Menu
Search
Dimanche 19 Mai 2024
S'abonner
close
Dimanche 19 Mai 2024
Menu
Search

Habillement : Le Maroc, 7e fournisseur de l’Union européenne en 2021

Après une lourde chute de 25% en 2020 due à la crise épidémique, les exportations d’habillement du Maroc vers l’Union européenne ont rebondi de 24,7% pour atteindre 2,47 milliards d’euros. Le Royaume est ainsi classé septième fournisseur d’habillement de l’UE, avec une part de marché qui remonte à 3,4%, après avoir baissé à 2,9% en 2020. De plus, ses prix moyens ont augmenté de 1,6% en 2021, tandis que ceux de l’ensemble des fournisseurs ont baissé de 0,8%.

Habillement : Le Maroc, 7e fournisseur de l’Union européenne en 2021
Les importations globales d’habillement de l’UE, qui compte 206 fournisseurs, ont augmenté de 5,6% en 2021 à 72,28 milliards d’euros.

Le Maroc confirme son positionnement sur le marché d’habillement de l’Union européenne (UE). En 2021, le Royaume est classé septième fournisseur mondial de l’UE, avec 2,47 milliards d’euros, selon les dernières statistiques publiées par le Cercle euro-méditerranéen des dirigeants textile-habillement (Cedith). «Les exportations d’habillement du Maroc ont fortement rebondi en 2021 après une lourde chute de 25% en 2020 due à la crise épidémique. Ses exportations ont en effet crû de 24,7% pour atteindre 2,47 milliards d’euros. Cette belle performance ne doit cependant pas masquer le fait que les exportations marocaines de 2021 restent inférieures de 160 millions d’euros à leur niveau de 2019», souligne Jean-François Limantour, président du Cedith.

Selon cet expert international du secteur de textile, au cours de ces trois dernières années, la part du Maroc dans les importations d’habillement de l’UE a remonté à 3,4% en 2021, après avoir baissé à 2,9% en 2020. De plus, ses prix moyens ont augmenté de 1,6% en 2021, tandis que ceux de l’ensemble des fournisseurs ont baissé de 0,8%. Comme beaucoup d’autres fournisseurs, le Maroc a été durement frappé par le démantèlement des Accords multifibres (suppression des quotas) qui a ouvert grand les portes de l’Europe aux exportateurs asiatiques en 2005. Mais le pays a su réagir, avec un fort soutien de l’État, et amorcer une belle remontée à partir de 2013. On observera néanmoins que ses exportations de 2021 ne sont supérieures que de 2,3% à leur niveau de 2007», détaille Jean-François Limantour. Globalement, les importations de l’Union européenne d’habillement ont augmenté de 5,6% en 2021 pour atteindre 72,28 milliards d’euros. L’UE compte 206 fournisseurs d’habillement. Cependant, les importations sont fortement concentrées : à eux seuls, les trois premiers fournisseurs – Chine, Bangladesh, Turquie – en alimentent près des deux tiers (62,9%), selon le Cedith.

La Chine, à elle seule, représente 30,3% des importations de l’UE, avec 21,87 milliards d’euros. Elle demeure ainsi le premier exportateur mondial d’habillement vers l’Union européenne. La Chine est toujours suivie par le Bangladesh (14,29 milliards d’euros) et la Turquie (9,22 milliards). Dans le top 5, figurent également l’Inde (3,39 milliards) et le Vietnam (2,86 milliards). Le Maroc, lui, se positionne toujours comme le premier exportateur africain d’habillement vers le marché communautaire. Le Royaume devance notamment la Tunisie (1,83 milliard d’euros), et de loin l’Égypte (319 millions d’euros). D’après Jean-François Limantour, le marché a connu en 2021 une situation paradoxale. Les prix des vêtements importés ont baissé en moyenne de 0,8% au moment où il y avait une forte poussée du prix des matières. Selon cet expert, cette situation serait le résultat de l’atonie du marché qui ne permet pas aux acteurs de la filière de répercuter dans leurs prix les hausses de leurs coûts, ce qui les oblige à serrer encore leurs marges. «À cet égard, l’actuelle flambée des prix des matières attisée par la guerre en Ukraine (pic historique du cours du coton le 21 mars), du Brent et donc des polyesters, de l’énergie et des transports, laisse augurer des situations particulièrement difficiles à tous les stades de la chaîne textile-habillement dans les semaines et les mois à venir», conclut le président du Cedith.

Lisez nos e-Papers