Menu
Search
Lundi 26 Février 2024
S'abonner
close
Lundi 26 Février 2024
Menu
Search
S'abonner
Accueil next Culture

Les réalisatrices à l’honneur de la 30ème édition des Semaines du Film Européen

A l’occasion de leur 30e édition, les Semaines du Film Européen présentent une sélection prestigieuse de 8 films européens récents primés dans les grands festivals internationaux et 3 courts métrages du Sud de la Méditerranée, ancrant l’esprit du partenariat euro-méditerranéen. La sélection de cette année est majoritairement féminine car sur les 11 films présentés, 6 sont réalisés par des femmes. Les projections auront lieu à Casablanca, Marrakech, Tanger et Rabat, du 14 février au 1er mars 2024.

No Image
Pour cette 30è édition des Semaines du Film Européen, la sélection est composée de 8 longs métrages européens ainsi que 3 courts métrages du Sud de la Méditerranée. Grâce aux coproductions, 11 pays du continent européen sont représentés : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, l’Espagne, la Finlande, la France, l’Italie, la Hongrie mais aussi le Danemark, la Slovaquie et le Royaume Uni. Les courts métrages proviennent, quant à eux, du Maroc et du Liban.

Une sélection majoritairement féminine

Sur les 11 films présentés cette année, 6 sont réalisés par des femmes. Cette prédominance féminine confirme une tendance mondiale, caractérisée ces dernières années par une montée en puissance des réalisatrices, qui remportent désormais les récompenses les plus importantes, à l’instar des cinéastes marocaines Asmae El Moudir, Grand Prix "Etoile d'Or" du Festival International du Film de Marrakech, et Meryem Touzani, lauréate de plusieurs prix internationaux.



Après Jane Campion en 1992 et Julia Ducournau en 2021, Justine Triet a été, en mai dernier, la troisième femme à obtenir la Palme d’or du Festival de Cannes. Nommé 5 fois aux Oscars et 11 fois aux Césars, après avoir obtenu 2 Golden Globes, « Anatomie d’une chute » (France), son dernier film que nous présentons en ouverture de cette 30e édition, dissèque l’intimité d’un couple et livre un brillant portrait de femme, porté par une actrice prodigieuse, l’allemande Sandra Hüller. Autre étoile montante du cinéma d’auteur, l’italienne Alice Rohwacher, primée à Cannes à deux reprises en 2014 et 2018, revient avec « La Chimère », un film singulier qui, à travers un personnage d’archéologue anglais incarné par Josh O’Connor (The Crown), explore, avec poésie et extravagance, les liens entre le passé et le présent. Dans « Club zéro », la réalisatrice autrichienne Jessica Hausner, dont les précédents films ont été primés à Venise et à Cannes, livre une satire glaçante sur la création d’une secte et une réflexion percutante sur la manière dont les plus vulnérables sont endoctrinés.

Des auteurs émergents et prometteurs

L’espagnole Estibaliz Urresola Solaguren signe son premier film sensible et délicat sur la question de l’identité de genre et des cheminements de l’enfance. Présenté en compétition officielle à la dernière Berlinale, « 20 000 espèces d’abeilles », a valu à sa jeune actrice Sofia Otero, l’Ours d’argent de la meilleure interprétation. Âgée de 9 ans, elle est la plus jeune actrice à avoir obtenu ce prix. Autre auteur européen qui a émergé sur la scène internationale en 2023, l’allemand d’origine turque Ilker Çatak, dont le film « La salle des profs » a fait sensation au dernier festival de Berlin et est nommé à l’Oscar du meilleur film étranger. Situé dans une école primaire et centré autour d’un personnage de jeune institutrice qui mène l’enquête suite à une série de vols, le film, extrêmement bien écrit, se révèle d’un suspense haletant et d’une maîtrise impressionnante. C’est également le milieu scolaire, mais cette fois-ci le lycée, qui sert de cadre à « Explanation for everything » de Gabor Reisz, qui a obtenu le prix Orizzonti du meilleur film à la dernière Mostra de Venise et permis à son auteur de s’imposer comme une voix majeure du cinéma hongrois.

Une programmation pour tous

Les Semaines du film Européen ont pour tradition de célébrer les plus grands auteurs européens et cette édition n’y fera pas exception avec notamment la présentation du dernier film d’Aki Kaurismäki, doyen de cette sélection. « Les feuilles mortes », qui a obtenu le prix du jury au dernier Festival de Cannes, est une histoire d’amour à la fois hilarante et bouleversante, qui emprunte son titre à Jacques Prévert et signe le retour en grande forme du maître islandais.

Comme lors des éditions précédentes, un film à destination du jeune public sera également projeté. « Sirocco et le royaume des courants d’air » de Benoît Chieux (Belgique) est un très joli récit initiatique sur le pouvoir de l’imaginaire, magnifiquement animé, qui a obtenu le prix du public au festival d’Annecy. Ce film d’animation est accessible aux enfants dès l’âge de 6 ans.

Des courts métrages des étoiles montantes du Maroc et du Liban

Deux réalisatrices marocaines prometteuses figurent dans la sélection de cette année: Zineb Wakrim avec « Ayyur », qui a été primé au dernier festival de Cannes et Jawahine Zentar avec « Sur la tombe de mon père », primé au dernier Festival national du film de Tanger. Le libanais Wissam Charaf complète la programmation avec « Et si le soleil plongeait dans l’océan des nues », en sélection officielle du dernier Festival de Venise.