Menu
Search
Vendredi 24 Mai 2024
S'abonner
close
Vendredi 24 Mai 2024
Menu
Search

Le Festival du film documentaire met en valeur le patrimoine culturel et civilisationnel sahraoui

La sixième édition du Festival du film documentaire prévue du 19 au 25 décembre s'est offert un jury constitué de grosses pointures du cinéma marocain sous la présidence de Fatima Loukili.

Le Festival du film documentaire met en valeur le patrimoine culturel et civilisationnel sahraoui

Pour cette édition, la présidente du jury est accompagnée par la réalisatrice et productrice Aida Bouya, la réalisatrice Fatima Boubekdi, le producteur Karim Debbagh, puis le réalisateur et producteur Hassan Khor. Cette pléiade de spécialistes dans le domaine aura la tâche de départager les 24 documentaires qui sont en lice pour l’octroi des Prix du Festival, notamment le Grand Prix, le Prix du jury, le Prix de la réalisation, le Prix du montage et le Prix de la musique, à ceux qui le méritent. C’est-à-dire ceux qui ont pu mettre en valeur le patrimoine culturel et civilisationnel sahraoui dans le but de sa transmission et sa sauvegarde pour les générations futures. D’ailleurs, c’est dans cet objectif que ce festival a été créé, suivant les Directives de S.M. le Roi Mohammed VI, afin de valoriser la culture sahraouie hassanie, que cet événement estime faire connaître et diffuser. Donc, le but escompté de cette manifestation est de mettre en valeur la créativité cinématographique dans son volet documentaire qui côtoie le patrimoine sahraoui dans ses différentes composantes. D’où la sélection de films ayant trait à la thématique du festival, traitant de l’histoire, de la culture et de l’espace sahraoui hassani et dont la majorité a bénéficié du Fonds d’aide à la production cinématographique.

Le cinéma pour préserver le patrimoine culturel sahraoui 

Selon les organisateurs, cet événement se veut, également, une opportunité pour les cinéastes et spécialistes de la culture sahraouie de différentes régions du Maroc de se rencontrer et d’échanger entre eux, afin de valoriser les spécificités de l’identité marocaine et de renforcer le rayonnement de la civilisation, de la culture et de l’Histoire du Maroc. Les organisateurs visent, à travers ce festival, à poser les bases d'un événement cinématographique national, destiné à devenir un cadre de présentation de ces productions, de la valorisation de leur niveau et de leur évolution sur les plans productif, artistique et technique. Toutefois, en plus des documentaires de la compétition officielle, le festival prévoit d’autres projections dans la section «Panorama». Et ce en plus de trois colloques autour des trois thématiques respectives, à savoir «La dimension artistique dans le film documentaire sur la culture, l'histoire et l’espace sahraoui hassani», la «Commercialisation et diffusion du film documentaire sur la culture, l'histoire et l’espace sahraoui hassani» et l'«Écriture du scénario du film documentaire sur la culture, l'histoire et l’espace sahraoui hassani». Un atelier de formation autour de «L’industrie du film documentaire» sera, aussi, organisé en coordination avec le Club des producteurs de films des régions du Sud.

>> Lire aussi : Culture hassanie : Un patrimoine ancestral qui mérite d’être sauvegardé

Des personnalités du monde du cinéma à l'honneur 

À l'instar des éditions précédentes, des hommages seront rendus à des personnalités qui ont marqué la scène culturelle, artistique, audiovisuelle et cinématographique dans les régions du Sud du Royaume et qui ont une connaissance approfondie du film documentaire sur la culture, l'histoire et l’espace sahraoui hassani, notamment Abdelouahab Sibawayh, président de l'Association culturelle des manuscrits et de préservation de la mémoire pour le Sahara marocain, puis Mohamed Salem Baba, poète et scénariste. Rappelons que ce Festival est organisé par le Centre cinématographique marocain (CCM) en collaboration avec le Club des producteurs et professionnels de l’audio-visuel et du cinéma, la région de Laâyoune-Sakia Al Hamra, la wilaya de Laâyoune-Sakia Al Hamra et la Commune urbaine de Laâyoune.

Lisez nos e-Papers