Menu
Search
Mardi 18 Juin 2024
S'abonner
close

Lancement de nouvelles données et cartes sur le changement climatique

Lancement de nouvelles données et cartes sur le changement climatique

De nouvelles données et cartes sur le changement climatique au Maroc ont été lancées hier mercredi 3 février, lors d'un atelier virtuel avec les principales parties prenantes marocaines. Ces nouvelles données élargissent la base de connaissances dont disposent les institutions et les décideurs marocains pour planifier un avenir plus résilient, notamment en matière de gestion de l'eau et de l'agriculture.

«Les séries de données ont été élaborées en consultation avec les principales agences gouvernementales marocaines dans le cadre d’un projet financé par le Royaume-Uni. Ils fournissent un ensemble de projections climatiques nationales pour la température, les précipitations et plusieurs indices météorologiques extrêmes. Les indicateurs utilisés dans les données ont été identifiés par lesdites agences comme étant essentiels à leurs opérations et la haute résolution des cartes rend les données particulièrement précises et pertinentes. L'atelier virtuel a présenté les données ainsi que leur utilisation potentielle», explique-t-on dans un communiqué.

Ces nouveaux ensembles de données climatiques ont été développés dans le cadre du programme « Nexus de la Sécurité de l’Eau en Afrique du Nord » , financé par le Royaume-Uni, et mis en œuvre par le Centre pour l'intégration en Méditerranée (CMI), en collaboration avec l’Institut international de gestion de l'eau (IWMI), le Centre international de hautes études agronomiques méditerranéennes (CIHEAM-Bari), Cewas Moyen-orient, l’Agence Française de développement (AFD), la Banque mondiale, le réseau des Jeunes Méditerranéens pour l’eau (MedYWat) géré par le CMI.  Le programme comprend un ensemble d'activités visant l’explicitation de l'interrelation entre la sécurité de l'eau, le changement climatique (sécheresse) et la migration en Afrique du Nord ; le renforcement des capacités des décideurs à mieux gérer la sécurité de l'eau et le suivi de la sécheresse dans la région ; ainsi que l'engagement d'un large éventail de parties prenantes, y compris les jeunes, la société civile, les gouvernements, le secteur privé et les universités, dans le cadre d'une collaboration régionale.

«La pénurie d’eau constitue une menace réelle pour la stabilité et le développement durable au Maroc. Nous abordons aujourd’hui ce défi commun pour trouver des solutions. Les nouvelles données climatiques nationales que le Centre pour l'intégration en Méditerranée (CMI) et l’Institut international de gestion de l'eau (IWMI), ont générées au cours des derniers mois seront inestimables pour cet effort mutuel et je suis fier que le Royaume-Uni ait soutenu ce travail. Alors que nous nous tournons vers la COP26, cela montre comment travailler ensemble soutient la résilience», a déclaré Simon Martin, l’ambassadeur Britannique au Maroc.

De son côté, Blanca Moreno-Dodson, directrice du Centre pour l'intégration en Méditerranée a indiqué que le changement climatique ajoute une nouvelle complexité à la croissance économique du Maroc. Ces dernières années, le pays a connu des chocs climatiques extrêmes marqués par des sécheresses et des inondations. De tels événements ont accru les pressions sur les systèmes hydrique et terrestre et ont entraîné une augmentation de l'insécurité hydrique et alimentaire. «Les modèles mondiaux prévoyant une augmentation de ces contraintes, il est important que les décideurs marocains aient accès à des données à l’échelle nationale pouvant éclairer leur planification et leurs investissements. La planification fondée sur des données scientifiques est le principal ingrédient de la résilience», a-t-elle ajouté

Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.