Menu
Search
Vendredi 24 Mai 2024
S'abonner
close
Vendredi 24 Mai 2024
Menu
Search
lock image Réservé aux abonnés

Industrie automobile : un déclin attendu de la demande en Europe, principal marché du Maroc

Alors que les véhicules électriques prennent le devant de la scène mondiale, l’industrie automobile marocaine, leader des exportations nationales, se prépare à faire face à un environnement international incertain. Si les dernières projections de Bank Al-Maghrib sont très optimistes pour le secteur, une nouvelle étude d’Allianz Trade table sur un ralentissement des ventes de voitures neuves dans le monde, en raison d’une croissance médiocre et de la faiblesse des dépenses de consommation en Europe, principal marché des exportations marocaines.

Environ 75 % des véhicules vendus en Europe l'année dernière étaient fabriqués localement et 25 % étaient importés, notamment du Maroc
Environ 75 % des véhicules vendus en Europe l'année dernière étaient fabriqués localement et 25 % étaient importés, notamment du Maroc
Quelles perspectives mondiales pour l’industrie automobile marocaine, le premier secteur exportateur du pays ? Selon une nouvelle étude d’Allianz Trade, le marché automobile mondial devrait se normaliser cette année, avec un ralentissement des immatriculations de voitures après un fort rebond l’année dernière. En 2023, après trois années perturbées par la crise sanitaire, et les problèmes d’approvisionnement liés à la guerre en Ukraine, le marché automobile mondial a augmenté de +11,3% pour atteindre près de 88 millions d’unités vendues.

Selon Allianz Trade, avec la reprise de la demande, les trois plus grands marchés automobiles – la Chine, les États-Unis et l’Europe – ont tous enregistré une forte croissance en 2023, respectivement de +11,9, +12,5 et +17,2%. «Environ 75% des véhicules vendus en Europe l’année dernière étaient fabriqués localement et 25% étaient importés, dont 48% provenaient d’Asie de l’Est (Chine, Corée du Sud et Japon), 15% de Turquie, 11% du Maroc et 27% du reste du monde», détaille l’étude.



L’Europe reste donc un marché majeur pour les exportations automobiles du Maroc. Rappelons qu’en 2023, les ventes du secteur automobile marocain ont affiché une performance remarquable de 27,4% à 141,8 milliards de dirhams, se plaçant de nouveau en tête des secteurs exportateurs. Selon l’Office des changes, le segment de la construction a enregistré une croissance de +22,6% (soit pratiquement le double de la moyenne mondiale), à 67,6 milliards de DH. Et en tant que fournisseurs rang 1 et 2 des constructeurs mondiaux, le segment du câblage a vu ses exportations croître de +32,5% alors que celui du Powertrain a bondi de +25,3%.

Qu’en est-il de 2024 ? À l’échelle mondiale, les ventes de voitures neuves ne devraient augmenter que de 1,9% en 2024, selon Allianz Trade. Ceci en raison de la faiblesse des dépenses de consommation – en particulier en Chine et en Europe (principal marché pour l’industrie automobile marocaine) – et d’une croissance économique mondiale médiocre. Par ailleurs, les constructeurs automobiles sont confrontés à une baisse de leur pouvoir de fixation des prix et à une contraction de leurs marges dans un contexte de concurrence accrue et d’environnement incertain. Pour l’assureur-crédit, l’industrie automobile mondiale est en train de subir une transformation significative vers les véhicules électriques (VE), mais la voie à suivre sera mouvementée, façonnée par les tensions géopolitiques, le ralentissement de la demande et les incertitudes réglementaires.

Les experts d’Allianz Trade estiment que les VE seront le moteur de croissance du marché. Les ventes de nouveaux véhicules électriques dépasseront les 18 millions (+32,8% en glissement annuel) en 2024, avec l’Europe en tête (+41,2%). Toutefois, les constructeurs automobiles européens sont arrivés tardivement sur le marché des véhicules électriques et peinent à produire des modèles abordables de manière rentable (les véhicules électriques coûtent encore 27% de plus que les voitures à essence). Par conséquent, les constructeurs automobiles européens connaissent un déclin notable de leur part de marché. Pour rattraper son retard, l’Europe devrait prendre des mesures immédiates pour créer un écosystème autour de la production de VE.

De leur côté, les VE chinois sont en passe de conquérir le marché mondial, les ventes et la production ayant été multipliées par près de huit entre 2019 et 2023. Les fabricants chinois de véhicules électriques bénéficient d’avantages considérables. L’Europe et les États-Unis, inquiets de leur dépendance à l’égard des composants chinois et de l’impact sur les industries locales, ont réagi en renforçant les barrières commerciales et la surveillance.

Rappelons qu’au Maroc, les projections sont optimistes. Bank Al-Maghrib table sur la poursuite de la bonne performance du secteur automobile, avec des augmentations de 9,6% des exportations en 2024 puis de 13,3% à 176,1 milliards de dirhams en 2025. Déjà en janvier, les exportations du secteur automobile se sont améliorées de 8,3%, traduisant des hausses de 9% pour le segment de la construction et de 5,9% pour celui du câblage.
Lisez nos e-Papers