Société

Quand ramadan rime avec embouteillage

author Najat Mouhssine,

Le mois sacré du Ramadan est souvent associé à une amplification des embouteillages dans les différentes artères. Relever les défis liés à ce phénomène requiert la mobilisation de tous les acteurs y compris les usagers de la circulation.

La circulation routière est depuis toujours un véritable calvaire. Ce phénomène n'est pas nouveau mais il s’accentue pendant le mois de Ramadan.

Face au désordre intolérable qui caractérise le comportement de certains usagers de la route, piétons comme conducteurs, la gestion du trafic routier devient des plus difficiles. 

Pressés pour regagner leur domicile ou leur lieu de travail, les usagers de la route restent coincés dans des embouteillages inhabituels durant des heures, cela se répercute négativement sur la qualité de vie.

Circulation dans tous les sens, stationnement anarchique, occupation de de l'espace piéton et vice versa, non-respect du code de la route et des feux tricolores… constituent, entre autres, les principaux abus et dépassements observés pendant ce mois sacré.

De longues files des véhicules qui se dressent sur les différentes artères s’observent au quotidien « luttant » pour arriver à leurs destination en bon état.

Même le transport en commun devient un casse-tête pour particulièrement des gens qui emploient ce moyen de transport. Chaque jour, les usagers du transport public, font jouer leur muscle pour obtenir une place dans un bus ou un taxi.  

Faire face à ses difficultés implique la mobilisation de tous les intervenants.

Services

S'inscrire à la Newsletter