Menu
Search
Vendredi 12 Avril 2024
S'abonner
close
Vendredi 12 Avril 2024
Menu
Search
Accueil next Économie

L’UM6P lance le débat sur la technologie de pointe au service de la science

À travers une ouverture sur les avancées scientifiques à l’ère du digital et de l’intelligence artificielle, l’Université Mohammed VI polytechnique (UM6P) vise à démocratiser l’accès à la production scientifique de pointe par les citoyens, décideurs et faiseurs d’opinions. La réflexion est ainsi lancée pour faire émerger un écosystème dont pourront bénéficier les étudiants, chercheurs et professeurs de l’Université.

L’UM6P lance le débat sur la technologie de pointe au service de la science
Hicham El Habti, président de de l’Université Mohammed VI polytechnique. Ph. Saouri

La première édition des «Journées scientifiques» de l’Université Mohammed VI polytechnique (UM6P) a réuni, les 10 et 11 novembre 2021 à Benguerir, des experts internationaux de renom afin d’échanger sur les dernières tendances scientifiques dans les domaines de la santé, du digital, de l’intelligence artificielle ou encore de l’espace.

L’occasion de lancer une réflexion globale autour des avancées scientifiques à l’ère du numérique et les mettre à la disposition du grand public. «L’UM6P a œuvré depuis son inauguration en 2017 à incuber un environnement de réflexion constructive sur les grands enjeux de société en relation avec le progrès scientifique.

Après l’organisation de la Semaine de la science début novembre, les Journées scientifiques constituent une nouvelle étape après plusieurs années d’efforts visant à démocratiser l’accès à la production scientifique de pointe par les citoyens, décideurs et faiseurs d’opinions», a indiqué son président, Hicham El Habti.

Et de noter que cette rencontre permettra de faire émerger une réflexion multidisciplinaire dont pourront bénéficier les étudiants, chercheurs et professeurs de l’Université. Les «Journées scientifiques» ont, par ailleurs, permis de renforcer les liens entre l’UM6P et les institutions de recherche internationales, notamment le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) en France.

«Le Maroc et la France ont une très longue relation d’amitié et de collaboration scientifique. Le Royaume compte le plus de structures de recherche commune avec le CNRS à l’échelle africaine et nous sommes convaincus que nous pourrons aller plus loin. L’idée aujourd’hui est de coconstruire des programmes de recherche avec l’UM6P dans différents domaines, tels que l’intelligence artificielle», a affirmé le président-directeur général du CNRS, Antoine Petit.

Même son de cloche auprès de l’Ambassadeur honoraire de l’International Astronautical Federation (IAF), Jean-Yves Le Gall, qui a rappelé les avancées importantes du Maroc dans le domaine spatial. «Le Maroc a aujourd’hui deux satellites mis en orbite il y a deux ans, il dispose de deux centres de recherche dans ce domaine. Ceci illustre que le Royaume a une vraie politique spatiale et qu’il va continuer à se développer», a-t-il souligné.

La première des «Journées scientifiques» a été marquée par la diversité des domaines de spécialisation des intervenants (le numérique, la médecine, la génétique, l’exploration spatiale, la neurologie, l’éthique, la recherche et l’innovation), laquelle contribuera à promouvoir une réflexion holistique sur l’évolution scientifique contemporaine et ses conséquences pour les sociétés humaines.

Lisez nos e-Papers