Menu
Search
Lundi 15 Juillet 2024
S'abonner
close
Lundi 15 Juillet 2024
Menu
Search
lock image Réservé aux abonnés

La Vision Atlantique de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, une intégration de destins au plus près des aspirations et des besoins africains

No Image

Par Youssef Amrani, ambassadeur de Sa Majesté le Roi aux États-Unis d’Amérique

L’Atlantique compte parmi les carrefours géopolitiques les plus structurants de l’ordre mondial. Un quart des nations ont une façade atlantique, 23 d’entre elles sont africaines. Dans ce conglomérat de pays, le Maroc dispose de la plus grande façade en Afrique, certains diront qu’elle est à la mesure de son engagement diplomatique pour l’émergence du continent. Et pour cause, la Vision de Sa Majesté le Roi érige dans cet espace pivot une nouvelle communauté d’intérêt et de destin, faisant de l’Atlantique l’épicentre d’un équilibre mondial au diapason des aspirations et des besoins africains.



La mer est le souffle des nations. Elle est le poumon qui oxygène l’histoire et la politique des continents. Son accès est vital et sa gouvernance essentielle. Les praticiens du droit international le savent, la géopolitique se dessine bien plus dans les eaux que sur les terres. Mais en dépit des abondances marines, l’ordre mondial est en asphyxie, il souffre d’un mal qui le ronge au plus profond de sa raison, il est amnésique, il oublie que l’histoire se fait et se défait sur une simple différence de choix et de perception.

Entre la mer frontière et la mer liaison, il n’y a aucune distinction intrinsèque. Seule une appréciation politique, qui en variant, conditionne tout le reste. Au-delà des déterminismes géographiques, ce sont en effet les choix et les visions qui fondent notre réalité et orientent notre avenir. Le Maroc a choisi son camp, il est au rang de ceux qui font le pari de l’intégration. À contrecourant des cloisonnements qui s’opèrent, le Royaume ancre l’Atlantique au cœur de ses démarches, il agit en faisant simplement de la diplomatie là où d’autres ont parfois abandonné cet idéal.

Pour le Maroc, l’Atlantique c’est une vision. Une composante particulière de notre identité. Un espace d’opportunité. Un clivage qui paradoxalement nous unit. Nous y voyons un pont, une synapse qui connecte nos intérêts les plus névralgiques et nos espoirs les plus soutenus. S’il fallait la résumer, la Vision Atlantique du Maroc est celle qui prône une nécessité structurelle : celle de la connectivité, un engagement diplomatique : celui de la coopération, un besoin économique : celui de l’intégration, et enfin, et pas des moindres, une attente citoyenne : celle de la prospérité, de la paix et du développement.

La Vision Royale qui prévaut dans ce déploiement fait écho à un besoin et traduit une ambition : ouvrir les yeux sur une autre conception atlantique. Une conception de nature à unir, fédérer et connecter, là où l’impact humain sera le plus palpable et où les attentes sont les plus pressantes. L’Atlantique devient, sous le prisme de cette approche, un baromètre, un indicateur de l’état de santé continental, un miroir de la cohérence ou de l’incohérence de notre devenir commun.

En ce sens, l’Atlantique est à la fois une solution et un enjeu. L’espace bifurque entre l’un et l’autre au gré des politiques qui dessinent ses vocations. Déserté, il devient aisément le terrain de jeu des dangers les plus complexes, où opèrent à profusion les phénomènes jumelés du terrorisme, de la piraterie et du trafic organisé. A contrario, une transfusion bien pensée de cohérence et de coopération le transforme en corridor de développement et de prospérité. Le choix n’est pourtant pas aussi simple qu’il n’y paraît, la prise en charge de cet espace exige, au-delà du courage, une conviction forte que le statu quo ne sert aucun intérêt.

Le Maroc ne se résout pas à l’inertie atlantique. Il se refuse tout attentisme ou suivisme dans les actions déployées. Le bon sens prend place, la realpolitik est de rigueur, mais elle n’a rien de froid ou de discriminant. Au contraire, elle est fondée sur l’interdépendance et le co-développement. Loin de toute naïveté, le Royaume porte un pragmatisme nécessaire en de telles circonstances, à savoir une solidarité qui ne laisse pour compte ni les nations qui changent, ni les modèles qui évoluent, et encore moins les aspirations qui grandissent. L’Atlantique se met au service de l’Afrique, et le Maroc l’accompagne dans cette dynamique en contribuant à l’articulation d’une nouvelle narrative géopolitique dans la région.

