Menu
Search
Lundi 24 Juin 2024
S'abonner
close

Manuels scolaires : Benmoussa tient à la préférence nationale en faveur des imprimeurs marocains

«Le ministère planche avec les éditeurs sur la question du maintien de la préférence nationale pour les imprimeurs marocains en ce qui concerne l'impression du livre scolaire», a fait savoir le ministre de l'Éducation nationale, du préscolaire et des sports lors de son intervention hier au Forum de la MAP. Le ministre a par ailleurs fait savoir que plusieurs réunions sont tenues avec les éditeurs pour examiner l'impact du coût du papier sur l'augmentation du prix du livre scolaire, annonçant que des pistes de solutions sont déjà identifiées avec le gouvernement et seront annoncées prochainement.

Manuels scolaires : Benmoussa tient à la préférence nationale en faveur des imprimeurs marocains
Ph. MAP

Plusieurs réunions ont été tenues par la Commission interministérielle pour examiner la question de la flambée mondiale du coût du papier et son éventuel impact sur l'augmentation des prix du livre scolaire pour la prochaine rentrée scolaire, a fait savoir le ministre de l'Éducation nationale, du préscolaire et du sport, Chakib Benmoussa, qui répondait mardi à une question du «Matin» en marge de son passage au Forum de la MAP. D'après le ministre, des pistes de solutions ont été identifiées par le gouvernement, sachant que les éditeurs seront appelés à consentir «plus d'efforts» pour «serrer leurs coûts et leurs marges de production» afin qu'ils puissent bénéficier de l'accompagnement de l'État pour que le livre scolaire soit disponible à temps lors de la prochaine rentrée scolaire. Le ministre a rappelé dans ce sens que l'opération «Un million de cartables», financée entièrement par l'État, permet à 70% des élèves inscrits dans les différents cycles primaires d'accéder au livre scolaire, et permet d'accompagner les catégories les plus vulnérables et de les protéger des éventuelles augmentations liées à la fluctuation des prix sur le marché international.

Par ailleurs, interpellé par «Le Matin» sur la question du maintien de la «préférence nationale» en matière d'impression du livre scolaire cette année, le ministre a indiqué que cette question a été plusieurs fois évoquée lors des réunions tenues il y a quelques mois avec les éditeurs. Dans ce sens, le ministre a insisté sur l'importance de la préservation de cette préférence, à l'instar des années 2020 et 2021. «Nous considérons que d'importants investissements ont été effectués. C'est la raison pour laquelle le ministère considère qu'il incombe à tous les acteurs de faire en sorte que ces investissements puissent fonctionner.

Les éditeurs devront néanmoins fournir un effort pour que leurs coûts de production demeurent maîtrisés et compétitifs comparés aux prix appliqués sur le marché international, car il ne sera pas question de faire supporter les augmentations de coûts aux citoyens», a-t-il noté. Sur un autre registre, répondant à une question posée par «Le Matin» sur la persistance du bras de fer entre le ministère et les enseignants des Académies, M. Benmoussa a réitéré la disposition de son département à poursuivre le dialogue. «La porte du ministère reste toujours ouverte et nous continuons à travailler avec les syndicats, sachant que nous avons déjà tenu des réunions avec les représentants des enseignants-cadres lorsque ces derniers voulaient bien y participer. À un moment donné, ces derniers ne voulaient plus y participer, c'est leur choix, mais cela ne signifie pas pour autant que nous allons arrêter le travail. Nous nous penchons actuellement sur l'élaboration d'un statut unifié dont les grandes lignes et les principes sont tracés avec les syndicats et nous poursuivrons l'édification de ce chantier énorme qui régira le secteur pendant les vingt prochaines années», conclut le ministre.

 

Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.