Le projet devra permettre la création de 2.000 emplois directs et indirects (y compris ceux créés par les fournisseurs). «Les travaux de construction devront démarrer fin 2018,
pour une mise en service en 2020», a déclaré au "Matin Eco" Taoufiq Boussaid, président de Bombardier Transport Maroc.  Ceci en marge d’une conférence fournisseurs de Bombardier organisée  le 22 novembre à Casablanca à l’occasion la deuxième édition du « Rail Industry Summit ». Boussaid, qui n'a pas souhaité se prononcer sur le montant de l’investissement, a toutefois précisé que pareil projet nécessite environ 60 millions d’euros.
L'usine table sur 40 millions d’euros  d'achats annuels auprès des fournisseurs locaux et ce, avant 2025. C'est ainsi que la filiale marocaine de Bombardier Transport (elle-même filiale du groupe canadien  Bombardier spécialisée de l’industrie du transport sur rail) planche sur le développement d'un écosystème ferroviaire. Quinze fournisseurs internationaux (Rang 1) sont disposés à l’accompagner dès aujourd’hui pour le lancement et le développement du site industriel. Et 54 autres (fournisseurs rangs 1 et 2 dont des Marocains) ont été identifiés comme fournisseurs
potentiel à moyen terme (sur 5 ans). La production de le la future usine sera destinée à hauteur de 60% à l’export (Europe, Afrique et Moyen- Orient) avec un taux d’intégration de 40% devant être renforcé au fil des ans.