Menu
Search
Mercredi 24 Avril 2024
S'abonner
close
Mercredi 24 Avril 2024
Menu
Search
Accueil next Société

Le risque de mutation du SARS-CoV-2 est toujours présent quelque soit la saison, selon les experts

« De nouveaux variants peuvent émerger tant que le virus circule », rappellent les scientifiques contactés par Le Matin . L’émergence de nouveaux variants est normale étant donné que la propagation de la pandémie se poursuit. Mais des altérations existent, la vigilance est donc de mise. Reste à savoir si le changement saisonnier a une influence sur l’émergence de variants. Selon nos experts, la réponse est « non ».

Le risque de mutation du  SARS-CoV-2 est toujours présent quelque soit la saison, selon les experts

Le variant indien ‘Delta’ a coûté au Monde entier une vague de contamination sans précèdent. Le Maroc ne fait pas l'exception aux défis que soulève cette 3e vague nécessitant des mesures drastiques et une vigilance renforcée. Aujourd’hui, les indicateurs relatifs à la situation épidémiologique au Maroc s’améliorent et le taux de contaminations connaît une chute considérable. Toutefois de nouvelles questions se posent :  doit-on s'inquiéter de l'apparition de nouveaux variants ? À quoi peut-on s'attendre pour les semaines à venir ? Et comment renforcer davantage son système immunitaire ?

Les réponses de docteur Tayeb Hamdi, est, on ne peut plus claires : « Tant que le virus circule et se multiplie, il y a toujours un risque de mutations, c.-à-d. la probabilité d’émergence de nouveaux variants existe. Je rappelle que le SARS-CoV-2, le virus responsable de la COVID-19, a besoin du corps humain pour vivre et se multiplier. Il se transmet d’humain à humain et c’est cette transmission qui lui assure la continuité et la possibilité de muter ». Donc, la réponse est : « Oui », le SARS-CoV-2 mute et c’est tout à fait  normal pour le spécialiste et chercheur en politiques et systèmes de santé. « Ce sont des mutations qui n’ont aucune importance et n'influe en rien sur le virus. Mais ce qu’il faut bien retenir c’est que le SARS-CoV-2 mute beaucoup moins que le virus de la grippe. », précise-t-il. Mais des fois, malheureusement, des mutations conduisent à l’émergence d’un nouveau variant qui provoque une certaine inquiétude influant sur les caractéristiques du virus », explique Dr Hamdi. Conséquences : « soit le virus devient très transmissible, soit il devient plus virulent et dangereux, soit il affaiblit l’efficacité des vaccins, soit il ne répond plus aux traitements proposés pour traiter les variants précédents, soit il devient difficile de le détecter avec les diagnostics utilisés jusqu’à présent … Et ce sont là les principales raisons qui peuvent inquiéter ».

 Notre source n’a pas manqué de souligner, dans un autre registre, que les mutations peuvent aussi jouer en faveur de l’Homme. En d’autres termes, dit-il, des variants peuvent affaiblir le pouvoir virulent et la transmission du virus, ce qui limitera les dégâts et favorisera la disparition de l’épidémie.  Pour résumé, Dr Hamdi indique que « moins il y a d’infections, moins il y a de personnes infectées, moins il y a de transmissions de virus, moins il y a de risques de mutations et d’émergence de nouveau variants ».  Pour lui « le meilleur moyen pour vaincre les mutations et les variants est de freiner la circulation du virus ». Le combat est grand, la gloire l'est aussi.  A la question de savoir si le changement de saison influe sur l’apparition d’autres variants virulents comme Delta. La réponse cette fois ci est « non » : « Le changement saisonnier n’a aucune influence sur l’émergence de variants, ce dernier est strictement lié au degré de multiplication et de propagation du virus », rassure le spécialiste.

Pour sa part, Jaâfar Haïkal, professeur en médecine et expert en management sanitaire, estime que « le variant qui a provoqué le plus de problème à l’échelle mondial est le variant indien parce qu’il est plus transmissible, plus contagieux.  Toutefois d’autres variants risquent de débarquer à l’instar du variant « Mu » et d’autres qui risquent d’impacter la dynamique épidémiologique ». Raison pour laquelle, dit-il, il faut maintenir la vigilance et la surveillance, continuer à dépister, à isoler les sujets positifs et maintenir la stratégie que le Royaume a très bien entamé, à savoir la vaccination pour atteindre une immunité collective optimale. L’expert profite de l’occasion pour encourager les familles, les parents à se faire vacciner et vacciner leur progéniture.  « La vaccination des 12-17 ans va encore nous donner plus de force » pour combattre le virus et l’empêcher de muter et du coup atteindre plus vite les objectifs tracés en termes d’immunité populaire.

Jaâfar Haïkal rappelle que la tendance épidémiologique au Maroc a enregistré une baisse significative ces derniers jours. Des résultats probants à saluer mais il est indispensable, insiste-t-il, de rester vigilants vu qu’il y a encore des cas compliqués observés essentiellement chez les personnes non vaccinées et celles qui ont tardé à être pris en charge.

Ce qu’il faut retenir : prendre les deux doses de vaccin pourrait non seulement protéger des formes compliquées de la maladie, mais également réduire les infections et empêcher le virus de se multiplier.

Lisez nos e-Papers