme les frontières, c'est le biopolitique le pouvoir en fait, c'est un état de fait nous vivons dans une société l'État. Pouvoir pour aller vite gère les populations il n'a pas les territoires, il a mis très population et les mœurs et c'est c'est un changement dans la modernité observe Foucault est-il viable. Et on n'imagine pas que l'État ne se mêle pas de nos de notre vie en essayant de nous protéger du virus parce que l'inverse en disant faites ce que vous voulez si vous mourez c'est pas grave exetera aurait été 1000 fois moi acceptable que ce que nous vivons donc évidemment qu'il y a un biopouvoir qui est parce que c'est la biologie le contrôle du corps. Le corps sont contrôlés dans l'espace à Toulouse est vacciné notre au logis aussi et contrôler donc on peut y voir une dimension très angoissante. Mais en même temps c'est aussi c'est qui nous permet de mieux gérer les populations alors gérer les populations pour vivre une bonne vie est-ce que c'est pour vivre une vie mauvaise et c'est la session, c'est pour protéger les populations et c'est que le contrôle, on a on a fait avec vous. C'est en jeu Cristalite est en crise et mobilité avec la fermeture des frontières happy donc ça nous amène avec votre déroulé philosophique sur le cristal versus liberté liberté, la réponse D et à travers le monde, il comprit chez nous, c'est de renforcer le contrôle réduction des réductions des matières de mobilité avec un peu de porter son masque. Voilà, c'est aujourd'hui que vous considérez que 2 ans après ça fait 2 ans déclenchement le chant des libertés a été fortement et réduit qu'on a été encore aujourd'hui. Alors je te rendre réponse à question. Je veux retirer le fils de ce que je disais précédemment parce que justement le travail de Rousseau là-dessus et et notamment dans les il est magnifique parce que ce qui nous dit c'est que ce qui compte c'est la prise en compte de sa vulnérabilité de sa finitude et comme on sait qu'on est très vulnérable et que on a une finitude, on a en fait besoin d'aide. Et en fait, c'est en ayant besoin des autres que on peut trouver le sens de la vie est le sens à une bonne vie faut-il être capable d'en avoir conscience et de me donner le bon le bon un bon sens, je veux être donc il parle de la question de la santé la fragilité de la santé poser la question de l'intelligence. En tout cas de l'éducation, c'est pas comme ça mais aussi il faut pouvoir bien éduqué avoir des systèmes éducatifs actualités au Maroc, c'est un grand des balles, ça met du catif de qualité pour pouvoir avoir une bonne vie donc nous sommes plutôt dans cette idée d'un contrat social qu'on le veuille ou non, on se rend pas compte mais plutôt liste dans le sens les Marocains choisissent de dire j'ai besoin de vivre ma vie est juste manger ou ne pas mourir n'est pas suffisant. J'ai besoin d'être reconnu donc c'est aussi un des aspects de de Rousseau. C'est la troisième mention sa main la reconnaissance mais je sais que je pourrai pas vivre une bonne vie si j'ai pas confiance ma vulnérabilité et si les gens ne viens pas m'aider pour me soigner pour me protéger et si les autres ne mets Duke pas. Si c'est l'État qui doit prendre ça en charge ou une collectivité quelle qu'elle soit en forme de pouvoir aussi ne prend pas en charge la location, je vais mal vivre et ici on est dans la continuité de certaine manière le politique marocaine, c'est aussi dans l'intérêt collectif, c'est aussi pour protéger les citoyens la question aujourd'hui, c'est est-ce qu on a réussi réellement, elle est protégée est-ce que finalement on a protéger certains d'accord au détriment des autres en même temps par rapport à ce qu'on dit. C'est intéressant de plus c'est des voilà est-ce que aujourd'hui dans la décision pour la fermeture des frontières et voilà, c'est le mise sous tutelle qui a pris la décision avec alors que le comité scientifique est favorable à la à la réouverture. Salut d'abord et prioriser le fait que les citoyens marocains prix de conscience suffisante dans dans la situation du moment et dans la protection sociale, c'est ça la question comme ça qui est totalement. Ici, la responsabilité est essentiel mais il est tu as fait beaucoup de soin dans les spots dans les spots partout sur RTL sur 2m à la radio. On a des spots. On le rappelle, il y a pas de nous voulons éducatif et pédagogique, on a eu un moment donné au début. En tout cas en 2020 les gens des chaînes. En fait, tu peux supporter cette voix. Mais un moment