Menu
Search
Jeudi 18 Avril 2024
S'abonner
close
Jeudi 18 Avril 2024
Menu
Search
Accueil next Automobile
lock image Réservé aux abonnés

«Le Matin Auto» au volant de l’Alpine A110S 1.8 TCe

Expérience de conduite, design, maniabilité, points forts, points faibles... «Le Matin Auto» a testé pour vous l’Alpine A110S. Voici le verdict.

L’Alpine A110 marque un retour triomphal pour Alpine. Non pas un retour en forme après quelques mauvaises voitures, mais un retour total à l’existence pour une marque chère en France. Quand on parle à l’un des membres de l’équipe qui a travaillé pour créer la voiture, on entend de belles histoires sur les pressions qu’ils ont ressenties pour faire revivre cette marque bien-aimée en France. C’était du genre : «Faites une erreur et vous serez jeté dans la Manche».

Ils ont très bien compris et beaucoup adoré l’A110. Mais lors du processus de conception original, ils ont toujours envisagé une version légèrement plus hardcore, qui serait à l’aise sur piste comme sur route. L’A110S est cette voiture, une A110 plus tranchante pour les personnes qui veulent des temps au tour. Ils tiennent à souligner que le S ne consiste pas à «réparer» l’A110, cela a toujours été prévu, il s’agit plutôt de le peaufiner pour un autre public.

Nous avons parlé de manière lyrique de l’A110. Elle ressemble à tout ce que vous attendez d’une petite voiture de sport – elle a l’air trapu, prête et excitante et en quelque sorte aussi très belle. Le S ne change vraiment rien. Il y a plus de fibre de carbone dans le toit et autour de diverses zones pour réduire le poids, les roues sont plus grandes et plus légères.



Mais l’A110S reste globalement fidèle à la formule qui a si bien fonctionné pour l’A110. La clé est de savoir comment Alpine a réussi à transférer les fonctionnalités de la berlinette originale à une voiture moderne, sans trop ressembler à un mélange maladroit de rétro-futurisme. L’agencement de quatre feux à l’avant fait un clin d’œil au passé tout en gardant un aspect frais, l’arrière est incliné comme l’ancienne voiture, mais il est doté de feux en X très modernes pour mettre le tout en valeur. Cela fonctionne très bien, d’une manière qui vous indique qu’il s’agit d’une voiture fraîche et non d’une imitation de pièces Renault.

Performances et maniabilité de l’Alpine A110S

Il n’y a rien de révolutionnaire non plus sous le capot de la S. Le même moteur quatre cylindres de 1.8 litre, placé vers l’arrière, propulse l’A110S, mais il a maintenant été amélioré, nous pouvons donc nous attendre à 300 ch, soit une augmentation d’environ 40 ch par rapport à la voiture standard. Il y a 340 Nm avec lesquels jouer, ce qui est le même que celui de la voiture d’origine, mais le changement de boost signifie qu’il est disponible sur une plus grande plage de régime. Cela, accompagné d’un gain de poids de 7 kg grâce aux nouvelles roues (qui sont en option), au toit et à d’autres éléments en carbone, signifie que la S atteindra 100 km/h en 4,4 secondes, ce qui n’est qu’un dixième environ plus rapide que l’Alpine A110 standard.

Là où le changement peut vraiment se trouver, c’est dans la conduite. L’Alpine A110 «standard» est un véritable bateau de plaisir, conçu pour se déplacer sous vous, avec des inclusions spécifiques comme la suspension à double triangulation tout autour, ce qui signifie qu’il y a un roulis naturel, le genre de roulis dont vous ne devriez pas avoir peur, mais qui vous implique davantage dans la conduite. La nouvelle voiture est plus ferme dans sa position, le contrôle de la conduite pourrait être considéré comme bien meilleur, car il y a moins de mouvement, mais c’est aussi sacrifier un peu de sensations. L’A110S tourne avec plus de précision que la voiture standard et reste beaucoup plus plate dans les virages. Il faut une demande beaucoup plus forte pour provoquer un survirage, l’A110S restant plus plantée. C’est ce que voulaient les concepteurs, une voiture qui conserve au moins un avant-goût du plaisir de l’original, tout en étant plus désirable pour les personnes qui souhaitent rentrer chez elles après une journée sur piste avec une impression des temps au tour. Cela ne veut pas dire que l’A110S est dure à conduire sur route, c’est juste que la sensation brillante de l’Alpine standard n’est pas là.