L’initiative de Sa Majesté le Roi envers les pays du Sahel est sans doute l’exemple le plus éloquent. Là où d’autres font de la gestion de crise ponctuelle, le Maroc opte pour un bouleversement intégral des paradigmes. L’approche exclusivement sécuritaire a montré ses limites, elle doit devenir plus holistique et mettre le développement humain au centre de ses préoccupations. Plusieurs diplomaties étrangères, même les plus expérimentées, ont failli sur ce terrain, croyant que l’idéologie battrait en retraite face à la force militaire. Il n’en est rien : la pensée humaine est infiniment plus complexe et n’évolue que si l’on considère la racine et non les symptômes de ses afflictions.

Le Maroc ne connaît malheureusement que trop bien les maux de l'échec d'une intégration. Le non-Maghreb en est une expression tristement distinguée. Sa Majesté l'a rappelé dans son discours au 33e Sommet de la Ligue des États arabes le 16 mai 2024 : «Nous ne pouvons que déplorer, une fois de plus, le fait que l'Union du Maghreb arabe ne remplisse pas le rôle naturel qui lui revient, en appui au développement commun des États maghrébins, en garantissant, notamment, la libre circulation des personnes, des capitaux, des biens et des services entre ses cinq pays membres.» Le Maroc l’a compris, toute parcellisation de la construction atlantique est une erreur. La Vision Royale est par conséquent transversalement atlantiste en ce sens qu’elle ne traduit aucune exclusivité sur cet espace, au contraire, elle appuie toute optique visant à élargir l’Atlantique au-delà de ses confins géographiques.

L’intégration régionale n’est pas un fractionnement ou une subdivision d’un espace qui chercherait à s’autonomiser par rapport à un autre. C’est à l’inverse une unité qui s’imbrique dans un modèle institutionnel plus large pour répondre conjointement à des enjeux et à des défis partagés. En ce sens, l’Union africaine se repose fondamentalement sur des intégrations régionales réussies. Force est de constater que certaines sont plus abouties que d’autres. Toutefois, l’UA a une vocation forte, un engagement certain pour se saisir du rôle qui lui revient naturellement en tant que fédératrice d’un projet africain cohérent.

Une continuité diplomatique doit pouvoir joncher des assemblages coopératifs fort et en phase avec les besoins entre, d’une part, les pays africains riverains, d’autre part leur voisinage immédiat et enfin avec leurs partenaires internationaux. Seule cette approche inclusive permet de tisser les complémentarités nécessaires. Un maillage qui, au-delà du sens figuré, trouve une réalité concrète dans les méga projets d’interconnexion atlantique comme le port de Dakhla ou encore le gazoduc Nigeria-Maroc pour ne citer qu’eux. De leur financement à leur finalité, il n’y a qu’un seul son de cloche qui orchestre cette dynamique. Qu’ils soient financés en dollars, en euros ou en dirhams, ces programmes structurants versent dans l’équation idéale du gagnant-gagnant, et ce peu importe la variable choisie.

L’Atlantique est une continuité qui a besoin de complémentarités et d’engagement. Le Partenariat pour la coopération atlantique lancé par Washington, et dont le Maroc est membre à part entière, est d’ailleurs une expression forte de ces engagements qui s’opèrent et se multiplient. De même, les nivellements du Sud global, l’initiative brésilienne, les partenariats européens, la coopération politique avec l’OTAN sont autant d’espaces qui offrent à l’Atlantique des chemins d’accroissement, des voies d’unité et des moyens de convergence.

Il est là, le cœur de cette narrative marocaine. La prise de conscience que le concert des nations n’a pas activé l’ensemble des leviers à disposition pour redessiner un équilibre mondial plus pérenne. Alors que l’échiquier international se cherche une nouvelle cohérence, je pense que l’Atlantique n’est pas en reste d’une vocation bien plus saillante. Épicentre d’enjeux et d’opportunités, l’espace atlantique est une plateforme qui associe une diversité de communautés, le monde dit occidental y jouxtant Sud global, comme un point de contact qui fusionne les perspectives de deux polarités en un seul et même destin.
Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.