Menu
Search
Mardi 25 Juin 2024
S'abonner
close

Crédits Intelaka : Nadia Fettah explique les raisons du rejet de certains dossiers

La ministre de l’Economie et des Finances, Nadia Fettah a justifié le rejet de certaines demandes de crédits Intelaka par la faible qualité des dossiers. Elle recommande aux porteurs de projets de s'adresser aux Centres régionaux d'investissement qui offrent plusieurs programmes d'accompagnement.

Crédits Intelaka : Nadia Fettah explique les raisons du rejet de certains dossiers

Dans sa réponse à une question écrite de l'UNTM à la Chambre des Conseillers sur les crédits d’Intelaka, la ministre de l’Economie et des Finances, Nadia Fettah a affirmé que les banques se sont engagées à traiter les demandes de financement dans un délai qui ne dépasse pas trois semaines pour les dossiers complets. Pour ceux incomplets, ce délai s’applique une fois le dossier est finalisé, chose qui explique les retards enregistrés pour leur traitement.

Par ailleurs, la ministre a souligné que « les banques sont plus proches des entrepreneurs et qu’elles comprennent mieux les risques liés à leurs différents domaines d’activités. De ce fait, ces institutions ont le droit d’accepter ou de refuser les demandes de financement ». Les banques ayant justifié le refus de certaines demandes de crédits par « la faible qualité » des dossiers présentés.

La ministre a assuré, en outre, que les porteurs de projets peuvent s’adresser à plusieurs banques et choisir l’institution qui leur fournit les conditions adéquates à leur situation. En ce qui concerne les demandes rejetées, Nadia Fettah a indiqué que les portes des centres régionaux d’investissement sont ouvertes pour les entrepreneurs afin de bénéficier de l’accompagnement nécessaire pour améliorer la qualité de leurs dossiers.

Selon les dernières données dévoilées par la ministre, les prêts accordés dans le cadre du programme Intelaka dépassent 7,5 milliards de DH jusqu’à fin avril 2022. 44.700 crédits ont été distribués au profit de 28.700 bénéficiaires. Ces financements devraient permettre la création de 96.860 postes d’emplois et générer des investissements d’environ 13,7 milliards de DH.

Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.