Intérieur sportif de l’Alpine A110S

Il n’y a pas grand-chose à dire sur l’intérieur de l’A110S par rapport à l’Alpine standard. C’est exactement la même chose, ce qui n’est pas une critique. Il y a quelques nouveautés pour vous montrer la différence, quelques-uns des petits éléments qui correspondent désormais aux couleurs des accents à l’extérieur, mais c’est fondamentalement la même chose. C’est à l’intérieur que l’équipe de conception a dû économiser un peu d’argent. Bien que la voiture soit un tout nouveau design avec une liberté totale pour l’équipe, Renault ne leur a pas réellement remis un chéquier vierge, il y a donc un étrange compromis. La conception générale est toujours bonne, avec un tout petit écran tactile contrôlant le système de navigation par satellite, les médias, etc., et quelques boutons pour la boîte de vitesses automatique et la climatisation – il n’y aura toujours jamais d’A110 manuelle, peu importe les demandes, car l’emballage est trop serré, donc la DSG à sept vitesses de ZF devra faire l’affaire. Le volant est excellent, en Alcantara, et les sièges sport soutiennent sans être trop durs pour le dos. Les tiges sont des Renault de deux générations, avec des bords plus durs que les modèles actuels et le système d’infodivertissement est très basique. Mais dans une voiture de sport, ce sont des choses auxquelles nous pouvons survivre.

Du côté technologique, nous n’avons pas grand-chose, pour être honnêtes. Il dispose d’un système de navigation par

satellite et d’une climatisation réglable et de sièges sport. Le système est basique : il y a un petit emplacement pour votre téléphone/la clé Renault rectangulaire classique, des ports USB et un repose-pied pour le passager. C’est à peu près tout.

*****************

Équipements

Peinture métallisée, Climatisation, feux et essuie-glaces automatiques, Navigation GPS à écran tactile, 2 Prises USB, Bluetooth, Commandes vocales, Système de télémétrie embarquée, Système audio Focal 4 Haut-parleurs, Radars de stationnement avant et arrière, Sièges Baquets, Feux 100% LED, Rétroviseurs rabattables électriquement, Carte de démarrage mains libres, Pédalier et repose-pied en aluminium brossé, Jantes en alliage de 18 pouces noires GT Race, Échappement Sport, Deux modes de conduite (Normal, Sport).

Caractéristiques techniques :

Moteur 1.8 TCe (e)Cylindrée (cc) 1.798

Puissance fiscale (cv) 18

Puissance maxi (ch) 300

Couple maxi (Nm) 340

Boîte de vitesses BVA7

Vitesse maxi (km/h) 260

Accélération (0-100 km/h) 4,2 (s)Prix de base (DH) 865.000

Verdict "Le Matin Auto"

Alpine estime que l’A110S sera probablement trois fois plus vendue que l’Alpine A110 standard, et vous pouvez comprendre pourquoi. Ce n’est pas une mauvaise voiture, loin de là, c’est juste une voiture destinée à un public très spécifique. C’est pour les gens qui se soucient des journées de piste et des temps au tour, pas seulement pour un retour agréable en voiture. L’A110S conserve encore une partie de l’essence de l’A110, mais sous une forme plus nette ; Si l’A110 est la batte de baseball permettant d’abattre les cibles d’un socle, l’A110S est le fusil de sniper. Vous vous amuserez toujours dans l’A110S, vous la trouverez juste plus précise.

La nouvelle Alpine A110S continuera d’attirer les regards et d’impressionner les passionnés de voitures sportives, marquant ainsi une étape importante dans l’histoire de la marque. La version S que nous avons essayée, la plus puissante, affiche ses 300 ch avec un poids léger d’environ 1.100 kg. Le bouton du mode sport intégré au volant, ainsi que celui de désactivation de l’ESP, ravira de nombreux conducteurs sur les pistes de course.
Lisez nos e-Papers