Menu
Search
Mercredi 17 Juillet 2024
S'abonner
close
Mercredi 17 Juillet 2024
Menu
Search

L’Appartement 22 : vingt ans d’engagement pour l’art marocain

«L’Appartement 22 – Volume 2» est un beau livre qui retrace l’histoire du lieu culte éponyme, fondé par le critique d’art et curateur Abdellah Karroum. Une rencontre autour de l’ouvrage aura lieu à Artorium, l’espace d’art de la Fondation TGCC, ce jeudi 18 janvier.

No Image
Il se passe bien des choses dans L’Appartement 22 ! Ce lieu culte, fondé par Abdellah Karroum il y a tout juste 20 ans, déborde aujourd’hui d’une telle énergie créative et de tant de matière qu’il faut un ouvrage de pas moins de cinq cents pages pour tout contenir. C’est exactement le propos de «L’Appartement 22 – Volume 2», paru aux éditions Hors Champs, qui recèle le fruit de deux décennies de créativité et de réflexion.

Faisant suite au premier volume qui couvre la période de 2002 à 2008, et qui met en lumière la construction de L’Appartement 22, le second volume offre une plongée dans l’histoire de cet espace artistique singulier, soulignant son évolution d’un simple logement en un amphithéâtre vibrant d’idées et de rencontres, depuis 2009 à 2022.

Dans son introduction, Abdellah Karroum explique que le fait de publier les carnets de notes, les correspondances et les documents d’artistes, souvent écrits dans l’urgence et la spontanéité, relève d’un choix éditorial, afin de mieux rendre compte sur l’esprit du moment. Le résultat est une archive exhaustive de vingt ans de projets, d’actions et d’expositions, illustrant un récit collectif sans artifice.

Un art total

À travers son propre vécu au sein de L’Appartement 22, Abdellah Karroum met en avant l’indépendance soigneusement cultivée par ce laboratoire d’idées. En effet, les différentes brochures et présentations de projets accueillis en attestent. Loin d’un art orienté objets ou exposition, la création in situ peut prendre des formes diverses, allant du dialogue d’artistes à l’échange avec l’environnement, à la documentation du processus créatif, ou encore à la plantation de fleurs ! L’essentiel pour le maître des lieux est l’intention créative, la tant célébrée «Niya» qui est à l’origine de tout.

À travers les divers projets partagés, le livre met en lumière les transformations perçues dans les formes et dans les engagements, qui n’affectent pourtant pas la constance de l’essence de l’art à travers les époques. Abdellah Karroum plaide en faveur du rôle activiste des artistes critiques en soulignant leur utilité sociale. Il partage son «rêve» d’un art transformateur, soulignant la nécessité de repenser les schémas culturels et géographiques dans une perspective post-contemporaine.

Une aubaine pour l’art marocain

Au fil des pages, l’on découvre un élément clé de réussite de L’Appartement 22 : un brassage régulier de sensibilités artistiques issues des quatre coins du monde. Ces contributeurs, attirés par la réputation de l’espace et de son engagement, apportent une diversité culturelle et artistique qui enrichit L’Appartement 22 et, au-delà, le paysage artistique marocain. Le croisement constant d’idées, de perspectives et de techniques provenant de différentes régions du globe stimule la créativité et l’innovation au sein de la scène artistique locale, et ce de façon profonde et continue. Si cette ouverture sur le monde est une aubaine pour les artistes marocains, elle place également le Maroc parmi les grandes nations de l’art.

L’ouvrage souligne aussi l’émergence d’une constellation d’espaces indépendants, animés par les rencontres, permettant à la scène artistique de se libérer de ses petits îlots urbains, pour se déverser jusqu’aux villages lointains. Ces espaces fonctionnent de manière organique, interrogeant les thématiques historiques et actuelles, tout en encourageant la recherche et la création. Pour Abdellah Karroum, il est nécessaire de repenser les espaces de visibilité et d’activation des œuvres.

L’art est politique

«L’Appartement 22 – Volume 2» soulève la question cruciale de la dimension politique de l’art, en examinant la relation directe entre l’action artistique et les aléas de l’histoire, de l’actualité et de l’environnement social. À travers des résidences diverses telles que celles de l’Appartement 22, du Rif Résidences, et des expéditions du bout du monde, les artistes puisent inéluctablement leur énergie créative dans l’environnement immédiat, tout en opérant, à leur tour, un changement significatif au niveau local.

En élargissant l’influence du lieu à travers la R22 radio de l’art, Abdellah Karroum consigne ces engagements divers sur une plateforme documentaire discursive. Cette radio nomade prend place dans des biennales et des expositions internationales, témoignant ainsi de la dynamique évolutive de L’Appartement 22. Par son caractère itinérant, ce médium devient un vecteur complémentaire dans l’engagement politique de l’art, transcendant les frontières pour nourrir des conversations critiques et participer activement au dialogue entre les voix du monde.
Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.