Menu
Search
Vendredi 19 Avril 2024
S'abonner
close
Vendredi 19 Avril 2024
Menu
Search
Accueil next Économie

Les bénéfices des sociétés cotées croîtraient de 13,7% en 2023 (BMCE Capital)

Bonnes performances prévues pour les sociétés cotées. Selon le Forecast 2023-2024 publié par BMCE Capital Global Research concernant son Scope, le CA global devrait croître de 5,6% en 2023, soutenu principalement par le secteur financier. Les résultats nets des entreprises devraient connaître, quant à eux, une croissance notable de 13,7%. En 2024, le CA du Scope connaîtrait une hausse de +5% à 278,1 milliards de DH, soutenue essentiellement par la hausse de +5,3% à 65,7 milliards du PNB des financières. Pour le RNPG, il devrait croître de 10,9% en 2024.

Le chiffre d’affaires des sociétés cotées est soutenu principalement par le secteur financier.
Le chiffre d’affaires des sociétés cotées est soutenu principalement par le secteur financier.
Les sociétés cotées s’acheminent vers une fin d’année 2023 porteuse, caractérisée par de bonnes performances financières. Ainsi, selon le Forecast 2023-2024 publié par BMCE Capital Global Research (BKGR) concernant son Scope (près de 89,7% de la capitalisation boursière), le chiffre d’affaires (CA) global est projeté à 264,9 milliards de dirhams, soit une augmentation de 5,6% par rapport à l’année précédente.



Cette croissance est soutenue principalement par le secteur financier, qui devrait enregistrer une augmentation significative de 10,2% de son produit net bancaire (PNB). Les résultats nets des entreprises (RNPG) devraient connaître, quant à eux, une croissance notable de 13,7%. Même après avoir retiré les éléments exceptionnels, les RNPG retraités devraient s’élever à 30,5 milliards de DH, soit une augmentation de 5,9%. Les dividendes versés devraient également augmenter de 9,6%. Cette performance est principalement attribuée à l’expansion prévue de l’activité commerciale, avec une croissance de 5,6% pour atteindre 265 milliards de DH en 2023.

En 2024, le CA du Scope devrait connaître une hausse de +5% à 278,1 milliards de DH, soutenue essentiellement par la hausse de +5,3% à 65,7 milliards du PNB des financières conjuguée à une hausse +4,7% à 190,7 milliards des revenus des industries. La croissance du PNB global est le résultat attendu de performances robustes dans l’ensemble des composantes du secteur financier, en particulier grâce à l’augmentation de la marge d’intérêt. Cette croissance est stimulée par une dynamique commerciale positive et par la poursuite de la transmission des effets de la hausse du taux directeur sur le rendement des crédits. Pour le RNPG, il devrait croître de 10,9% en 2024.

Label’Vie, Taqa Morocco, TGCC : Les points forts de l’industrie marocaine

Cette année, le secteur industriel marocain fait face à des dynamiques variées, nécessitant une vigilance et une adaptabilité de la part des acteurs économiques, selon les analystes de BKGR. Label’Vie, par exemple, anticipe une croissance significative de son CA, avec une prévision de 21,3%, le portant à 16,9 millions de DH. Cette augmentation est en grande partie attribuée à l’expansion de nouveaux magasins et à la poursuite de sa stratégie de croissance organique.

De même, Taqa Morocco s’annonce en amélioration avec des revenus consolidés attendus en hausse de 8,4%, atteignant 14,7 millions de DH, principalement grâce à un effet positif lié à l’augmentation des prix d’achat de charbon refacturés à l’ONEE. Une autre entreprise à surveiller est TGCC, qui devrait connaître une augmentation de son CA consolidé de 18%, atteignant 6,1 millions de DH, grâce à une dynamique commerciale solide, à la montée en puissance de ses filiales nationales et à l’expansion du Groupe à l’international.