donné la question de la responsabilité individuelle de dire je vais porter mon masque, je vais me laver les mains. Je vais diminuer le nombre d'invités, je peux me faire la bise, elle est tombé dans l'oubli et aujourd'hui c'est pour ça que on parle de bio pouvoir exetera au Maroc pas j'ai entendu ça c'est parce que c'est faux et c'est pas qu'aujourd'hui ça fait quand même très d'un an et même avec la vague Delta les gens ne respecte absolument pas, il n'y a pas de responsabilité individuelle. Donc on pousse l'État en fait asseoir sur réagir. Soit laisser aller et il a réponse aller entre les deux et tu réagis pour en se disant, je ferme les cafés à 22h et pourquoi le virus part à 18h mais en fait les gens se sont au discipline et alors là, on retrouve Foucault. Mais pour lui c'est une forme aussi de de contrôle des âmes et décors et par même d'orthopédie de l'âme. Donc c'est une femme de rééducation, c'est un peu violent mais malgré tout et on peut son attention alors geste, on aurait fait pas besoin d'en arriver à ses extrême être l'ai toujours de chez moi aujourd'hui au Maroc, on va être on est en janvier 2022 et que la gestion de crise covit par les autorités et sanitaire les décideurs politique, mais en perspective le fait que on est en fait les uns les autres infantiliser complètement et c'est je réponds à votre première question de tout à l'heure, excuse-moi, tu m'as pas répondu sur les libertés. C'est la vision que nous avons la liberté et ici, c'est une erreur fondamentale d'une erreur qui a un héritage de de l'ancien société marocaine de société plus. Mets le plus religieuse et surtout plus coercitive de quelque chose, appelle-moi la dictature des mœurs mon pour revenir c'est les mœurs qui nous dominent, ça fait manière les murs de nos comportements. Voilà voilà c'est il y a une petite erreur, c'est qu'en fait on est tranquille, ils ont les gens en pensant que la liberté et si on laisse la liberté aux gens qui vont forcément n'importe quoi. Et et on n'aura pas le temps de les éduquer et on il vaut mieux. Le match est plié comme on dit aujourd'hui, il vaut mieux être tout de course à pied parce que on arrivera pas en faisant cela en place dans notre exactement l'inverse parce que un monte pas confiance aux gens et en fait, ça ne marche pas 2 + vous privez les gens de liberté dans le steak à changer plus en fait, il s'invente des Marjo liberté, c'est la réponse. Si vous voulez au norme trop fort. C'est la science la déviance, c'est une femme de résistance même nous dans une seule personne, on peut passer dans la logistique analytique, on est un peu bizarre de gestion des pulsions sont aussi des gestions qui sont cons. Qui sont on va dire ambivalente parce que on peut avoir dans ses propos chaque personne une vision très normatif de la société, il faut se comporter comme ça il dira jamais je me comporte autrement et pourtant le soir à La Bresse as un regard faire exactement l'inverse, on l'a dit et avoir une un mode de pensée complètement être comment dire en en paix avec soi-même, on est pas donc on est traversé par sur contradictoire et on le dit comme si c'était normal comme si en fait, on peut tenir dire une chose et faire son contraire et ici plus vous mettez impression tous les gens qu'on tourne. Or c'est un très mauvais message de l'infantilisation mais c'est aussi la vérité qui la verticalité de pouvoir le fait que aujourd'hui vous regarder dans la cité marron, mais je pense qu'on avait eu l'occasion d'en parler un peu même dans le management si vous voulez de l'entreprise personne n'ose prendre des décisions sans que le supérieur + 1 +. Monte le son plus à lui et on attend ton plan et si longtemps que ça peut durer longtemps, il y a pas de réactivité, on ne sait pas confiance. On n'est pas confiance danser danser danser collaborateur. On peut pas confiance dans les citoyens et en fait on peut pas vivre dans le 21e siècle ultra-connecté et tu continues avoir des pratiques de la société Capitalcom. On a pas besoin du parc de leçon et voilà, on est toujours pas réussi à casser c'est et c'est nouvelles formes de solidarité et autres ont été temporelle pour une durée de temps limité et qu'aujourd'hui il va falloir rien plancher tout ça le chant des te laisse passer liberté aussi a été parti pour le manteau chez mesure de pression de directive sanitaire, est-ce que donc on est chez Maty tu m'en mets dialiba, on est face à quel type de configuration aujourd'hui alors pour vous