Menu
Search
Vendredi 23 Février 2024
S'abonner
close
Vendredi 23 Février 2024
Menu
Search
S'abonner
Accueil next Économie

D’ici 2030, l’Afrique subsaharienne compterait plus de 1,2 milliard de connexions avec smartphones

L’industrie mobile de l’Afrique subsaharienne est promise à de belles perspectives. D’ici 2030, la région devrait dépasser 1,2 milliard de connexions de smartphones, selon l’Association internationale de l’industrie des télécommunications mobiles. Cette croissance sera soutenue notamment par la montée en puissance de la 4G et de la 5G. Une aubaine pour Maroc Telecom qui envisage d’augmenter les capacités de ses filiales en Afrique subsaharienne avec un financement de 375 millions d’euros que le groupe a sollicité auprès de l’IFC.

Des initiatives visant à améliorer la couverture mobile, telles que des solutions de connectivité rurale, sont en cours de déploiement par les opérateurs.
Des initiatives visant à améliorer la couverture mobile, telles que des solutions de connectivité rurale, sont en cours de déploiement par les opérateurs.
Maroc Telecom a bien raison de vouloir renforcer les capacités de ses succursales en Afrique subsaharienne. L’opérateur télécoms a, pour rappel, sollicité un financement de 375 millions d’euros auprès de l’IFC pour soutenir ses activités dans cette région. Il faut dire que l’industrie mobile en Afrique subsaharienne connaît une transformation majeure, stimulant la croissance économique et créant de l’emploi.



Ainsi, selon les dernières données de la GSMA, l’Association internationale de l’industrie des télécommunications mobiles, cette région connaît une montée en puissance de la connectivité mobile, des smartphones, et bientôt de la 5G, avec des implications économiques significatives. «D’ici 2030, l’Afrique subsaharienne prévoit de compter plus de 1,2 milliard de connexions avec smartphones. Les smartphones représenteront alors 88% du total des connexions, bien que légèrement en deçà de la moyenne mondiale de 92%», indique GSMA. Selon cette dernière, la croissance spectaculaire des smartphones dans cette région est en grande partie due à une augmentation substantielle de leur abordabilité. Même avec ces avancées, il reste un énorme potentiel pour le marché des smartphones dans la région, avec la montée en puissance de la 4G et de la 5G.

L’impact économique de la connectivité mobile

En 2022, les technologies et les services mobiles ont généré 8,1% du PIB de toute l’Afrique subsaharienne, représentant environ 170 milliards de dollars de valeur ajoutée. Les avantages les plus significatifs proviennent des effets sur la productivité, s’élevant à 110 milliards de dollars, et des opérateurs mobiles, qui ont contribué pour 40 milliards de dollars. Dans son rapport, GSMA explique que les opérateurs mobiles et l’écosystème mobile d’une manière plus large ont directement employé environ 1,4 million de personnes en Afrique subsaharienne. En outre, l’activité économique dans cet écosystème a généré plus de 2 millions d’emplois dans d’autres secteurs, soutenant ainsi environ 3,5 millions d’emplois, que ce soit directement ou indirectement. En tout cas, la 5G est sur le point de révolutionner davantage la région, avec des prévisions estimant qu’elle apportera un bénéfice de 11 milliards de dollars à l’économie d’Afrique subsaharienne d’ici 2030, représentant plus de 6% de l’impact économique global du mobile. «La 5G devrait particulièrement bénéficier aux secteurs de la fabrication et des services». Cependant, des défis subsistent, notamment en matière de couverture mobile. En 2022, environ 15% de la population de l’Afrique subsaharienne n’était pas couverte par des réseaux de haut débit mobile. Cela reste un enjeu significatif, en particulier dans les zones rurales et éloignées. Des initiatives visant à améliorer la couverture mobile, telles que des solutions de connectivité rurale, sont en cours de déploiement par les opérateurs.