Cependant, des défis subsistent pour certaines entreprises industrielles. Managem, par exemple, prévoit une baisse de 15% de ses revenus en raison de la chute des cours des métaux de base et des tensions politiques au Soudan. De même, Lesieur Cristal envisage une diminution de 10,5% de ses revenus en raison d’une politique de baisse des prix. Enfin, SNEP anticipe également des revenus en baisse, notamment en raison de la poursuite de la diminution des prix de vente du PVC et des arrêts programmés nécessaires à la réalisation des tests de démarrage de nouvelles installations visant à augmenter la capacité annuelle de production à 90.000 tonnes.

En 2024, le secteur industriel marocain devrait connaître une évolution variée, combinant des opportunités de croissance avec des défis qui nécessiteront une gestion prudente de la part des acteurs économiques. Selon la note de BKMG, une amélioration est attendue des revenus de 4,7%, atteignant 190,7 millions de DH. Cette croissance est attribuable à plusieurs facteurs favorables. Tout d’abord, Label’Vie devrait poursuivre le renforcement de son maillage territorial tout en profitant de l’effet complet des ouvertures réalisées en 2023. De plus, Managem devrait connaître une croissance notable grâce à la reprise des activités au Soudan et des opérations d’exportation d’or à partir de Port Soudan au quatrième trimestre de l’année en cours. Le projet cuivre de Tizert, prévu pour entrer en production fin 2024, devrait également contribuer à cette croissance, tout comme le maintien anticipé à un niveau élevé des cours du métal jaune dans un contexte mondial perturbé. En outre, Akdital devrait profiter de la solide performance de ses entités historiques, du succès des établissements ouverts en 2023 et des ouvertures prévues en 2024, notamment dans des villes telles que Khouribga, Marrakech, Tétouan, Benguérir, Kénitra, Essaouira, Taroudant, Meknès, Rabat et Errachidia. «Cependant, pour l’année 2024, nous prévoyons une baisse des revenus de Taqa Morocco en raison d’un effet prix négatif lié à la tendance baissière des cours du charbon à l’international, ainsi que de ceux de SBM en raison de la cession d’EAE à Mutandis et de l’arrêt de la production et de la distribution de Heineken prévu en décembre 2023».

Les financières assurent !

Pour les financières, BKGR anticipe en 2023 un PNB cumulé en hausse de +10,2% à 62,4 milliards, tirée notamment par la hausse attendue de +6,2% de la marge d’intérêt profitant de la hausse du taux directeur au Maroc ayant boosté le rendement des crédits octroyés par les Banques (+97 points de base du taux débiteur moyen global au T2 2023 comparativement à la même période de l’année précédente) et le bond de +26,2% du résultat sur opérations de marché résultant notamment des réajustements opérés sur les portefeuilles de trading des Banques afin de réduire leur sensibilité aux variations de taux.

En 2024, le PNB devrait progresser de près de +5,3% à 65,7 milliards, en raison du bon comportement attendu de l’ensemble de ses composantes, principalement la marge d’intérêt grâce à une meilleure dynamique commerciale et à la poursuite du processus de transmission de la hausse du taux directeur sur le rendement des crédits.

Pour le secteur des assurances, il devrait connaître une décélération de sa croissance des primes acquises nettes, avec une augmentation attendue de seulement 2,9%, atteignant un total de 20,5 milliards de dirhams. Cette décélération est due à deux principaux facteurs : une croissance plus lente du CA dans le domaine des assurances Non-Vie, à hauteur de 6,4%, en raison de ventes automobiles moins performantes, et une baisse de 2,2% du CA dans le domaine des assurances vie, en raison d’un développement limité de la commercialisation de produits en unités de compte.

En 2024, on prévoit une amélioration significative, avec une augmentation de 6% des primes acquises nettes, les portant à 21,7 milliards de dirhams. Cette amélioration découle de la reprise anticipée des ventes automobiles et de la branche Épargne en unités de compte.
Lisez nos e-Papers