répondre mais aussi j'ai envie de Tout à l'heure mais juste pour vous répondre pour pas faire comme tout à l'heure et d'abord commencer à me répondre et je reviendrai à l'idée précédente, c'est que en fait c'est bien sûr plus facile de faire comme on fait au Maroc nom des sociétés les libertés sont beaucoup plus à qui c'est la décision et à mon local ce qu'on appelle la démocratie participative ou direct et beaucoup plus fort encore dans notre société, c'est beaucoup plus dure la grande social aurait été beaucoup plus on aurait pas permis. On arrivait à des décisions à la veille pour lendemain, il y a pas beaucoup de pays au monde un ministre décident comme ça ou au comité des sites de fermer les écoles la veille pour lendemain et partout il y a un peu de sa contre balance, on le voit pas en France aujourd'hui à une grève une fronde des personnels éducatif contre la remise de tutelle. Voilà, on le voit pas venir mais ça va pas tarder parce que on est aussi une société qui se démocratiser mais l'état des libertés qui était avant la covit qui est à des libertés tel que tu es marocain dans lequel on a moins de liberté que l'autre. Dans le monde en a plus qu'ailleurs évidemment mais moins que dans d'autres pays forcément cette pandémie va mettre à jour se moque de liberté beaucoup plus fort ce monde dans la liberté, c'est pas simplement, il va faire ce qu'on veut. C'est aussi la possibilité d'avoir son mot à dire dans la gestion de la chose publique la chose publique, on peut dire ben je ne suis pas d'accord et on pourrait faire autrement et avoir une forme de pression sociale qui oblige à s'asseoir à la table de ceux qui ne sont pas d'accord, ça c'est un des libertés sur la route de terre qui dure depuis pratiquement 2 ans, c'est la privation de prendre de participer en tout cas à la prise de décision des autorités sanitaires. Oui tout tout tout tout les suspendus manifester exetera ça tu es suspendu. Donc heureusement, il y a le monde virtuel qui permet d'exister encore donné son point de vue, il y a les médias qui joue le rôle et malgré tout le Maroc est un C'est dynamique ce point de vue-là et c'est ce qui fait que le Maroc on peut pas le classer du tout. Ce n'est pas une société autocratique autoritaire et cetera mais je n'ai pas non plus une société de démocratie libérale, c'est elle est en haut les deux. J'en sais. On a du mal à la tête depuis 2 ans oui mais je sais pas sûr que c'est le révélateur pour des gens comme nous qui avons le luxe de pouvoir réfléchir de garder livrer et d'être un peu dans sa tour d'ivoire universitaire. Je sais pas je suis pas persuadé que marre qu'on me prenne conscience parce que même ceux qui critiquent ce que fait le gouvernement et le pré, c'est qu'avec des mots qui sont dehors du réel dictature biopolitique et on l'utilise tous ces mots-là sont vraiment voir ce qu'il y a derrière ou quelle réalité a derrière c'est beaucoup plus compliqué parce que si on vit vraiment dans une société combien de pas totalement autoritaire, on serait comme en Chine. Tu pars pas le masque. Tu finis dans la rue. On te jette des tomates ton nom est affiché, tu perds du Crédit social, les gens sont au mur et ils viennent ils ferment les Mettre un coup de société quand même beaucoup plus beaucoup plus apaisé beaucoup moins auto autoritaire donc voilà c'est c'est c'est toujours l'émotion n'ai jamais le bon ami de l'analyse et donc je ne suis pas sûr qu'on prenne réellement conscience parce que même ceux qui critiquent ceux qui sont d'accord. Bah bien sûr, il en prend pas conscience et on demande plus. Je te sais que tu étais encore et ceux qui critiquent critiquent avec des mots avec des concepts qui ne sont pas à la hauteur de long. Je méritais versus liberté avec le passé exactement qui a été mis en place dans le dernier et depuis il a été retiré en tout cas oui, on fait le gouvernement. Ils ont ils peuvent gagner les tribunaux sans forcément présenter au Maroc en fonction. Joue démocratie il y a une forme de respect de respect des citoyens marocains ont 10 ans les portes et les Marocains, c'est pas n'importe quoi. Et il faut les écouter derrière il y a aussi ce ce qu'ils ont la capacité de mieux se faire entendre ce qu' il y a des rapports de force donc bien sur ce qu'ils ont les capacités se faire entendre ou de sa crème une fronde qui peut bloquer et donc il y a aussi la peur du débordement la peur d'un moment sociale qui peut-être aussi mais au fond il y a une idée ou le citoyen