Monde

Grotte en Thaïlande : Tout le monde est en bonne santé mentale

author AFP, LE MATIN

Les travailleurs d'urgence portent sur une civière l'un des garçons secourus pour être transportés en ambulance à l'hôpital, à Mae Sai, dans le district de Chiang Rai en Thaïlande. Ph : AFP

Les huit premiers enfants extraits d'une grotte thaïlandaise inondée sont en bonne santé, physique et mentale, bien que deux d'entre eux soient sous antibiotiques du fait de signes de pneumonie, a déclaré mardi un responsable thaïlandais.

«Les huit sont en bonne santé, pas de fièvre», a déclaré Jesada Chokedamrongsuk, responsable du ministère de la Santé publique, devant des journalistes à l'hôpital de Chiang Rai.

«Tout le monde est en bonne santé mentale».

Il s'agit du bilan de plus clair sur l'état de santé de ces garçons âgés de 12 à 16 ans, les premiers à être évacués de la grotte inondée de Tham Luang, dans le nord de la Thaïlande.

Les quatre derniers enfants et leur entraîneur de 25 ans ont passé leur 17e nuit dans le vaste réseau et attendent d'être secourus.

Des spécialistes ont mis en garde contre les conséquences à long terme de l'épreuve, qu'il s'agisse de traumatisme phychologique ou d'infections.

Les enfants ont subi des examens radiologiques et sanguins. Deux garçons qui présentaient des signes de pneumonie ont reçu des antibiotiques et sont dans un «état normal», a dit Jesada Chokedamrongsuk.

Ils peuvent tous se déplacer, parler et manger.

«Ils devront rester à l'hôpital pendant une semaine pour attendre leurs résultats et voir s'il y a du changement», a-t-il ajouté.

Thongchai Lertwilairattanapong, autre responsable du ministère de la Santé publique, a précisé que le premier groupe à avoir été sorti dimanche s'alimentait normalement.

«Ils veulent du chocolat. On peut voir que tout va bien car ils mangent bien».

Les garçons ont été placés en quarantaine mais certains parents ont pu les voir à travers une vitre.

La Thaïlande toute entière est suspendue à la saga des 12 enfants et de leur entraîneur de 25 ans bloqués dans le vaste réseau souterrain depuis le 23 juin par la montée des eaux.

Les nouvelles pluies qui tombaient mardi ajoutaient à l'urgence des opérations pour sauver le dernier groupe toujours pris au piège. On ignorait pour l'heure à quel moment les opérations de sauvetage pourraient reprendre

 

Services

S'inscrire à la Newsletter