Menu
Search
Mercredi 17 Juillet 2024
S'abonner
close
Mercredi 17 Juillet 2024
Menu
Search

«Roses are Blue» : l’écolsion de Ziineb

Premier EP de l’artiste Ziineb, «Roses are Blue» est composée de cinq chansons aux influences jazz, neo soul, afro-pop et musique orientale. Basée à Paris, la jeune Casablancaise chante en anglais et vise, avec détermination, la scène internationale.

No Image
Avouons-le : on se méfie généralement des touche-à-tout. Ces individus qui, sans gêne ni peur au ventre, s’aventurent dans des missions créatives aussi osées que diverses, avec souvent des résultats mitigés. Mais dans la mêlée, certains réussissent haut la main là où le commun des mortels échoue avec fracas. Ziineb est de ceux-là.



Après une carrière qui a démarré voilà des années en arts plastiques, quelques concrétisations à la clé et plusieurs tableaux figurant dans des collections institutionnelles, la voilà poussant sans difficulté la grande porte de la musique. Avec les mélodies colorées qu’elle compose, des textes qu’elle écrit elle-même et une voix au timbre velouté, le premier EP de Ziineb ne laisse aucun doute sur ses capacités.

L’espoir est mon cachet

L’album «Roses are Blue» de Ziineb est une exploration musicale captivante, offrant un éventail de sonorités qui témoignent de la richesse de ses influences. Très clairement inspirée par la nouvelle scène londonienne émergente qui l’a nourrie pendant ses études en musique dans la ville du grand brouillard, la jeune artiste mêle sans difficulté les influences soul, afro-pop, R’n’B et la musique orientale. Le morceau d’ouverture, «It’s Time», séduit par son rythme dansant. La ballade poignante «Come Through» révèle la puissance émotionnelle de Ziineb et sa voix cristalline. «Roses are Blue», éthérée et contemplative, dévoile une sensibilité artistique profonde, tandis que «Cherry On The Pie» élève le tempo avec son beat UK garage entraînant. Cependant, c’est dans le single «One Life» que l’artiste brille, offrant une démonstration saisissante de la neo soul moderne qui se définit par son intensité à la fois musicale et émotionnelle. Chaque chanson de l’album contribue à créer un ensemble harmonieux, où les paroles poétiques et les mélodies accrocheuses fusionnent, laissant une empreinte mémorable de l’éclectisme musical de Ziineb. Si l’EP ne devait délivrer qu’un message, «Ce serait l’espoir. J’ajoute des accords d’espoir automatiquement dans mes compos, parce que ça se marie avec le ton lyrique et de rêve de mes chansons et que ça représente pleinement mon univers créatif», exprime Ziineb.

Au tout début

Si la jeune femme se lance à peine dans le monde de la création musicale, elle confie chanter depuis ses dix ans. «J’ai suivi des cours de chant pendant mon adolescence et c’est une prof de chant qui m’a encouragée à faire une école de musique à Londres, après le baccalauréat. Mais une fois à l’école, j’ai eu peur de me limiter à la musique, alors je suis partie faire des études de philosophie et d’art, pour combler mes besoins d’apprendre», nous confie la jeune femme, qui certes gagne en maturité pour reprendre la musique, mais ne réussit à aller au bout de son désir qu’après la rencontre avec le producteur Camile Kanouni, qui l’accompagne aussi bien dans les compositions que dans les textes.

«Comme je me cherche encore, j’explore d’autres styles musicaux. Je travaille actuellement avec un artiste de la scène électro, qui a les mêmes influences que moi et je me laisse la liberté de tenter des choses nouvelles qui se rapprochent encore plus de ce que j’aime», ajoute Ziineb.

La jeune femme a déjà interprété une chanson en darija pour le générique d’une série télévisée, signée par les Frères Naciri. Cette première expérience dans la langue maternelle n’est pas pour déplaire à la jeune artiste polyglotte, qui compte amplement explorer son potentiel. «J’aimerais beaucoup écrire des chansons avec les trois langues, comme ça se fait de plus en plus dernièrement en Europe», confie-t-elle.

De l’image au son

Actuellement inscrite à un master en management culturel, Ziineb ne compte visiblement pas se restreindre à une seule voie. Pour elle, tous les chemins menant à l’épanouissement sont à emprunter. D’ailleurs, dans une vie parallèle, la jeune femme mène une carrière déjà établie d’artiste-peintre. En effet, avant de se lancer dans la chanson, Zineb Bennani Smires a déjà marqué sa présence sur la scène artistique en exposant dans des galeries nationales et internationales. Son talent reconnu et célébré atteste de sa capacité à capturer l’émotion et la créativité visuelle avec la même intensité qu’elle le fait avec sa musique.

«La musique a beaucoup influencé ma peinture. Je pense que mon style en art visuel et mon style musical sont complémentaires. Ils se rejoignent pour traduire mon univers artistique lyrique. La philosophie, quant à elle, m’a plus aidée à cultiver mes idées, mon ouverture d’esprit et à m’éloigner du jugement à l’emporte-pièce. Et comme j’aime bien tout ce qui est conceptuel et abstrait, ça a peut-être influencé mon écriture», explique Ziineb.

Disponible sur toutes les plateformes musicales, l’EP «Roses are Blue» de la jeune Casablancaise appelle à la découverte. Cette éclosion heureuse augure bien de l’avenir de la chanteuse. À suivre de près !
Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.