Menu
Search
Vendredi 01 Mars 2024
S'abonner
close
Vendredi 01 Mars 2024
Menu
Search
S'abonner
Accueil next Économie

Compétitivité durable : Le Maroc mieux classé, mais le chemin est encore long

L’Indice 2022 de la compétitivité durable, publié par le think tank international SolAbility, classe le Maroc 109e sur un total de 180 pays avec une moyenne de 40,3, et tire son épingle du jeu dans le sous-indice du capital intellectuel.

Compétitivité durable : Le Maroc mieux classé, mais le chemin est encore long
Les piliers de l'indice de compétitivité durable. Source : The Global Sustainable Competitiveness Index 2022, SolAbility.

Dans la région du Maghreb, le Maroc dépasse la Tunisie (classée 130e) et l’Algérie (147e). C’est mieux que le classement 2015 du «Global Sustainable Competitiveness Index» (GSCI) dans lequel Alger (74e) et Tunis (122e) dépassaient Rabat (133e). Cette année, au niveau du continent africain, le Maroc est par contre devancé par des pays comme la Côte d’Ivoire, le Gabon, le Kenya ou encore le Ghana. «L'Indice de compétitivité durable repose sur cinq piliers d'importance égale», écrivent les auteurs du rapport. SolAbility cite à ce titre le capital naturel (l'environnement, la disponibilité des ressources et leur niveau d'épuisement), l’efficacité des ressources (à savoir l’efficacité de l'utilisation des ressources disponibles, le capital social (santé, sécurité, liberté, égalité), le capital intellectuel (la capacité à générer de la richesse et des emplois grâce à l'innovation et les industries à valeur ajoutée sur les marchés mondiaux) et enfin, la durabilité économique (la capacité à générer de la richesse grâce à un développement économique durable).

Au niveau du capital naturel, le Maroc se classe 147e. Il est au 115e rang pour ce qui est de l’efficacité des ressources, 68e pour le capital intellectuel, 154e pour le capital social et 110e au niveau de la durabilité économique. Les auteurs du rapport notent que pour l’indice du capital intellectuel dans le continent africain, «la Tunisie (61e), le Maroc et l'Algérie (70e) sont les pays les mieux classés. La majeure partie de l'Afrique est malheureusement encore sous-performante au niveau mondial». 

L’Afrique est la plus mal lotie en matière de compétitivité durable

D’une manière globale, l'Afrique est la plus faible en matière de compétitivité durable, avec le Moyen-Orient, indiquent les auteurs du rapport. C’est la Scandinavie qui domine le classement, avec à sa tête, la Suède. Le top 20 est dominé par les pays d'Europe du Nord, à l’exception de deux États : Japon (10e) et Corée du Sud (12e). Autres détails relayés par SolAbility : les États-Unis, au 30e rang, se classent particulièrement bas en matière d'efficacité des ressources et de capital social. La Chine (31e) est très bien classée en termes de capital intellectuel. Dans ce sous-indice, les pays asiatiques (Corée du Sud, Japon, Singapour et Chine) sont en tête. Pour celui du capital social, les pays d'Europe du Nord sont en tête. Dans son analyse, le think tank indique d’emblée que le monde va mal. «Le score moyen mondial de la compétitivité durable en 2022 est de 43,1 (sur un maximum possible de 100).

Le score idéal est de 57. Nous sommes loin d'une société inclusive et circulaire vivant en équilibre avec son environnement naturel». Dans le sous-indice du capital naturel, «60% de tous les indicateurs mondiaux pointent du mauvais côté. Malheureusement, il faut s'attendre à plus de déclin du milieu naturel», indiquent les auteurs, pour qui les données collectées et analysées ne présagent rien de bon : «Le rythme actuel des petits changements positifs dans l'efficacité des ressources est probablement insuffisant pour éviter la catastrophe climatique».

Compétitivité durable : les clés pour le Maroc et l'Afrique

SolAbility propose également des pistes de réflexion. Nous citons à ce titre l’instauration d’une taxe climatique mondiale qui pourrait être «réinvestie dans une infrastructure d'énergie renouvelable», la généralisation d’une éducation de qualité et de soins de santé pour tous, ou encore, le développement «de marchés financiers fonctionnels qui soutiennent l’économie et non l’inverse». Les auteurs préconisent par ailleurs la mise sur pied «d'une approche globale pour imposer les sociétés multinationales. Un impôt sur la fortune doit aussi être sérieusement considéré». Notons que le think tank a opéré un changement dans la méthodologie utilisée pour cet indice en augmentant le nombre d’indicateurs utilisés, qui passent de 135 à 188, et qui sont issus de données mondiales reconnues provenant de la Banque mondiale, de diverses agences des Nations unies ou encore du Fonds monétaire international. Certaines données non encore visibles dans le rapport seront mises à disposition début 2023, indiquent les auteurs.

--------------------------------------------------------

Un indice pour guider les décideurs

La compétitivité durable est la capacité à générer et à maintenir une richesse sans diminuer la capacité future de maintenir ou d'accroître les niveaux de richesse actuels. C’est la définition avancée par SolAbility. «The Global Sustainable Competitiveness Index» veut refléter fidèlement le potentiel économique actuel et futur d’un pays. Le think tank explique notamment que le produit intérieur brut (PIB) reste le paramètre le plus couramment utilisé pour exprimer la puissance et/ou la richesse d'une nation. «Or, le fonctionnement d'un État-nation est un mécanisme très complexe influencé par de nombreux facteurs, tandis que le PIB est une mesure basée sur des facteurs purement macro-économiques».


Nezha Maachi