Menu
Search
Lundi 04 Mars 2024
S'abonner
close
Lundi 04 Mars 2024
Menu
Search
Accueil next Nation

Le ministère de la Culture met en demeure Adidas pour appropriation du Zellige marocain

Dénonçant l'appropriation du zellige marocain dans la nouvelle collection de maillots de sport Adidas, l'avocat Mourad Elajouti, mandaté par le ministère de la culture, de la communication et de la jeunesse, a adressé une lettre de mise en demeure au représentant légal d'Adidas.

Le ministère de la Culture met en demeure Adidas pour appropriation du Zellige marocain

Dans des posts sur son compte twitter, Mourad Elajouti, avocat au barreau de Casablanca et président du Club des avocats au Maroc a annoncé qu’il a été « mandaté par le ministère de la culture, de la jeunesse et de la communication », et qu’il a adressé, le mercredi 28 septembre, une première lettre de mise en demeure au représentant légal du groupe Adidas afin de « requérir le retrait de la collection des maillots de sport inspirés de l’art du Zellige marocain ».

 

 

« Nous avons demandé le retrait de cette collection dans un délai de 15 jours ou de prévoir une communication adéquate qui met en évidence que ces motifs utilisés pour la conception de ces maillots sont d'inspiration marocaine. Sous peine d'engager des poursuites judiciaires », a-t-il précisé.

Au-delà de l’exploitation économique de ces éléments de l’identité culturelle marocaine, emprunter un élément culturel traditionnel d’un pays et l'adjuger à un autre peut, selon l’avocat, « s’apparenter à une manœuvre politique qui n'est pas innocente ». Et d’ajouter qu’« on ne peut pas s’emparer d’une expression culturelle traditionnelle pour l’adapter à une autre culture, dans un contexte différent sans autorisation ni mention de la source de façon à porter préjudice aux détenteurs de l’expression culturelle originale ».

« Selon un article publié par la revue scientifique Archeo Sciences en 2019 (n° 43-2) intitulé Palais du Meshouar (Tlemcen, Algérie) : couleurs des zellijs, les morceaux de Zellige présents dans ce palais sont d'inspiration marocaine », a-t-il rappelé.

 

Lisez nos e-Papers